• CELIBATAIRE ELEGANTE : L′ESPOIR RAYONNE APRES LA BLESSURE

    Par Terrie Ruff

    Il prend la parole, mon bien-aimé. Il me dit : « Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens ! (Cantique des cantiques 2.10 NBS).

    Je ne voulais plus être célibataire, mais je le suis. Ce n’est plus que moi. Comment pouvez-vous entrer dans une phase de votre vie dans laquelle vous n’étiez pas prêt à revenir ? Comment honorer Dieu dans un tel sentiment d’injustice, de douleur et de mépris ? Mais me voici, des années plus tard, toujours célibataire ; mais, malgré les défaites, les déceptions, les réadaptations et le désespoir, je vis la joie de Dieu, la paix, l’espérance, la capacité à pardonner et accepter Son ministère de réconciliation.
    Les espaces vides se remplissent de Lui, je me sens libre et comblée, et je continue à être étonnée de voir comment Il transforme ma vie et m’utilise comme Il ne l’aurait jamais fait, si ma vie n’avait pas été interrompue. Changée. Une transition et une transformation.

    C’était un cheminement, mais un cheminement d’expérience de plus en plus profond d’amour et de pardon. J’ai commencé à acquérir ce qui était à moi et à laisser tomber ce qui ne l’était pas. J’ai commencé à m’entourer d’une famille et d’amis chrétiens confiants. Ensuite, j’ai consacré ma vie à l’étude de la Bible, à la prière et au service (2 Co 1.4). J’ai appris à être calme, je veux dire vraiment calme et sereine, et en le faisant, j’ai pu entendre Dieu me parler. Il me conduisait et me guidait. Par-dessus tout, il était mon conseiller et il a placé la joie et la force dans mon cœur (Néhémie 8.10). Il me tient la main (Psaumes 73.23,24), et Il a une surprise en réserve pour moi (Esaïe 43.19) !
    Ces promesses m’encouragent et me rappellent que L’ESPOIR RAYONNE APRÈS LA BLESSURE.

    Rejeter le sentiment de rejet

    Mais il y a un adversaire réel dans la lutte, et la guerre est réelle ! Notre ennemi veut nous distraire de notre regard vers Dieu et de ses promesses. Dans les moments difficiles, il veut nous faire croire en ses mensonges : que nous ne pouvons être aimés, que nous sommes indignes et non-désirables. Mais c’est un menteur et Dieu est plus Grand (1 Jean 4.4) !
    Nous ressemblons à Dieu, et nous avons été créés à Son image. Sur mon douloureux chemin de retour de la solitude, Dieu m’a révélé à quel point Il a fait appel à moi. Dans une conversation récente avec mon ancien pasteur, il m’a avoué que lui et sa femme avaient un jour parlé de moi. J’ai tout de suite été curieuse de connaître tous les détails. Au lieu de lui parler, j’ai fait une pause et j’ai écouté ce qu’il avait à dire.Mon pasteur m’a ensuite expliqué à quel point lui et sa femme étaient stupéfaits du courage, de la grâce et de la force dont j’ai fait preuve dans mon intense épreuve.

    Peut-être Dieu m’avait-il permis d’affronter cette lutte pour lui montrer comment affronter la sienne !

    Lui et sa femme m’appelaient l’incarnation de « l’élégance chrétienne ». Bien sûr, j’étais bouleversée et émue. Tout ce que je sais, c’est que Dieu a permis que certaines choses arrivent dans ma vie parce qu’Il m’a fait confiance pour bien gérer ces épreuves. Il voulait atteindre son but dans ma vie à travers un long cheminement douloureux pour me faire grandir et mûrir afin qu’il soit glorifié dans ma façon de répondre. Je comprends que ce que je vis ici sur terre n’est qu’un petit échantillon de l’ultime guerre spirituelle qui se déroule dans un royaume qui m’est invisible. Je me sens un peu privilégiée d’avoir la confiance de Dieu pour le représenter et être son ambassadrice.

    Le deuxième acte de Stella

    Je me souviens d’avoir eu des moments difficiles et d’avoir imploré Dieu de m’aider. Il m’a fait comprendre qu’il voulait que je passe du temps avec un couple qui est comme une famille pour moi. En entrant chez eux, j’ai été immédiatement entourée d’amour, de reconnaissance et de soutien. Le repas préparé à la maison m’a rempli le cœur de souvenirs de l’époque où j’étais petite fille en Caroline du Sud, et la sécurité de leur foyer a fourni un abri chaleureux pour mon âme meurtrie. Le message spirituel a marqué mon cœur d’une empreinte inaltérable.

    Alors que nous nous tenions en cercle pour prier avant de rentrer chez moi, mon ami pasteur m’a donné trois principes de vie que je continue de chérir :

    1. Restez près de Dieu – augmentez votre temps dédié à l’étude de la Bible et à la prière.
    2. N’abandonnez jamais – croyez toujours que Dieu le peut !
    3. Quand les gens vous voient, ils doivent se dire que vous êtes une fille du Roi, alors mangez bien, reposez-vous et faites de l’exercice.

    Ces trois principes m’ont permis de m’en sortir, quand je me sentais seule parce que la maison était trop silencieuse. Ou, quand je craignais pour mon avenir et mes finances, quand des sentiments de tristesse me submergeaient et que mes larmes semblaient inépuisables, je lis la Bible et prie ! Je récitais les versets et chantais les cantiques et au fur et à mesure, je commençais à guérir !

    Fatigué ? Debout !

    Ce qui me fait avancer, c’est la conviction que je suis aimé (So 3.17 ; Jean 3.16). Laisse-moi le crier : Je suis aimé ! J’ai de la valeur ! (Psaumes 8.5 ; Genèse 1.27). Mon Dieu me parle et m’a dit de me lever ! Tout ce que j’ai expérimenté n’est pas perdu et travaille ensemble pour mon bonheur (Ro 8.28), et a été permis par mon bien-aimé (Genèse 50.20). Il m’aime trop pour se soucier uniquement de mon confort, c’est pourquoi Il a Divinement Ordonné une sainte transformation pour me soutenir dans mon cheminement (2 Corinthiens 3.18). Mon dernier sera plus grand que mon commencement (Job 42.12) et il m’a dit que je vais atteindre de nouveaux sommets avec Lui. Il m’a aussi dit de revenir et comme j’ai passé plus de temps avec lui, j’ai acquis une nouvelle perspective qui a changé mon esprit et mes réponses.

    Source : https://www.messagemagazine.com/grow-your-faith/single-elegance-hope-that-shines-after-the-hurt/

    SOS – COMMENT GÉRER LES ÉMOTIONS

    Ce livre est un guide pour aborder une large variété de problèmes émotionnels courants : gérer l’anxiété, la colère et la dépression. Du Dr Lynn Clark.

  • Qu′est-ce qu′une « BONNE COMMUNICATION » ?

    Par Molly Schlieff

    Mon partenaire et moi avons une bonne communication.

    Je pense.

    Qu’est-ce que cela signifie vraiment d’avoir une « bonne communication » ? C’est une expression que les experts en relations utilisent toujours. La communication est la clé d’une relation saine. Mais comment savoir si je communique réellement de manière saine ?

    Mon partenaire et moi le vérifions mutuellement chaque jour. Je le complimente régulièrement et accepte gentiment ses propres compliments. Nous communiquons sur le sujet qui nous plaît pendant le dîner. Il relève quand je lui fais des reproches, je lui dis quand sa blague n’est pas drôle. Jusqu’à récemment, j’avais toujours supposé que la communication fût bonne.

    Nous parlons, non ?

    Pour vous donner un petit aperçu de ma vie, la famille de mon partenaire vit en Alaska et nous sommes dans le Minnesota. Cela complique les réunions de famille. La famille est très importante pour moi et je me suis dit que nous devions leur rendre visite cet été. Ainsi, chaque semaine, je demandais à mon partenaire s’il avait déjà posé ses congés à son travail pour pouvoir y aller et chaque fois il me répondait : « Pas encore ».

    Nous communiquons, non ?

    Mais pas de manière saine.

    La répétition de cette réponse a engendré en moi de l’amertume. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il ne pouvait pas en discuter avec son patron. Demander ! C’est tout ce que je voulais. Ce n’est pas comme si je cherchais un billet aller simple garanti pour l’Alaska pour le reste de nos années. Je voulais juste qu’il demande à son patron quelques jours de congé. Il ne l’a pas vu ainsi et je ne le savais pas.

    Mais comment étais-je censé savoir qu’il ne se sentait pas en sécurité dans son nouvel emploi et qu’il valorisait trop sa vie professionnelle pour demander un congé ? Nous nous demandons « comment s’est passé ta journée ? », nous parlons de nos sentiments, mais apparemment, ils n’étaient que superficiels. Si je n’avais jamais su que ce n’était pas mes sentiments qu’is négligeait, mais plutôt son sentiment d’inquiétude qui le submergeait, j’aurais laissé tomber. Sa santé physique et mentale sont tellement plus importantes pour moi que de faire un voyage d’été pour rendre visite à ma famille.

