EDS – Dimanche 10 mai – Comprendre les Écritures

Lisez 1 Timothée 3.16, 17. Dans quel but la Bible nous a-t-elle été donnée ?

La Bible a été écrite en témoignage de l’œuvre de Dieu dans l’histoire, de son plan pour racheter l’humanité déchue, et pour nous instruire dans toutes les voies de la justice. Le Seigneur a choisi de le faire dans un langage humain, rendant ainsi visibles ses idées et ses pensées à travers des mots humains. En rachetant Israël de l’Égypte, Dieu a choisi une nation précise pour communiquer son message à tous les peuples. Il a permis à cette nation de communiquer sa Parole par l’intermédiaire de la langue qu’ils parlaient, l’hébreu (avec quelques portions en araméen, une langue liée à l’hébreu).

L’avènement de la culture grecque fut une nouvelle opportunité, en permettant que le Nouveau Testament soit communiqué dans la langue universelle du grec, qui, à l’époque, était parlé par beaucoup de gens dans cette partie du monde. (En fait, il y avait même une traduction grecque de l’Ancien Testament). Cette langue « universelle » permit aux apôtres et à l’église primitive de répandre le message partout avec un zèle missionnaire renouvelé après la mort de Christ. Plus tard, l’apôtre Jean a, comme témoin, annoncé la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ : tout ce qu’il a vu (Ap 1.2, Colombe). Ainsi, la Bible indique la continuité de ce « témoin » inspiré et « témoignage » du premier auteur biblique au dernier.

Lisez Deutéronome 32.46, 47. Pourquoi était-il aussi important pour les enfants d’Israël d’obéir à toutes les paroles de cette loi (Dt 32.46), la Torah, ou à ces « instructions ? » En quoi la Parole de Dieu « prolonge-t-elle » nos jours ? Qu’est-ce que cela peut signifier dans notre contexte aujourd’hui ?

Certaines personnes ont non seulement la Bible traduite dans leur langue maternelle, mais en ont même différentes versions dans leur langue. D’autres n’en ont peut-être qu’une seule version, et encore. Mais quoi que vous ayez, le point clé est de la chérir comme la Parole de Dieu, et, surtout, d’obéir à ses enseignements.

Pourquoi n’est-ce jamais sans importance (Dt 32.47, Segond 21) d’obéir à la Parole de Dieu et de l’enseigner à ses enfants, également ?


Version papier
Version numérique
Version PDF
Version MP3
%d blogueurs aiment cette page :