EDS – Vendredi 3 avril – Pour aller plus loin…

Lisez Ellen G. White, « Les Écritures, notre sauvegarde, » pp. 435-441, dans Le grand espoir ; « Que votre cœur ne se trouble pas, » pp. 666-686, dans Jésus-Christ.

Beaucoup sont morts pour être restés fidèles à la Parole de Dieu. Parmi ces hommes, il y a Rowland Taylor, un clerc anglais, qui résista à l’imposition de la messe catholique pendant le règne de Marie la Sanglante, dans sa paroisse de Hadley, en Angleterre. Après avoir été banni de l’église et tourné en dérision pour son adhésion aux Écritures, il en appela à l’évêque de Winchester en personne, lord chancelier d’Angleterre, mais il fut jeté en prison et finalement envoyé à l’échafaud. Juste avant sa mort en 1555, il prononça ces paroles : « Braves gens ! Je ne vous ai rien enseigné d’autre que la sainte Parole de Dieu, des leçons que j’ai tirées du livre béni de Dieu, la sainte Bible. Je suis ici aujourd’hui pour le sceller de mon sang. » John Foxe, The New Foxe’s Book of Martyrs, réécrit et mis à jour par Harold J. Chadwick (North Brunswick, NJ : Bridge-Logos Publishers, 1997), p. 193. On entendit Rowland Taylor réciter le Psaume 51 juste avant qu’on n’allume le feu et qu’il y laisse la vie.

La question que nous devons nous poser à présent est celle-ci : Resterions-nous aussi fidèles aux vérités de la Parole de Dieu ? Tôt ou tard, dans le conflit final, cette épreuve viendra. Bien entendu, c’est maintenant le moment de s’y préparer.

À méditer

  • De quelle manière la prophétie confirme-t-elle l’origine divine de la Bible ? Comment ces prophéties accomplies peuvent-elles nous affirmer dans notre foi ?
  • En référence à la question à la fin de l’étude de jeudi, pourquoi les preuves en faveur de la messianité de Jésus sont-elles si puissantes ?
  • Jésus et les apôtres ont manifesté une foi indéfectible en la fiabilité et en l’autorité divine des Saintes Écritures. Par exemple, combien de fois Jésus lui-même fait-il référence aux Écritures et au fait (souvent en parlant de lui) qu’elles doivent « s’accomplir » ? (Voir par exemple, Mt 26.54, 56 ; Mc 14.49 ; Lc 4.21 ; Jn 13.18 ; Jn 17.12). Ainsi, si Jésus en personne a pris les Écritures (dans son cas, l’Ancien Testament) autant au sérieux, notamment au sujet des prophéties qui allaient s’accomplir, quelle devrait être notre attitude envers la Bible ?

Version papier
Version numérique
Version PDF
%d blogueurs aiment cette page :