• VERS OÙ SE DIRIGE LA PLANÈTE ?

    PAR OSCAR LÓPEZ. Président de l’Église adventiste du septième jour en Espagne.

    « Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour prendre soin de la planète où j’habite. Je vous invite à faire de même tout en vous rappelant que celui qui l’a créée va la restaurer. »

    Je suis assis devant l’ordinateur. Je prie en passant mes doigts sur le clavier pour que les mots qui donneront vie à cet article soient plus inspirés de Lui que de moi. Il fait très chaud dehors. J’écris alors qu’en Espagne ils annoncent une vague de chaleur extrême et je pense au verset annonçant, à propos du soleil : « Il lui fut donné de brûler les humains par le feu, et les humains furent brûlés par une chaleur torride. » (Apoc.16.8-9). Je sais que le jour annoncé par la prophétie biblique n’est pas encore arrivé, mais la réalité insiste pour me rappeler que Dieu a toujours raison.

    Nous vivons des jours exceptionnels. Vers où se dirige la planète ? Certains proclament la gravité du changement climatique en disant qu’au rythme de la pollution et de la destruction de la planète, nous n’aurons bientôt plus d’endroit où vivre. D’autres, appelés négationnistes, supposent que la planète est en train de se réchauffer, mais refusent d’attribuer ce phénomène à l’action humaine, supposant des causes naturelles dans tous ces phénomènes. Plus polluée et habitée que jamais, la planète émet des signaux de détresse que je ne sais pas encore si nous y participons à l’instant.

    L’apôtre Paul a écrit que « la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’accouchement. » (Rm 8.22). Une création soumise à l’action vaine de l’homme et aspirant à la même rédemption à laquelle les hommes aspirent pour la « liberté glorieuse des enfants de Dieu. » (Rm 8.21). Ce qui était autrefois parfait s’effondre aujourd’hui devant notre regard parfois indifférent.

    – « Que Jésus revienne ! » – crie la nature mourante autour de nous….

    – « Qu’il revienne ! » – nous les croyants répondent que nous souhaitons voir toutes choses restaurées.

    La création gémit

    Pendant que je suis sous la chaleur, je pense à notre propre maison, et je ne peux m’empêcher de me rappeler des nouvelles qui me rappellent chaque jour que j’aspire aussi à quelque chose de mieux : la violence envers les animaux, une déforestation agressive et imparable, la pollution de l’air, de la mer et de la terre, les espèces menacées d’extinction, des plastiques qui forment des îles et des îles qui disparaissent sous la mer. Alors que certains meurent de faim, d’autres jettent des tonnes de nourriture à la poubelle. Il y en a tellement et d’autres si peu, dit-on.

    Les politiciens sont en désaccord. Les intérêts économiques régissent l’agenda et le calendrier de ce monde globalisé. Des gens célèbres élèvent la voix pour annoncer que la fin du monde alors que les Eglises se taisent en sachant que le monde touche à sa fin. La chaleur ne m’empêchera pas de faire confiance à Dieu, il a le contrôle et a déjà un plan.

    Le plan de Dieu

    1. « Car je crée un ciel nouveau et une terre nouvelle ; on ne se souviendra plus du passé, il ne viendra plus au cœur.
    2. Egayez-vous plutôt et soyez pour toujours dans l’allégresse à cause de ce que je crée ; car je crée Jérusalem pour l’allégresse et son peuple pour la gaieté.
    3. Je ferai de Jérusalem mon allégresse et de mon peuple ma gaieté ; on n’y entendra plus de pleurs ni de cris.
    4. Il n’y aura plus là de nourrisson vivant quelques jours seulement, ni de vieillard qui n’accomplisse pas ses jours ; car le plus jeune mourra à cent ans, le pécheur qui mourra à cent ans sera considéré comme maudit.
    5. Ils bâtiront des maisons et les habiteront ; ils planteront des vergers et en mangeront le fruit.
    6. Ils ne bâtiront pas des maisons pour qu’un autre les habite, ils ne planteront pas pour qu’un autre mange ; car les jours de mon peuple seront comme les jours des arbres, et ceux que j’ai choisis jouiront de l’œuvre de leurs mains.
    7. Ils ne se fatigueront pas pour rien et n’auront pas des enfants pour l’épouvante.
    8. Car ils formeront la descendance des bénis du Seigneur, et leur progéniture sera avec eux. Avant qu’ils m’invoquent, moi, je répondrai ; ils parleront encore que moi, je les aurai déjà entendus.
    9. Le loup et l’agneau auront un même pâturage, le lion, comme le bœuf, mangera de la paille, et le serpent aura la poussière pour nourriture. Il ne se fera aucun mal, il n’y aura aucune destruction dans toute ma montagne sacrée, dit le Seigneur.» (Ésaïe 65.17-25 NBS).

    Je sais en qui j′ai cru.

    Les températures continuent d’augmenter, mais pas le désespoir. Je sais en qui j’ai cru. Je ne dépends pas de l’action humaine pour améliorer les choses ; je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour prendre soin de la planète que j’habite. Je vous invite à faire de même, car je vous rappelle que le jour viendra bientôt où Dieu donnera « la récompense à Ses serviteurs les prophètes, aux saints et à ceux qui craignent Son nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre » (Ap 11.18). Celui qui l’a créée la restaurera.