    J’aurais dû demander « pourquoi ? » J’aurais dû demander : « Comment puis-je t’aider à demander ce congé ? » J’aurais dû creuser plus profondément. C’est ce que signifie avoir une communication saine. Je suis le partenaire de mon partenaire, mais je veux être son partenaire de vie. Je veux qu’il puisse se tourner vers moi lorsque ses sentiments deviennent accablants. Je ne veux pas être une source de frustration. Je ne peux pas m’attendre à ce que les choses se passent comme par magie, nous sommes tous les deux humains, nous avons tous les deux des sentiments et des craintes, mais je ne lui ai jamais posé de questions sur ses émotions.

    La communication est difficile. Il y a tellement de sujets. En théorie, vous pouvez communiquer tous les jours, mais cela ne signifie pas que ce soit « bon ». La communication nécessite de poser les questions les plus difficiles. Une bonne communication consiste à creuser plus profondément. La prochaine fois que vous êtes frustré, communiquez les uns avec les autres sur la source de vos sentiments plutôt que de les assumer. Demandez « pourquoi » et soyez prêt à donner une suite à votre conversation.

    Une bonne communication est une communication saine. Et une communication saine est sous la surface.

    Source : https://blog.prepare-enrich.com/2018/07/what-it-means-to-have-good-communication/#more-1395

    CONSEILS POUR LES COUPLES SUR L′ART DE LA COMMUNICATION

    Connue mondialement pour ses conférences et son approche des relations humaines, Nancy Van Pelt vous offre une recueil de citations tiré de ses livres. De nos jours, la communication est l’une des choses les plus difficiles à atteindre dans la vie de couple. Quel que soit votre problème, une bonne communication est l’ingrédient de base pour le résoudre.

  • Le dilemme du smartphone

    par Scott Wegener

    Même un observateur occasionnel doit admettre que le smartphone a transformé nos vies au 21ème siècle. Jamais auparavant les gens n’avaient autant apprécié de toucher le monde du bout de leurs doigts. Toute la journée, tous les jours, à la maison, au bureau, en vacances, les gens ne sont que textos, photos ou appels téléphoniques. C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

    C’est une bonne nouvelle pour une personne sauvée par un appel au moment opportun, un automobiliste en panne téléphonant à une dépanneuse, ou encore un collégien solitaire appelé par un membre de sa famille. Et pourtant, ce même dispositif qui sauve tant de vies et apporte une commodité inimaginable a également créé des problèmes. Voici le dilemme : malgré son utilité étonnante, il a subrepticement dominé les sens de l’Antipodéen moyen – c’est la mauvaise nouvelle.

    Commençons par les dangers physiques évidents posés par les smartphones. Selon Alan S. Hilibrand de l’American Academy of Orthopaedic Surgeons : « Certaines données suggèrent qu’à chaque instant dans les rues, 60% des piétons sont distraits en marchant, c’est-à-dire soit en train de lire sur leur mobile, soit au téléphone…. C’est un nombre surprenant. »

    Hilibrand, vice-président de la chirurgie orthopédique au Thomas Jefferson University Hospital de Philadelphie, a vu des preuves de ce qu’il appelle des « zombies numériques » dans les rues des centres-villes.

    « Nous avons eu des gens aux urgences qui ont été percutés par des voitures », a-t-il déclaré. « Ils regardent leur téléphone et ne prêtent pas attention au fait qu’un véhicule est en train de tourner » (Ashley Halsey, The Washington Post).

    Encore plus dangereux que les textos en marchant, les textos en conduisant. Le National Safety Council des États-Unis estime que cette habitude cause environ 1,6 million d’accidents chaque année. Et l’Administration nationale de la sécurité du transport routier signale que la distraction au volant vous fait courir 23 fois plus de risques de collision. Donc, s’il vous plaît, résistez à l’envie de tester vos chances. Elles ne sont pas en votre faveur.

    Mais au-delà des « zombies numériques » et des conducteurs distraits, les smartphones exigent un péage plus sinistre : ils détournent nos esprits. C’est vrai, le gadget électronique conçu pour améliorer et faire progresser votre vie a le potentiel d’augmenter subtilement vos angoisses et vos peurs. Il y a trois types d’angoisses et de peurs : l’anxiété de la batterie faible (ABF), la peur de louper une information (PLI) et la peur de vivre hors ligne (PVHL).

    ABF – l’anxiété de la batterie faible

    Il y a dix ans, il était rare de mettre l’accent sur la durée de vie de la batterie, car la plupart des téléphones pouvaient durer une semaine entière. Cependant, la montée en puissance du smartphone gourmand en images a sapé les batteries et formaté nos esprits. Le fabricant de smartphones LG a constaté que 90% des 2000 personnes interrogées éprouvaient de l’anxiété à cause d’une batterie faible lorsque leur batterie tombe en dessous de 20%. Ils ont également découvert les efforts auxquels les gens s’adonnaient pour remettre du courant dans leur téléphone. Cela allait de demander à des inconnus d’emprunter leur chargeur jusqu’à sauter des rendez-vous pour pouvoir rentrer chez eux recharger leurs batteries. Au cours des dernières années, les centres commerciaux et les aéroports ont installé des salles de recharge pour contrer le problème, mais il est plus probable que ABF soit en fait un sous-produit des deux autres phobies – PLI et PVHL.

    PLI – la peur de louper une information

    La peur de rater quelque chose n’est ni vraiment nouveau, ni uniquement liée aux médias sociaux, même si c’est là que tout se passe (surtout de nos jours). Les gens qui apprécient les tabloïds de supermarchés et les émissions de télévision de divertissement, ceux qui bavardent avec des amis en face à face ou au téléphone, ceux qui ont juste besoin d’entendre / lire / voir les nouvelles chaque heure, il semble que certaines personnes ont toujours eu le « besoin » d’être informé. Et avec la montée des médias sociaux comme Facebook, ils ont une fenêtre en temps réel sur les dernières nouvelles, les manigances de célébrités et les vacances somptueuses de leur meilleur ami !

    S’il est agréable de rester en contact avec des amis sur les réseaux sociaux, en particulier pour connaître leurs succès et les soutenir en cas de besoin, les PLI sont le résultat problématique de ces flux constamment mis à jour. Il n’est pas rare que les gens passent des heures à parcourir leur flux de médias sociaux, espérant voir quelque chose de nouveau, espérant voir quelque chose qu’ils aiment. Mais entre toutes les citations inspirantes ou les posts stupides, il y a des amis ou de collègues qui font des choses étonnantes, souvent dans des endroits exotiques. Au fur et à mesure que les messages s’accumulent, les amis réapparaissent dans le flux, créant la fausse impression que tout le monde se porte beaucoup mieux que vous. Cela peut créer de l’envie chez certains et conduire à la dépression chez les autres.

    Publier, aimer, affirmer, actualités, achats et photos, tout devient une dépendance constante à l’égard d’un petit écran tenu à la main. Soudain, le téléphone contrôle votre vie, et vous êtes maintenant une cible de choix pour la peur ultime, la tragédie ultime.

    PVHL – la peur de vivre hors ligne

    La peur de vivre hors-ligne concerne la vie sans accès à Internet, ce qui signifie pas de courrier électronique ; pas de sms ou textos, pas de Facebook, Twitter, Google, Instagram ou Snapchat ; cela signifie pas de nouvelles, les résultats sportifs en direct ou les prévisions météorologiques ; cela signifie pas de vidéos YouTube ou de la musique en streaming ; pas de services bancaires en ligne, de bons de réductions ou d’achats Amazon. En bref, vous êtes déconnecté.

    Et le fait d’être déconnecté alimente la peur plus profonde de perdre l’affirmation instantanée à laquelle vous vous êtes habitué. Après tout, si vous ne parvenez pas à publier de mises à jour en temps réel, cela importe-t-il que vous soyez là ? Sans « amis » comme témoins à quoi ça sert ? Bientôt, votre bonheur se transforme en quelques douzaines de « j’aime ». Et quand les « j’aime » cessent, la tristesse et la dépression s’infiltrent. « Si quelqu’un vit la PVHL, il est plus susceptible d’être vulnérable et d’être anxieux quand il n’est pas connecté. » déclare le Dr Yuliya Richard.

    Bien sûr, beaucoup de ceux qui utilisent un téléphone mobile ou les médias sociaux ne sont pas en proie à ces phobies, mais cela vaut la peine de se regarder dans le miroir. Est-ce que je contrôle mon téléphone ou est-ce qu’il me contrôle ? Ai-je besoin d’une désintoxication numérique ?

