• EDS – Mercredi 8 avril – Parallèle entre Christ et l′Écriture

    Lisez Jean 1.14 ; Jean 2.22 ; Jean 8.31, 32, et Jean 17.17. Quels parallèles voyez-vous entre Jésus, la Parole de Dieu faite chair, et l’Écriture, la Parole écrite de Dieu ?

    Il y a un parallèle entre la Parole de Dieu, qui s’est faite chair (c’est-à-dire Jésus-Christ) et la Parole écrite de Dieu (c’est-à-dire la Bible). De la même manière que Jésus a été conçu de manière surnaturelle par le Saint-Esprit tout en naissant d’une femme, les Saintes Écritures ont également une origine surnaturelle et sont nées par l’intermédiaire d’êtres humains.

    Jésus-Christ s’est fait homme dans le temps et l’espace. Il a vécu à une époque spécifique, dans un endroit spécifique. Pourtant, cette donnée n’annulait pas sa divinité, et ne rendait pas non plus Jésus relatif historiquement. Il est le seul Rédempteur pour tous, dans le monde entier, pour tous les temps (voir Ac 4.12). De la même manière, la Parole écrite de Dieu, la Bible, a été donnée à un moment précis, et dans une culture précise. Tout comme Jésus-Christ, la Bible n’est pas conditionnée par le temps, c’est-à-dire limitée par un endroit et un temps spécifiques. Elle est au contraire valable pour tous les peuples, dans le monde entier.

    Quand Dieu s’est révélé, il s’est abaissé au niveau humain. La nature humaine de Jésus montrait tous les signes d’infirmités humaines et les effets de quelque 4000 ans de dégradation. Pourtant, il fut sans péché. De la même manière, le langage de l’Écriture est un langage humain, et non quelque langage « surhumain » parfait que personne ne parle ou ne peut comprendre. Tandis que toute langue a ses limites, le Créateur de l’humanité, qui est le Créateur du langage humain, est parfaitement capable de communiquer sa volonté à des êtres humains d’une manière fiable sans nous induire en erreur.

    Bien entendu, toute comparaison a ses limites. Jésus-Christ et les Saintes Écritures ne sont pas identiques. Dieu n’est pas un livre. Dieu en Jésus-Christ s’est fait homme. Nous aimons la Bible parce que nous adorons le Sauveur proclamé dans ses pages.

    La Bible est une union unique et inséparable entre le divin et l’humain. Ellen G. White l’a vu clairement quand elle écrit : « La Bible, porteuse des vérités divines exprimées dans le langage des hommes, révèle en elle-même l’union du divin et de l’humain. C’est la même union qui existait dans la nature du Christ, qui était à la fois Fils de Dieu et Fils de l’homme. Ce qui est dit du Christ est aussi vrai de la Bible : ‘La Parole est devenue chair ; elle a fait sa demeure parmi nous’. » Ellen G. White, Le grand espoir, p. 17.

    Pourquoi l’Écriture doit-elle être le fondement de notre foi ? Sans elle, où serions-nous ?


    Version papier
    Version numérique
    Version PDF
    Version MP3