EDS – Lundi 6 avril – Le processus de l′inspiration

Puisque Dieu se sert du langage pour révéler sa volonté à l’homme, la révélation divine est à même d’être rédigée. Pourtant, comme nous l’avons déjà vu, la Bible est le produit de la révélation de Dieu à travers l’œuvre du Saint-Esprit, qui transmet et protège son message par l’intermédiaire d’instruments humains. C’est la raison pour laquelle nous pouvons nous attendre à l’unité fondamentale qui existe dans toute la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse (par exemple, comparez Genèse 3.14, 15 et Apocalypse 12.17).

Lisez 2 Pierre 1.21, 2 Timothée 3.16, 17, et Deutéronome 18.18. Qu’indiquent ces textes sur l’inspiration de l’Écriture ?

Toute l’Écriture est divinement inspirée, même si ses parties ne sont pas toutes inspirantes à lire, ou même nécessairement applicables pour nous aujourd’hui (par exemple, les parties sur les fêtes hébreux étaient inspirées, même si nous ne sommes pas tenus de les observer aujourd’hui). Cependant, nous devons tirer des leçons de toute l’Écriture, même des parties qui ne sont pas si faciles à lire et à comprendre, ou qui ne sont pas spécifiquement applicables à nous aujourd’hui.

De plus, tout le contenu de la Bible n’a pas été révélé de manière directe ou surnaturelle. Dieu s’est parfois servi de personnes qui avaient étudié minutieusement un sujet, ou cité d’autres documents existants (voir Jos 10.13, Lc 1.1-3) pour communiquer son message.

Et même ainsi, toute l’Écriture est inspirée (2 Tm 3.16). C’est la raison pour laquelle Paul déclare que tout ce qui a été écrit l’a été pour notre instruction, de sorte que par l’encouragement des Écritures, nous ayons l’espérance (Rm 15.4).

« La Bible désigne Dieu comme son auteur, cependant, elle a été rédigée par des mains humaines ; et dans le style varié de ses nombreux livres, elle révèle la personnalité de ses différents auteurs. Les vérités qui y sont révélées ont toutes été ‘inspirées de Dieu’ ; mais elles sont toutefois exprimées par des mots d’hommes. » Ellen G. White, Le grand espoir, p. 17.

Aujourd’hui, il y a des spécialistes de la Bible qui refusent d’admettre que Dieu est l’auteur d’une bonne partie de la Bible, au point même où de nombreux enseignements fondamentaux, comme la Création, l’Exode, la résurrection, sont rejetés. Pourquoi est-il aussi essentiel de ne pas ouvrir cette porte, ni même de l’entrouvrir ? Après tout, sommes-nous censés porter un jugement sur la Parole de Dieu ?


Version papier
Version numérique
Version PDF
%d blogueurs aiment cette page :