    Si tout cela vous oblige à repenser vos habitudes téléphoniques, ne soyez pas consternés, car chaque révolution technologique a engendré des pièges et des opportunités spirituelles. Un smartphone n’est pas intrinsèquement mauvais. Ce n’est ni intrinsèquement bon ni mauvais. C’est simplement une commodité moderne, un outil à utiliser. Tout comme une télévision ou un ordinateur, il a un pouvoir énorme pour accomplir de bonnes choses dans notre monde.

    Les dangers spirituels

    Mais le trompeur prend chaque bonne chose dans nos vies et la transforme en quelque chose qui peut nous détruire. Depuis le début, cela a été son « modus operandi ». Le problème n’est pas de savoir si les smartphones, les tablettes et les ordinateurs améliorent votre vie. La préoccupation est de savoir si Dieu améliore votre vie. Les gadgets peuvent vous éloigner de Lui ou vous rapprocher de Lui. Le choix est à vous, et la vérité pointée est la suivante : tout ce qui vous consume à l’exclusion du temps avec Dieu n’est pas une amélioration dans votre vie.

    Dans le monde d’aujourd’hui, la première impulsion pour beaucoup est d’atteindre leur téléphone toujours présent. Il est devenu si essentiel à l’existence qu’il est difficile d’imaginer vivre sans elle. Alors peut-être qu’il est temps de tirer parti de cette envie de la gloire de Dieu et de votre propre renouveau spirituel.

    Le Dilemme du Smartphone 2

    Souffrez-vous de PVHL ?

    • Vérifiez-vous les médias sociaux avant ou dès que vous sortez du lit le matin ?
    • Vérifiez-vous les médias sociaux juste avant de vous coucher le soir ?
    • Avez-vous posté plus d’un article en ligne au cours des 48 dernières heures ?
    • Vous êtes sur la route depuis deux minutes lorsque vous vous rendez compte que vous avez oublié votre téléphone. Est-ce que vous y retournez ?
    • Avez-vous besoin de recharger votre téléphone plus d’une fois par jour ?
    • Est-ce que vous regardez les médias sociaux dans des endroits inappropriés, comme pendant les heures de travail, assis à l’église, dans la salle de bain ou même illégalement en conduisant ?

    Répondre oui à plus de trois de ces questions suggère que vous êtes un(e) PVHL.

    Comment se libérer

    Voici quelques conseils stratégiques sur l’organisation de votre journée afin que Dieu soit prioritaire. Si votre habitude d’iPhone vous a mis au défi spirituellement, alors vous trouverez les conseils du psalmiste utiles.

    1. Allez vers Dieu pour commencer votre journée

    La stratégie consiste à consulter Dieu avant de consulter vos messages, sur Facebook ou par courriel. « Éternel ! le matin tu entends ma voix ; le matin je me tourne vers toi, et je regarde. » (Psaumes 5.3). Il n’y a rien de plus doux que de prendre quelques minutes au début de la journée pour ouvrir votre cœur à Jésus. Juste quelques versets des Psaumes peuvent vous remonter le moral. Une histoire des évangiles peut vous rappeler le pouvoir de Dieu de transformer des vies. Si vous prenez votre téléphone et laissez l’application de la Bible vous apporter de l’inspiration, de la paix et des conseils.

    2. Allez vers Dieu quand des problèmes surviennent

    La prochaine étape consiste à se tourner vers Dieu plutôt que vers Google lorsque des problèmes surviennent. Les défis quotidiens représentent des occasions de diriger votre cœur et vos pensées vers Dieu. « Je tourne constamment les yeux vers l’Eternel, Car il fera sortir mes pieds du filet. » (Psaumes 25.15). Se tourner vers Dieu pendant la journée peut être aussi simple que s’abonner à une méditation quotidienne par courriel ou s’inscrire à un fil Facebook qui apporte des versets bibliques et des images à votre page d’actualités. Ces rappels faciles vous aideront à garder les yeux fixés sur Jésus en toute circonstance.

    3. Allez vers Dieu avec les désirs de votre cœur

    Rêvez GRAND. Dieu veut que vous soyez heureux et couronné de succès. Il veut que vous lui fassiez confiance avec vos espoirs, vos rêves et vos désirs. « Fais de l’Eternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire. » (Psaumes 37.4). Cette promesse incroyable vous appelle à faire confiance à Dieu pour votre avenir en vous réjouissant en Lui. Le Dieu qui vous a créé est sûrement capable de gérer votre paix et votre bonheur. En fin de compte, le dilemme du smartphone n’est pas un problème pour Dieu. Il n’est pas à court de technologie, et il n’est pas opposé à vivre une vie connectée. Il suffit de lui donner la première, meilleure et dernière place dans votre journée, et vous comprendrez qu’« IL » est le seul qui compte vraiment.

    Idées de désintoxication numérique

    • Commencez par une journée et cumulez jusqu’à une semaine, voire un mois, sans vérifier ni publier sur les médias sociaux.
    • Pendant une journée entière, n’utilisez votre téléphone que pour des appels vocaux et pour répondre aux messages entrants. Ensuite, essayez un week-end ou même une semaine entière.
    • Laissez votre téléphone en mode vol pendant une journée ou un week-end pour vous prouver que vous pouvez vous déconnecter.
    • Limitez-vous à quand et combien de temps vous vous permettrez d’utiliser les médias sociaux.
    • Trouvez un nouveau passe-temps pour ces temps d’arrêt lorsque vous avez normalement recours au défilement des médias sociaux, comme observer le paysage ou parler à un étranger.
    • Vérifiez vos notifications sociales une fois par jour uniquement ou désactivez-les complètement.
    • Adoptez une politique d’absence de téléphone à table au moment du dîner, dans la salle de bain, à l’église ou dans la voiture (conducteur et passagers).
    • Donnez à votre famille la permission de vous rappeler de vous déconnecter lorsque vous cédez à une ou plusieurs de ces tentations.
    • Emportez un livre avec vous lorsque vous roulez en transport en commun.
    Source : PUBLIÉ DANS LE MAGAZINE SIGNS OF TIME – MAY 2018 Issue  - Vol 133 No 5 .

    SOS – COMMENT GÉRER LES ÉMOTIONS

    Ce livre est un guide pour aborder une large variété de problèmes émotionnels courants : gérer l’anxiété, la colère et la dépression. Du Dr Lynn Clark.

  • Dieu aime le mot « impossible »

    Ma femme est impossible à vivre. Chaque fois que nous discutons de quelque chose d′important, cela finit en dispute, […]

    Q : Ma femme est impossible à vivre. Chaque fois que nous discutons de quelque chose d’important, cela finit en dispute, car elle veut tout faire à sa manière. Peu importe la situation, c’est toujours la même chose. Je me sens toujours inutile quand je parle avec ma femme, parce qu’elle a toujours raison et j’ai toujours tort. Étant l’homme du couple, j’ai l’impression que Dieu s’attend à ce que je sois le patron. Mais avec une femme comme la mienne, je ne crois pas qu’il soit possible d’accomplir le dessein de Dieu dans notre mariage. J’apprécierais vos réflexions sur notre situation.

    R : Nous sommes vraiment désolés d’apprendre cette douleur que vous éprouvez. Cela doit être difficile et décourageant de vivre la vie que vous avez décrite. En tant que personnes mariées depuis plus de 30 ans et ayant travaillé avec des dizaines de couples dans le monde entier, nous savons que le mariage peut être complexe, voire difficile. Cependant, même les mariages difficiles peuvent être transformés et devenir de grands mariages si les couples concernés sont prêts à changer.

    Quelqu’un a déjà dit que le premier signe de folie est de faire la même chose encore et encore, et d’attendre un résultat différent. Si nous appliquons cela à votre mariage, cela signifie que pour changer les choses – nous parlons d’améliorer votre mariage – il est nécessaire pour vous de donner des réponses différentes de celles que vous avez eues dans le passé.

    Alors que nous vous entendons dire que votre femme est impossible à vivre, nous savons que les choses peuvent s’améliorer si vous choisissez une réponse différente à ce qu’elle dit ou fait. Après tout, la Bible dit : « Jésus les regarda, et leur dit : Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible. » (Matthieu 19.26).

    L’avenir de votre mariage est entre vos mains. La plupart des gens croient qu’il faut être deux pour améliorer la situation. Un seul suffira. Une façon d’illustrer cela est de penser aux propriétés chimiques de l’eau exprimées en formule : « H2O ». Essentiellement, il y a deux atomes d’hydrogène et un atome d’oxygène. Cependant, si vous enlevez un atome d’hydrogène de votre équation, vous finirez avec « HO », ce qui n’est pas de l’eau.

    Si votre relation est telle que vous vous rendez fous par ce que vous vous dites ou faites, essayer avec une approche différente augmentera vos chances d’avoir un résultat différent. John Gottman, un éminent chercheur en mariage, explique que les trois premières minutes d’une conversation entre mari et femme à la fin de la journée, lors de leur retour à la maison, détermineront le reste de la soirée.