    Peu à peu, je finis de taper. Mon article est déjà mis en page. Je vais vous le transmettre pour que vous puissiez le lire. Il fera peut-être plus chaud quand vous le lirez que quand je l’ai écrit. Ou peut-être pas. Ce que je sais, c’est qu’aujourd’hui notre « salut est plus proche de nous que lorsque nous sommes venus à la foi. » (Rm 13.11). Que Dieu vous bénisse.


    JARDINIER DU PÈRE

    Ce livre est le fruit d’une collaboration de onze auteurs participant à l’ébauche d’une approche globale sur l’écologie et la foi chrétienne.

    RÉSUMÉ DE L′OUVRAGE

    Spécialiste dans leur domaine (agroécologiste, géographe, jardinier, naturopathe, pasteur, théologien…), ils nous conduisent dans une réflexion chrétienne et biblique sur l’écologie et la place de l’homme au sein de la nature. Notre monde souffre et se détériore. L’état de la planète est le reflet de la conscience et du coeur de l’être humain. C’est pourquoi cet ouvrage nous propose une réflexion et un itinéraire de croissance personnel, existentiel et spirituel, allant de l’écologie de la planète, le jardin extérieur, à l’écologie de notre être, le jardin intérieur.

  • Le réchauffement climatique ne s′arrêtera pas à la frontière

    Grands États et petites îles sont concernés par le réchauffement climatique. Tous ne sont pourtant pas égaux pour y faire face. Des solutions globales peuvent-elles amener plus de justice ?

    [Voir plus...]
  • L′Agroécologie: Éliminer la faim et construire la souveraineté alimentaire

    agroeco1Par Chavannes Jean-Baptiste Mouvement Paysan de Papaye (MPP) – Haïti

    Depuis toujours, le seul objectif de l’agriculture n’est rien d’autre que de pouvoir une nourriture saine pour toute la population. La mission fondamentale de l’agroécologie est une alimentation saine pour tous les peuples de la planète, avec de la nourriture produite dans le respect de la Terre-Mère, en faisant en sorte que les générations futures aient une alimentation saine et un environnement viable.

    Dans le monde d’aujourd’hui, il y a en toile de fond d’accaparement des terres pour développer des plantations industrielles en vue de l’exportation des produits agricoles et des agrocarburants, le tourisme et les méga projets miniers, ainsi de suite. Des familles et des communautés entières sont capturées dans ce processus de recolonisation, sont déplacées ou transformés en esclaves, des entreprises agroalimentaires et biotechnologiques toxiques, qui font des milliards de dollars sur elles.

    Le contexte actuel en Haïti est hostile. 70% du pays est rurale, mais il y a plus de faim dans les campagnes que dans les villes. Un exode rural massif se produit parce que la majorité des gens ne reçoivent pas les services de base de l’Etat. Les jeunes sont à la recherche de tous les moyens pour quitter les zones rurales pour d’autres pays, ou tout au moins pour Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, mais ils n’y trouvent rien à faire. L’agroindustrie toxique, comme Monsanto continuent à essayer de reprendre l’agriculture des mains des paysans, et le gouvernement essaie de les tromper en leur disant qu’ils doivent toujours continuer à utiliser des produits chimiques, quand bien même ils ne disposent pas de moyens pour se le permettre. Il est scandaleux de promouvoir l’agriculture industrielle, des tracteurs et des engrais chimiques dans un pays où les agriculteurs sont dans les montagnes.

    Les grandes sociétés défendent et font promotion de l’agriculture industrielle en prétendant qu’elle nourrit la population. Mais le but de l’agriculture industrielle n’est pas de nourrir la population du globe – mais plutôt de faire du profit. Par contre, l’objectif de l’agroécologie est de nourrir toutes les nations avec des aliments sains tout en prenant soin de la terre, notre Terre-Mère, et en tentant de résoudre les problèmes de changement climatique. L’agroécologie est le seul moyen de résoudre les problèmes liés à la faim et aux changements climatiques. Cela revient à dire que l’agroécologie peut nourrir plus de sept milliards de personnes dans le monde et à même temps refroidir la planète.

    La grande préoccupation des industries agricoles est de travailler à changer et à déformer le sens du concept d’agroécologie. Pour ce faire, il faut qu’ils détruisent l’agriculture paysanne et lutter contre l’agroécologie, afin de pouvoir continuer leurs oeuvres destructrices. Il faut se méfier des discours des gouvernements des pays industrialisés. Soyons attentifs aux scientifiques au service du Capital, qui affirment qu’il est possible de combiner agroécologie et agriculture industrielle. Il est clair que ces deux modèles ne peuvent pas être combinés. Ceci est un stratagème pour anéantir l’agriculture agroécologique paysanne.

    JBCHAVANNESChavannes Jean-Baptiste est le Président du Mouvement Paysan de Papaye (MPP) en Haïti, qui est une organisation membre de La Via Campesina Internationale.

    Source : whyhunger.org

    JARDINIER DU PÈRE

    Ce livre est le fruit d’une collaboration de onze auteurs participant à l’ébauche d’une approche globale sur l’écologie et la foi chrétienne.