• EDS – Mercredi 6 mai – Notre nature pécheresse déchue

    Lisez Jean 9.39-41 et Jean 12.42, 43. Qu’est-ce qui a empêché les personnes dans ces passages d’accepter la vérité du message biblique ? Quelles paroles d’avertissement et de prudence peut-on retirer de ces incidents ?

    C’est facile avec le recul de considérer avec mépris les chefs religieux qui rejetèrent Jésus malgré des preuves aussi flagrantes. Cependant, nous devons prendre garde de ne pas nourrir une attitude similaire au sujet de sa Parole.

    C’est indéniable, le péché a radicalement modifié, déchiré et brisé notre relation avec Dieu. Le péché affecte tous les domaines de notre existence humaine. Il affecte également notre capacité à interpréter l’Écriture. Ce n’est pas simplement que nos processus de raisonnement sont facilement utilisés à des fins impies, mais nos esprits et nos pensées ont été corrompus par le péché, et ainsi, se sont fermés à la vérité de Dieu. On peut détecter les caractéristiques de cette corruption dans notre pensée : orgueil, aveuglement, doute, distance, et désobéissance.

    Une personne orgueilleuse s’élève au-dessus de Dieu et de sa Parole. Car l’orgueil amène en effet l’interprète à donner trop d’importance à la raison humaine comme arbitre final de la vérité, y compris des vérités qui se trouvent dans la Bible. Cette attitude amoindrit l’autorité divine de l’Écriture.

    Certaines personnes ont tendance à n’écouter que les idées qui leur plaisent, même si elles sont en contradiction avec la volonté révélée de Dieu. Dieu nous a mis en garde contre le danger de l’aveuglement (Ap 3.17). Le péché nourrit également le doute, qui nous fait hésiter et nous amène à ne pas croire la Parole de Dieu. Quand on commence à douter, l’interprétation du texte biblique ne mène jamais à la certitude. La personne qui doute s’élève plutôt rapidement à un statut où c’est elle qui juge ce qui est ou non acceptable dans la Bible, et il s’agit d’un terrain très dangereux.

    Nous devrions au contraire aborder la Bible par la foi et dans la soumission, et non avec un état d’esprit de critique et de doute. L’orgueil, l’aveuglement, et le doute entrainent une attitude de distance envers Dieu et la Bible, qui mène forcément à la désobéissance, c’est-à-dire à la réticence à suivre la volonté révélée de Dieu.

    Vous êtes-vous déjà retrouvé dans une situation où vous luttiez contre une conviction venue de votre lecture de la Bible, c’est-à-dire qu’elle vous indiquait clairement une direction, mais vous vouliez aller dans une autre ? Qu’est-il arrivé, et qu’avez-vous appris de votre expérience ?


    Version papier
    Version numérique
    Version PDF
    Version MP3