    Pour que cette discussion en fin de journée se passe bien, l’un d’entre vous doit avoir l’intention d’avoir une conversation positive. Et puisque la seule personne que vous pouvez contrôler c’est vous-même, vous seul pouvez changer la qualité de l’interaction avec votre femme. Au lieu de répondre négativement à tout ce que dit votre femme, forcez-vous à dire quelque chose de positif, ou validez ce qu’elle dit en lui faisant savoir que vous l’avez entendue et comprise.

    Lorsque vous décidez de changer le cadre de votre relation conjugale, rappelez-vous que vous devez voir et faire les choses différemment pour obtenir un résultat différent. Nous vous encourageons également à vous souvenir du message du proverbe : « Une réponse douce calme la fureur, Mais une parole dure excite la colère. » (Proverbes 15.1).

    Faites confiance à Dieu pour les prochaines étapes de votre mariage, et souvenez-vous qu’avec Dieu à vos côtés, vous ne pouvez pas échouer. Vous resterez dans nos prières.

    Willie Oliver, Ph.D., CFLE , ministre ordonné, conseiller pastoral et sociologue de la famille, est directeur du Département des ministères de la famille au siège mondial de l’Église adventiste du septième jour.

    Elaine Oliver, MA, CFLE , éducatrice et psychologue du conseil, est directrice associée du Département des ministères de la famille. Vous pouvez communiquer avec eux sur Family.Adventist.org ou sur HopeTV.org/RealFamilyTalk.

    Source : https://www.adventistworld.org/god-loves-the-word-impossible/

    POUR PANSER LE COUPLE ET BIEN PENSER LA FAMILLE

    Comment aimer son couple et sa famille avec l’aide de Dieu. De Daniel Milard. Existe aussi en numérique.

    VERSION PAPIER NUMÉRIQUE

     

  • « Real Talk Family » – Mettre fin à un mauvais mariage

    Par WILLIE ET ELAINE OLIVER

    Question : Mon mariage ne fonctionne plus depuis longtemps. En fait, je n’aime plus mon mari. Même si nous sommes mariés depuis plus de 25 ans et avons trois enfants, je ne pense pas pouvoir rester dans cette situation. Mon mari, occupant un poste important, n’a pas le temps pour moi ou pour nos enfants. J’ai attendu sans succès qu’il soit moins occupé. Je manque de patience et je veux mettre fin à ce mariage.

    Réponse : Nous sommes désolés, vous avez dû endurer la douleur de la solitude, tout en étant mariée, aussi longtemps que vous avez pu. Ce doit être frustrant d’espérer que les choses changeront pour le mieux.

    Le mariage, comme vous le savez, était un concept de Dieu. À la fin de la semaine de la création, après avoir regardé la beauté de ce qu’il avait créé, quelque chose manquait : « Et le Seigneur Dieu a dit :

    « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; Je lui ferai une aide qui sera son vis-à-vis. »
    (Genèse 2.18).

    Donc, votre découragement face à la réalité de votre mariage est compréhensible, étant donné que Dieu a créé le mariage pour être en couple.

    Satan a essayé de détruire tout ce que Dieu a créé pour le bien-être et le bonheur de l’humanité.

    Le mariage devait également être le modèle de la constance dans les relations, le catalyseur de la stabilité dans la société. Ce concept est éclairé dans le Nouveau Testament, lorsque Jésus cite Genèse 2 et ajoute une image plus claire de son intention pour le mariage :

    « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux (époux) deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. »
    (Marc 10.7-9).

    L’histoire de la création rend évident le fait que Satan a essayé de détruire tout ce que Dieu a créé pour le bien-être et le bonheur de l’humanité, y compris le mariage, la première institution créée par Dieu à la création. Et parce que nous avons tous péché et nous avons manqué à la gloire de Dieu (Romains 3.23), il est assez facile de se distraire du plan parfait de Dieu pour notre bonheur dans le mariage. Donc, au lieu du mariage accomplissant le plan de Dieu pour le couple dans nos vies, il devient souvent la relation la plus frustrante que nous connaissons.

    « Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte, car la crainte implique un châtiment, et celui qui craint n’est point parfait dans l’amour. »
    (1 Jean 4.18).

    Bien sûr, alors que l’amour de Dieu est parfait, l’amour humain est imparfait. En raison de cette imperfection, malgré le désir profond que nous avons tous pour la proximité et l’intimité, nous craignons souvent que plus quelqu’un nous connaît, moins il sera enclin à nous aimer. Donc, il y a une décision inconsciente, parfois consciente prise dans le mariage, d’éviter de se rapprocher trop de son conjoint, de peur que nous ne soyons découverts et rejetés.

    Chaque couple marié a connu ou expérimenté un changement naturel vers un état d’aliénation et / ou de séparation, à moins qu’ils ne se connectent intentionnellement entre eux par le pouvoir de Dieu. Alors que le péché sépare, l’amour de Dieu unit les gens qui revendiquent le pouvoir de Dieu d’être patient et gentil (1 Corinthiens 13.4).

    Dieu déteste le divorce (Mal 2.16) parce qu’il sépare les gens et détruit les familles. Nous vous encourageons à trouver un thérapeute pour le couple, qui peut vous aider, votre mari, vos enfants et vous, à vous rapprocher et que vous puissiez profiter de ce bien que Dieu voulait pour vous. Des études sur le mariage suggèrent que les premiers mariages ont les meilleures chances de perdurer, et que chaque mariage ultérieur a potentiellement un taux de divorce plus élevé.

    Donc faites confiance à Dieu pour vous aider à changer. Parlez à quelqu’un pour sauver votre mariage. Et choisissez de faire quelque chose chaque jour pour exprimer votre valeur à votre mari. Rappelez-vous, avec Dieu, toutes choses sont possibles (Marc 10.27).

    Nous continuerons de prier pour vous et votre mari.

    Willie Oliver, Ph.D., CFLE , ministre ordonné, conseillère pastorale et sociologue familiale, est directrice du ministère des Ministères de la famille de l’Église adventiste du septième jour.

    Elaine Oliver, MA, CFLE, éducatrice et psychologue en counseling, est directrice associée du ministère des Ministères de la famille au siège mondial de l’Église adventiste du septième jour. Vous pouvez communiquer avec eux à Family.Adventist.org ou HopeTV.org/RealFamilyTalk.

    Source de l'article : http://www.adventistworld.org/2017/06/05/real-family-talk-leaving-a-bad-marriage/

    POUR PANSER LE COUPLE ET BIEN PENSER LA FAMILLE

    Comment aimer son couple et sa famille avec l’aide de Dieu. Les points forts du livres sont : Une belle écriture très abordable, avec de nombreuses citations et des versets bibliques en référence. Des conseils pratiques très intéressants. Un livre qui dynamise le couple et la famille, en relation avec Dieu.

     

     

     

  • PARDONNER L′IMPARDONNABLE


    Par Giselle Echevarria

    « Être chrétien signifie pardonner l′inexcusable
    parce que Dieu a pardonné l′inexcusable en vous. »

    C.S. Lewis

    Il y a quelque chose dans le pardon qui en fait l’un des concepts les plus simples à comprendre, mais l’un des plus difficiles à pratiquer.

    J’ai grandi avec deux frères et sœurs, dont une, d’un an seulement plus jeune que moi, il y avait d’innombrables disputes où ma mère a dû nous séparer pour des « histoires de vêtements de poupée » ou des « pièces de LEGO ». Je me souviens que ma mère nous encourageait toujours à demander pardon, à nous serrer dans les bras, et ensuite que nous pourrions continuer à jouer si nous nous rappelions qu’il faut savoir partager. Tout « pardon » est devenu une chose extrêmement facile et j’ai appris à ne jamais tenir rancune.

    J’oubliais les souffrances que les gens me faisaient subir, sachant que je leur avais pardonnés et que tout allait bien dans le monde.

    Le pardon été facile jusqu’à ce qu’un jour quelqu’un m’a fait du mal au point où je sentais que je ne pouvais pas lui pardonner. Il ne s’agissait plus de pièces de LEGO, c’était quelque chose qui ne pouvait pas être corrigé, quelque chose que je ne pourrais jamais oublier.

     

    L′impardonnable

    Comment pardonner à quelqu’un à qui vous ne voulez pas pardonner ? Comment pardonner à quelqu’un qui ne mérite pas d’être pardonné ? Voici quelques choses que j’ai apprises sur ma route vers le pardon :

    Rappelez-vous qu’aucun humain n’est au-dessus de : « Pardonner ceux qui vous maltraitent ». Pensez à un jour où vous avez vu un crime horrible relaté aux infos, quelque chose de si dévastateur qu’un enfer éternel semblait la seule récompense juste pour cet agresseur. Dans cette perspective, pensez à Barabbas ou aux voleurs sur les croix, à côté du Christ quand il a été crucifié. Ces hommes avaient été responsables de crimes tels que le vol, le meurtre, et beaucoup d’autres choses horribles qui les ont fait crucifier pour leurs crimes. Cependant, même sur la croix, Christ a montré le pardon à l’impardonnable, aimant ceux que la société considérait indignes.

    Le Christ a dit avec amour au voleur sur la croix, « Amen, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23 : 43, NBS). Non seulement il a pardonné à l’homme sur la croix, mais il a pardonné à ceux qui l’ont cloué dessus, en demandant au Père « pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23 : 34, NBS).

    Aussi mauvais et impardonnable que quelqu’un puisse paraître, nous devons toujours nous rappeler que nous ne sommes pas les juges ultimes de leur caractère, et même, qu’ils sont enfants de Dieu, éligibles à Son pardon.

    L’identification comme chrétien porte la plus grave des responsabilités : représenter le caractère du Christ. Il est facile de représenter le Christ extérieurement dans nos vêtements, nos paroles, ou dans la façon dont nous laissons les autres nous percevoir. Agir est facile et si nous pouvions entrer dans le ciel en agissant seul, de nombreux « pharisiens et sadducéens » de notre monde seraient là en un battement de cœur. Mais le pardon, surtout quand il s’agit de crimes graves, ne peut pas être résolu avec un simple « Je vous pardonne » et une étreinte. Il faut que ceux qui ont été lésés fassent le premier pas, en disant : « Je veux être comme Christ et pardonner à ceux qui me font du tort ».

    Beaucoup de gens qui ont été lésés n’ont jamais vu la justice terrestre ; Des auteurs de crimes n’ont jamais été incarcérés et des torts n’ont jamais été justifiés. Dans des cas comme ceux-là, il peut sembler presque impossible de pardonner parce que NOUS VOULONS que justice soit faite ; Nous voulons les voir payer pour ce que nous avons dû souffrir. Cependant, ce n’est pas le caractère du Christ. Quand Il a pardonné sur la croix, il n’y avait pas de justice soudaine, pas de correction des torts commis contre Lui. Il a simplement pardonné. Bien qu’il puisse sembler que le crime soit trop difficile à pardonner, souvenez-vous toujours que le Prince de l’univers a été tué et a pardonné. Ceux qui se réclament de son caractère doivent s’efforcer d’agir comme Il l’a fait.

     

    Confiant dans le Dieu de la Justice

    Une fois, j’ai été fâché par ma sœur parce qu’elle m’a piqué dans l’œil avec un tournevis. Bien que son agression d’enfant en bas âge ne m’ait pas laissé aveugle, j’étais vraiment fâché contre elle et contre mes parents qui ne lui avait pas donner la fessée à ce moment-là.  Bien que je fusse jeune, je n’avais pas vu le mal étant puni, et j’ai été submergé d’un sentiment d’injustice. Cependant, bien des années plus tard, je me rappelais l’incident avec ma mère. Quand j’ai évoqué le manque de punition de ma sœur, elle a continué à me dire que ma sœur avait été punie, seulement je n’ai jamais vu la punition et que j’aurais dû leur faire confiance dans le meilleur intérêt.

    Combien de fois ne faisons-nous pas confiance à Dieu ? Nous voyons que ceux qui nous font du tort continue à vivre leur vie et à prospérer alors que nous avons à faire face aux traumatismes ou d’autres conséquences de leurs torts. Pourquoi Dieu ne nous fait-il justice et ne les frappe-t-il pas ? Pourquoi ne leur permet-il pas de souffrir ce que nous avons souffert, ou pire ?

    S’il y a des attributs de Dieu sur lesquels nous pouvons compter, c’est la justice. Dans Luc 18 : 7 NBS, le Christ nous dit : « Et Dieu ne ferait pas justice à ceux qu’il a choisis, alors qu’ils crient vers lui jour et nuit ? Il les ferait attendre ? »

    Source : http://advindicate.com/articles/2017/1/26/forgiving-the-unforgivable

    JE TE PARDONNE, MAIS…

    Ce livre s’adresse aux chrétiens qui croient que le pardon est un élément important de leur cheminement spirituel, mais qui ne comprennent pas exactement ce qu’il est réellement.

     

  • Le harcèlement scolaire, l′impact sur la santé de votre enfant

    bullying-630x210Tous les parents s’inquiètent de ce que leurs enfants subissent de la part de leurs semblable à l’école.

    Comment reconnaître et stopper le harcèlement subi par votre enfant ?

    Le harcèlement en France, quelques chiffres.

    • 3 ou 4 enfants se suiciderai chaque année à cause du cyber-harcèlement.
    • 40 % des élèves déclarent avoir déjà subi une agression en ligne.
    • 22 % des enfants harcelés n’en parlent à personne.
    • 85 % des harcèlements ont lieu dans le cadre d’un groupe
    • 61 % des élèves harcelés disent avoir des idées suicidaires

    Quels types de problèmes de santé peuvent émaner de l′objet de ces brimades ?

    Nous savons tous que l’intimidation peut rendre un enfant contrarié ou nerveux lorsqu’il va aller à l’école, mais maintenant, nous voyons que le harcèlement peut avoir des réelles conséquences sur la santé. Vous remarquerez peut-être les problèmes de santé et psychologiques suivants chez les enfants qui sont victimes d’harcèlement.

    • Anxiété
    • Maux de dos
    • Dépression
    • Vertige
    • Maux de tête
    • Irritabilité
    • Difficulté à dormir
    • Maux de ventre
    • Les tentatives de suicide
    • L’automutilation

    Comment un parent peut savoir si son enfant est victime d′harcèlement à l′école ?

    Nous ne pouvons pas être avec nos enfants 24/7, et beaucoup sont réticents à dénoncer leurs camarades de classe. Ces signes pourraient signifier que votre enfant est victime d’intimidation.

    • Maux de fréquents maux de tête ou d’estomac, se sentant malade, voire truquer
    • Blessures inexpliquées
    • Les vêtements, objets électroniques ou autres objets de valeur perdus ou détruits,
    • Changements soudains dans les habitudes alimentaires
    • Difficulté à dormir ou cauchemars
    • Baisse des notes ou de perte d’intérêt pour l’école
    • Se sentir impuissant ou une sous-estime de soi
    • Comportements autodestructeurs ou nuisibles

    Que devraient faire les parents s′ils soupçonnent du harcèlement ?

    Si vous soupçonnez que votre enfant est victime de brimades, demandez à votre enfant ce qui le tracasse, en veillant à l’écouter et en concentrant votre attention sur lui.

    Vous devriez :

    • Donner des conseils sur quoi faire s’il est victimes d’intimidation.
    • Collaborez avec votre enfant, avec l’école ou d’autres institutions pour retirer l’enfant d’une situation dangereuse.
    • Accompagnez votre enfant à l’école ou à ces activités.

    Si les signes de détresse persistent, demandez de l’aide auprès d’un conseiller scolaire, d’un pédiatre ou d’un psychologue.


    1179-soscommenttransmettredebonnesvaleursSOS – COMMENT TRANSMETTRE DE BONNES VALEURS À MES ENFANTS

    Un guide complet pour modeler le caractère des plus petits et développer leur aptitude à prendre des décisions morales. De Kay Kuzma.

     

  • Où est Dieu quand nous souffrons ?

    ou-est-dieu-768x288Par Steve Grimsley

    C’était un soir pluvieux, à l’heure de pointe. Quand le feu passa au vert, j’accélérai. Alors que je gagnais de la vitesse, le conducteur devant moi tourna brusquement à droite. Cela ne m’effraya pas, mais je fus surpris. Je levai le pied, mais c’était trop tard. Il y avait deux véhicules devant moi, déjà arrêtés derrière une voiture immobilisée. Ma voiture enfonça l’arrière de la voiture précédente.

    J’étais désolé pour ma Mazda 626, mais reconnaissant de ne pas avoir été blessé. Je regardai les voitures arrêtées tout autour de moi. Une femme d’une trentaine d’années se tenait près de sa voiture, la tête et les bras levés et, les larmes aux yeux, s’écriait : « Merci, Jésus ! Merci, Jésus ! » Je sortis de ma voiture pour parler avec elle, pensant qu’elle était victime de l’accident. Elle rentra rapidement dans son véhicule on marmonnant qu’elle était en retard pour un rendez-vous et s’en alla. Je réalisai qu’elle était indemne.

    Mais qu’en était-il du jeune couple dont j’avais endommagé le pare-chocs ? Et moi-même ? Eh bien, je devais faire face aux policiers, aux représentants des compagnies d’assurance, aux agences de location de voitures, et à la réparation de ma propre voiture. Pourquoi Jésus ne nous épargne-t-il pas tout cela ?

    La souffrance est-elle juste ?

    Ma souffrance, quoique d’importance mineure, présenta à mon esprit un problème plus profond, un problème qui trouble la foi chrétienne depuis toujours. Comment un Dieu bon peut-il permettre la peine et la souffrance dans le monde ? La répartition et les différents degrés de souffrance semblent suivre le plus grand hasard et, de ce fait, la souffrance semble injuste. N’étais-je pas aussi digne de m’en sortir indemne que cette femme qui put s’en aller sans aucun dommage ?

    Cet incident était banal. Mais notre histoire a été le théâtre d’événements qui ne peuvent que nous étourdir. Des millions d’êtres humains ont péri dans des camps de concentration, au goulag et dans des champs de la mort. Les purges ethniques, les génocides tribaux et les horreurs du 11 septembre nous mènent à nous demander pourquoi Dieu n’a rien fait pour empêcher tout cela. En voyant à la télévision les images de tremblements de terre enterrant vivants des milliers de personnes, nous ne pouvons que nous écrier : « Où est Dieu dans tout cela ? »

    Au milieu de la tragédie de la souffrance humaine, comment est-il possible pour un être rationnel de croire qu’il sert un Dieu d’amour ?

    Au risque d’être perçu comment étant dépourvu de toute sensibilité, j’aimerais proposer une autre question : serait-il possible que, quoique je ne puisse le comprendre en tant qu’être humain fini, Dieu tolère certains malheurs présents parce que cela permet la réalisation d’un bien futur ?

    La souffrance garantit-elle un bien futur ?

    Peter Kreeft, professeur de philosophie à Boston, propose un exemple de souffrance présente et temporelle produisant un bien futur durable.

    « Imaginez un ours, pris dans un piège, qu’un chasseur bien intentionné veut libérer. Ce chasseur, après avoir essayé sans succès de gagner la confiance de l’ours, doit se résigner à lui tirer dessus pour lui injecter une dose de tranquillisant. L’ours, ne pouvant réaliser que le chasseur lui tire dessus dans le but de le délivrer, ne peut penser qu’une seule chose : ce chasseur est en train de l’attaquer et tente de le tuer.

    « Pour pouvoir l’extraire du piège, le chasseur doit le pousser encore plus à l’intérieur de façon à pouvoir relâcher la tension du ressort. Si l’ours est encore à moitié conscient, on peut l’imaginer encore plus fortement convaincu que le chasseur est un ennemi, déterminé à lui causer peine et souffrance. Mais, bien sûr, l’ours a tort de penser cela. Il arrive à cette fausse conclusion parce qu’il n’est pas capable de raison humaine1. »

    Pourrait-on accepter cette histoire fictive comme une analogie de ce qui se passe entre Dieu et nous ? Mais le problème demeure : comment un Dieu tout-puissant, omniscient, tout-amour peut-il tolérer la présence dans le monde d’un mal aussi vicieux et incompréhensible ? Veuillez considérer la proposition de Kreeft selon laquelle le mal peut résulter en bien. Dieu a révélé ses œuvres. Il a démontré historiquement que le pire qui puisse arriver, la mort du Christ sur la croix, a permis la réalisation du meilleur. Personne alors n’aurait pu penser qu’un bien puisse sortir de la tragédie de la croix. Mais Dieu, lui, connaissait à l’avance le résultat glorieux que nul être humain ne pouvait alors concevoir. Si cela est réellement la vérité de la croix du Christ, se pourrait-il que ce soit aussi la vérité de notre existence ?

    Paul Kreeft va plus loin.

    « Supposez que vous soyez le diable. Vous êtes l’ennemi de Dieu et vous voudriez le tuer, quoique vous ne le puissiez. Mais Dieu a ce goût ridicule qui le pousse à créer et à aimer des êtres humains, et eux, vous pouvez leur faire du mal. Ah ! ah ! vous êtes maintenant en possession d’otages ! Vous descendez donc dans le monde des hommes, y semez la corruption, et en emmenez quelques-uns en enfer. Et quand Dieu leur envoie des prophètes pour leur faire connaître la vérité, vous tuez ces prophètes.

    « Dieu fait alors la chose la plus folle : il envoie son propre Fils, soumis au mêmes lois qui gouvernent tout le monde. Vous vous dites : “C’est incroyable qu’il puisse être si bête ! L’amour lui a tourné la tête ! La seule chose que j’aie à faire est d’inspirer quelques-uns de mes agents : Hérode, Pilate, Caïphe, les soldats romains, et ils le crucifieront.” C’est tout !

    « Ainsi, Jésus se trouve cloué sur la croix : oublié des hommes et aussi, semble- t-il, de Dieu. Il agonise et s’écrie : “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonné ?” Que ressentez-vous maintenant en tant que diable ? Vous êtes sûr de vous et triomphant. Mai, vous ne pourriez vous tromper davantage. Car cela représente en fait le triomphe suprême du Christ et votre suprême défaite. Il a planté son talon dans votre bouche et le sang que vous en avez fait jaillir en le mordant a scellé votre fin2. »

    Si ce fait historique unique est également un symbole de toute tragédie, se pourrait-il que notre souffrance et notre mort constituent aussi le moyen par lequel Dieu assure la victoire contre Satan ? C’est souvent dans leur souffrance que la plupart des grandes âmes de l’histoire chrétienne se sont senties le plus près de Dieu. L’apôtre Paul déclare : « Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus.[…] Ainsi, en nous, c’est la mort qui est à l’œuvre, mais en vous, c’est la vie » (2 Corinthiens 4.11,12).

    La souffrance fait-elle oublier Dieu ?

    Mais n’est-il pas possible d’en venir à oublier Dieu à cause du manque d’intérêt qu’il semble porter à notre souffrance ? Elie Wiesel décrit comment il perdit la foi quand, emprisonné au camp de Buna à 15 ans, il fut le témoin de la mort par pendaison d’un jeune Néerlandais qui refusait de révéler la moindre information sur une cache d’armes dans la maison de son maître. Le poids léger du garçon ne fit que prolonger son agonie pendant plus d’une demi-heure. Wiesel et des milliers d’autres prisonniers furent forcés de défiler devant le garçon pour observer sa lutte entre la vie et la mort3.

    Wiesel perdit la foi, mais son histoire contient la réponse au problème considéré dans cet article. Dieu était à Buna avec ce garçon, comme il était au Calvaire avec Jésus son Fils, alors que lui aussi vacillait entre la vie et la mort. Y a-t-il donc une réponse à la question : où est Dieu ? Il n’y a pas de réponse. Mais il y a quelqu’un qui répond.

    Quelqu′un qui répond

    Peter Kreeft conclut ainsi : « Jésus. Pas une avalanche de paroles. Mais la Parole. Pas d’argumentation philosophique, mais une personne. La personne. La solution au problème de la souffrance ne peut pas être une solution abstraite, parce que la souffrance est un sujet concret et personnel qui requiert une solution personnelle. La solution doit être quelqu’un plutôt que quelque chose, parce que le problème implique quelqu’un : Dieu, où es-tu ?

    « Jésus est là, assis à nos côtés aux moments les plus sombres de notre existence. Sommes-nous déchirés ? Il fut déchiré, comme du pain, pour nous. Sommes-nous humiliés ? Il fut méprisé et abandonné des hommes. Crions-nous que nous ne pouvons plus tolérer la souffrance ? Il fut un homme de douleur et habitué à la souffrance. Sommes-nous trahis ? Il fut vendu. Nos relations les plus tendres sont-elles déchirées ? Lui aussi aima et fut rejeté. Les autres se détournent-ils de nous ? Ils se voilèrent la face devant lui comme devant un lépreux.

    « Descend-il dans tous nos enfers ? Oui. Il ressuscita des morts, mais il changea aussi le sens de la mort en général, et, ce faisant, le sens de toutes nos morts individuelles, grandes et petites. Chacune des larmes que nous pleurons devient la sienne. Peut-être semble-t-il tarder à les essuyer, mais il le fera4. »

    Dieu est présent dans la souffrance

    Mon Dieu est-il désintéressé et distant ? Se tient-il au-dessus de moi comme un immense despote, exigeant de moi une capitulation ? S’enferme-t-il dans des sphères de sérénité desquelles il ne descend que très rarement ? Si cela était le cas, je ne pourrais pas croire en lui. Sans la croix, ma foi ne pourrait que s’étioler en un mythe ou un agnosticisme. Mais là, au Calvaire, mon Sauveur, seul, oublié, tordu par la souffrance, blessé, déchiré, assoiffé, cria dans l’agonie pour me pardonner. Voilà un Dieu pour moi !

    Ainsi, quand surgit la question accusatrice de savoir comment un Dieu d’amour peut permettre la peine et la souffrance dans ce monde, je dessine un arc-en-ciel, je construis un symbole avec deux morceaux de bois rugueux, et je plante la croix du Christ au zénith !

    Steve Grimsley est le directeur des services d’assurances maladie, Adventist Risk Management, à la Conférence générale de l’Eglise adventiste. E-mail : sgrimsley @adventistrisk.org.

    Notes et références

    1. Cité dans Lee Strobel, The Case for Faith (Grand Rapids, Michigan : Zondervan Publishing House, 2000), p. 32.
    2. Ibid., p. 39, 40.
    3. Elie Weisel, Night (New York : Avon Books, 1969), p. 75, 76.
    4. Strobel, p. 51, 52.
    © Comité pour les étudiants et diplômés universitaires adventistes (CEDUA) : http://dialogue.adventist.org/fr/14-3/grimsley/ou-est-dieu-quand-nous-souffrons

    583-conversationenpleinvolCONVERSATION EN PLEIN VOL

    Bien que nous vivions à une époque où l’’information est reine, la plupart des êtres humains n’’ont aucune réponse aux questions essentielles de la vie. Y a-t-il un Dieu ? Pourquoi tant de souffrance ? De Gerhard Padderatz.


  • 24 façons de récupérer la paix de l′esprit

    holiday-1354563_1280

    Ce n’est pas un euphémisme de dire que ce sont des périodes de stress. Presque systématiquement, il y a des reportages qui augmentent encore notre anxiété – la sécurité de l’aéroport est laxiste; le pays est vulnérable aux attaques chimiques, biologiques, et même nucléaires; notre eau peut être empoisonné et notre nourriture contaminée; les terroristes en veilles sont au milieu de nous. La litanie des dangers peut déconcerter même les personnes les plus fortes et les plus optimiste. En dépit des temps difficiles, il est possible d’être une personne qui vit avec sérénité et tranquillité. Voici deux douzaines de façons de récupérer votre tranquillité d’esprit.

    1. Faîtes un focus sur ce que vous pouvez contrôler.

    Plutôt que d’être obsédé par le terrorisme et le manque de sécurité, mettez l’accent sur les comportements et votre santé, votre vie – les économies que vous pouvez contrôler. L’exercice pour garder votre corps en bonne santé et en pleine forme. Porter une ceinture de sécurité lorsque vous conduisez, ou un casque lorsque vous faîtes de la moto ou du vélo. Installez des détecteurs de fumée. Appliquez des filtres solaires et faites des examens médicaux réguliers. Pour les domaines de la vie qui sont hors de votre contrôle, placez votre attention vers Dieu. Joignez-vous au psalmiste qui a prié ainsi, « Mes destinées sont dans ta main » (Psaume 31 : 15 – COL). *

    2. Cultiver les « manifestations » de la paix intérieure.

    Inévitablement, les gens qui éprouvent de la paix et de la sérénité ont quelques-unes des caractéristiques suivantes de la paix intérieure : une perte d’intérêt pour juger les autres ; capacité limitée à se soucier ; appréciation limité des événements ; ils assaillent fréquemment de sourire ; ils se sentent relié aux autres et avec eux-mêmes ; une plus grande ouverture d’esprit pour recevoir de l’amour ainsi que d’une envie incontrôlable de le partager; une perte d’intérêt pour les conflits et les disputes. Laissez-vous guider par une certaine sagesse de l’apôtre Paul : « …se préoccuper des désirs de l’Esprit Saint mène à la vie et à la paix. » (Romains 8 : 6 – FC).

    3. Maintenir l′objectif.

    Souvent, c’est la perte d’équilibre et d’objectifs dans la vie qui augmente le stress et l’anxiété. Adopter l’attitude du « verre à moitié plein », pas à moitié vide. Considérez cette idée de Stephen Hawking, physicien de renommée mondiale. Il est également emprisonné dans un corps impuissant à cause de la SLA (sclérose latérale amyotrophique). Bien qu’il pourrait avoir de bonnes raisons de se sentir désolé pour lui-même, Hawking ne fonctionne pas comme ça. Souvent, il réfléchit sur un jeune homme qu’il a rencontré alors qu’il était hospitalisé : « J’avais vu un garçon. . . mourir de la leucémie dans le lit en face de moi. Ça n’a pas été une jolie vue. De toute évidence, il y avait des gens qui étaient moins bien lotis que moi. Au moins, mon état ne m’a pas fait sentir malade. Chaque fois que je me sens enclin à être désolé pour moi-même, je me souviens que ce garçon ».

    4. Exprimer de la gratitude.

    La Bible nous enseigne à « rendre grâces en toutes circonstances » (1 Thessaloniciens 5:18). Prenez ce conseil à cœur. Alexander Whyte d’Edimbourg était célèbre pour ses prières en chaire. Il a toujours trouvé quelque chose pour remercier Dieu, même dans les mauvais moments. Un matin d’orage un membre de sa congrégation pensait en lui-même, « le prédicateur ne peut pas remercier Dieu pour un misérable matin comme ça ». Cependant, Whyte a commencé sa prière : « Nous te remercions, ô Dieu, que ce ne soit pas toujours comme ça. »

    5. Adopter le principe « comme si ».

    Le regretté acteur français Maurice Chevalier à qui on avait une fois demandé comment il a réussi à être si joyeux. L’artiste a admis que même s’il semblait toujours être gai, il ne se sentait pas toujours ainsi. Ce fut sa dernière apparition : « Quand je sens un public répondre à la gaieté que je suis en train de donner, je sens ma gaieté me revenir. C’est comme un boomerang ». Cela fonctionne non seulement pour l’interprète. C’est un jeu que tout le monde peut jouer.

    Maurice Chevalier expliqué. « Si Un homme se rend à son bureau et qu’il est grincheux, qu’il grogne un salut à sa secrétaire. Elle peut être réveillée, vive et enjoué, mais tout de suite la mesquinerie est contagieuse. À l’inverse, s’il entre en sifflant. Qu’il a peut-être mis une fleur de son jardin à sa boutonnière. Il étend une joyeuse salutation. C’est le boomerang. Le bureau s’illumine. « La leçon :  Même si vous ne vous sentez pas heureux en ce moment, agissez comme si vous l’étiez et respirez la joie envers ceux avec qui vous avez des contacts. La joie que vous donnez sera la joie qui vous reviendra ».

    6. La vie dans le présent.

    « Ne regardons pas en arrière dans la colère, ni en avant dans la crainte, mais autour de la prise de conscience », a déclaré l’écrivain James Thurber.

    7. Soyez gentil.

    Vivre par la même philosophie qui a guidé William Penn, fondateur de l’Etat de Pennsylvanie. « Je pense que je ne fais que passer à travers ce monde, juste une fois, » écrivait-il. « Tout le bien donc que je peux faire, ou toute gentillesse que je peux montrer à tout semblable, permettez-moi de le faire maintenant. Permettez-moi de ne pas le reporter ou de le négliger, car je ne reviendrai pas une seconde fois ».

    8. Essayez de faire de votre monde un endroit meilleur.

    Laissez-vous guider par cette sagesse de Jim Henson, créateur des Muppets : « Je crois en prenant une attitude positive envers le monde… Mon espoir est toujours de laisser le monde un peu mieux que quand je suis arrivé ici. »

    9. Demandez à Dieu, la paix intérieure.

    Adoptez le style spirituel de l’apôtre Paul, qui a prié,  » Que le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix en tout temps, de toute manière ! Que le Seigneur soit avec vous tous !» (2 Thessaloniciens 3:16). Personnalisez la prière de Paul pour vous-même : Que le Seigneur de paix lui-même me donner la paix en tout temps et dans tous les sens.

    10. Une promenade à la lumière.

    « L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité ; seule la lumière peut faire cela. La haine ne peut pas chasser la haine ; seul l’amour peut faire cela », a observé Martin Luther King, Jr. Soyez une personne qui vit et qui marche dans la lumière.

    11. Le retour à la nature.

    La plupart des gens découvrent que de passer du temps à l’extérieur est un remède pour presque toutes les maladies de l’âme. Profitez de cette thérapie naturelle par le jardinage, la randonnée, l’escalade, ou simplement faire une promenade dans un parc à proximité.

    12. La pratique de l’auto-guérison.

    Votre capacité à composer avec le stress augmente à mesure que vous prenez soin de vous-même. Pour ce faire, en mangeant des repas équilibrés et nutritifs, en faisant de l’exercice, et en obtenant assez de sommeil.

    13. Une odeur sérénité.

    Faîtes une promenade à travers un bosquet de pins ou allumer une bougie parfumée. Stimuler le sens olfactif peut être un véritable calmant pour l’esprit.

    14. Croyez en la vérité et en l’amour.

    Considérez cette sagesse de Gandhi : « Quand je désespère, je me souviens que tout au long de l’histoire, le chemin de la vérité et de l’amour a toujours gagné. Il y a eu des tyrans et des assassins et pour un temps, ils semblent invincibles, mais à la fin ils tombent toujours. Pensez-y, toujours. »

    15. Obtenir une dose quotidienne de vitamine « H. »

    H comme Humour, L’humour allège les fardeaux de la vie et réduit les angoisses. Acheter un livre de blagues et de lisez-le régulièrement, ou consulter les nombreux sites d’humour sur l’Internet pour obtenir un peu de rire tous les jours.

    16. Terminer ce que vous commencez.

    Une grande partie de la satisfaction et de contentement dans les résultats de la vie et de l’exécution des tâches difficiles et pénibles. John Stephen Akhwari de Tanzanie est parfois décrit comme « le plus grand athlète finissant à la dernière place. » Cette description unique lui a été donné en 1968 tandis que dans la ville de Mexico participer aux Jeux olympiques. Après un peu plus de 20 km de course, il est tombé et s’est gravement blessé le genou droit. Il s’est fait bander la jambe, puis a continué, en boitant, en s’arrêtant parfois pour marcher, puis en reprenant sa course. Il était un peu plus de 19 heures lorsque John Stephen Akhwari entra dans le stade. Les derniers spectateurs, qui se préparaient à partir, eurent leur attention retenue par des sirènes de police et des flashs. À ce moment-là, John Stephen Akhwari passe le tunnel. Lorsqu’il franchit la ligne d’arrivée, la jambe bandée et sanguinolente, les quelques spectateurs restés dans le stade l’acclamèrent autant qu’ils le purent. Plus tard, alors qu’un journaliste lui demanda pourquoi il n’avait pas abandonné, il a répondu : « Mon pays ne m’a pas envoyé à Mexico pour commencer la course, mais pour la finir ».

    17. Au clair de lune.

    Sortez par une nuit sans nuages. Contemplez la lune. Utilisez votre imagination à la lumière de la lune. Imaginez le poids de vos inquiétudes et préoccupations dans une gondole, et en les laissant flotter au large toutes vos contraintes.

    18. Maintenir l’intégrité personnelle.

    La duplicité est stressante. Évitez ce voyage. Dites ce que vous voulez dire, et faites ce que vous dites. Incarner les valeurs que vous professez pour être respecté.

    19. Rappelez-vous que les attitudes sont plus importantes que les faits.

    La personnalité de la Télévision Hugh Downs fait une observation : « Une personne heureuse n’est pas une personne avec un ensemble de circonstances, mais plutôt une personne avec un ensemble d’attitudes. »

    20. Pardonnez honnêtement.

    Lorsque vous avez été méprisé, humilié, ou insulté, entraînez-vous à pardonner rapidement et généreusement. Répéter ou ressasser les torts peuvent être des charges fastidieuses à transporter. Lâchez le ressentiment de haine et renoncer à la nécessité de représailles. Ce faisant, vous découvrirez le poids de la colère et l’hostilité sortir hors de votre vie.

    21. Simplifiez votre vie.

    Vous n’êtes pas obligé d’avoir ce que « tout le monde » a, pour profiter de la vie. Essayer d’économiser avec ce que vous avez au lieu de vous briser financièrement et émotionnellement. Considérez Alay Desai, qui est cadre à la Silicon Valley. Malgré son gros salaire, il rentre chez lui chaque soir dans un appartement d’une chambre meublée uniquement avec des livres d’histoire et d’une télévision usée. Lui et sa femme, Nilima, dormaient sur le sol, dans une couette avec deux oreillers. Ils conduisent depuis 10 ans une vieille Chevrolet NOVA. « Je ne veux pas d’ordinateurs portables ou de téléphones cellulaires ou de tablette. Je n’ai pas besoin d’une BMW ou d’une maison de rêve plein de gadget de haute technologie « , dit-il.

    22. Il suffit de dire non !

    Vous n’êtes pas obligé de tout faire. Vous n’êtes pas obligé de convenir d’accepter toutes les demandes qui viennent de partout. « Non, merci » peuvent être deux mots qui allègera votre calendrier pour plus de tranquillité d’esprit.

    23. Manger calmement et tranquillement.

    Ne jamais manger debout. Ne vous goinfrer pas. Ménagez-vous à l’heure du repas. Asseyez-vous à une table soigneusement fixé avec « la porcelaine et de l’argenterie ». Allumer une bougie. Décorer une table avec un arrangement floral. Offrez une prière de remerciement pour le repas. Mangez soigneusement et consciemment.

    24. Savoir ce qui est important dans la vie.

    Ne pas se laisser prendre par une course après des objectifs superficiels tels que le matérialisme, la richesse, ou le succès. Une telle chasse peut devenir épuisante émotionnellement. Vivre avec des principes qui sont plus profonds produit le bonheur de votre la vie. O’Neill se rappelle, à la fin du Congrès, a dit que certains des meilleurs conseils qu’il n’ait jamais reçus était ceux de son mentor, Politicien à Boston, James Michael Curley a dit : « Fils, il est agréable d’être important. Mais rappelez-vous, il est plus important d’être agréable. »

    * Les textes de la Bible dans cet article sont de la Sainte Bible, Version à la Colombe ou en Français courant.
    Source de l'article : http://www.vibrantlife.com/?p=195

    UN ESPRIT POSITIF

    Un esprit positif – fournit des outils face aux défis que souvent nous affrontons. En un seul volume, ce manuel propose un catalogue complet de situations problématiques que nous rencontrons tous. Pour affronter ces situations le Docteur Melgosa présente des techniques précieuses de prise en charge personnelle.


     

  • Une affirmation sur le mariage

    Les questions relatives au mariage sont visibles sous leur vrai jour seulement lorsqu’ils ils sont considérés dans le contexte de l’idéal divin pour le mariage. Le mariage a été divinement établie en Eden et confirmé par Jésus Christ pour être monogames et hétérosexuels, une union permanente d’amour et d’amitié entre un homme et une femme. À l’apogée de son activité créatrice, Dieu a façonné l’humanité mâle et femelle à son image ; et il a institué le mariage, une union basée sur l’Alliance des deux sexes physiquement, émotionnellement et spirituellement, exprimé dans l’écriture comme « une seule chair. »

    Découlant de la diversité des deux sexes humains, l’unicité des images du mariage de manière singulière et l’unité dans la diversité de la divinité. Tout au long de l’écriture, l’union hétérosexuelle dans le mariage est élevée comme un symbole du lien entre la divinité et l’humanité. Le don de l’amour de Dieu est un témoin humain destiné à l’alliance avec son peuple. L’affiliation harmonieuse d’un homme et d’une femme en mariage fournit un microcosme d’unité sociale qui est consacrée par l’usage comme un ingrédient de base des sociétés stables. En outre, l’intention du créateur est que les époux utilisent la sexualité non seulement pour servir dans un but d’union, mais aussi, afin de prévoir la reproduction et l’héritage de la famille humaine. Dans le dessein divin, la procréation provient de la liaison même du processus par lequel mari et la femme peuvent trouver joie, plaisir et intégralité physique.

    C’est au mari et à la femme dont l’amour leur a permis de connaître mutuellement dans une profonde responsabilités sexuelle qu’un enfant peut être confiée. Leur enfant est l’incarnation même de leur unité. L’enfant en pleine croissance prospère dans l’atmosphère de l’amour conjugal et l’unité dans laquelle il ou elle a été conçue et a l’avantage d’avoir une relation d’amour avec chacun des parents naturels.

    L’union monogame dans le mariage d’un homme et d’une femme s’affirme comme étant le fondement divin de la vie familiale et sociale, et le seul lien moral appropriée à l’expression sexuelle intime génitale ou connexes. Cependant, l’héritage du mariage n’est pas seulement le plan de Dieu pour la rencontre des besoins relationnels humains ou pour connaître l’expérience de la famille. L’unicité et l’amitié des célibataires relèvent ainsi la conception divine. L’amitié et le soutien des amis est important dans les deux testaments bibliques. La communion de l’église, la maison de Dieu, est disponible à tous quel que soit leur état conjugal. Cependant, l’écriture place une ligne de démarcation solide socialement et sexuellement entre ces relations d’amitié et de mariage.

    Ce point de vue biblique du mariage l’église adventiste du septième jour y adhère sans réserve, estimant que tout abaissement de ce point de vue capital est à cet égard un abaissement de l’idéal céleste. Parce que le mariage a été corrompu par le péché, la pureté et la beauté du mariage tel qu’il a été conçu par Dieu doit être restauré. Grâce à une appréciation de l’œuvre rédemptrice du Christ et le travail de son esprit dans le cœur des hommes, l’objectif initial du mariage et la délicieuse et saine expérience du mariage réalisé par un homme et une femme qui se joignent à leur vie dans l’Alliance du mariage peut être restauré.

    Cette déclaration a été approuvée et votée le 23 avril 1996 par la Conférence générale de Seventh-day Adventists administratifs Comité (ADCOM).

    Source : http://family.adventist.org/answers/statements-on-family-issues---marriage---an-affirmation-of-marriage.html

    35 DEVISES POUR UN MARIAGE HEUREUX

    Une bonne devise assurera un mariage heureux. Choisissez en une ou créez la votre. De Gayle et Mike Tucker.