EDS – Vendredi 14 février – Pour aller plus loin…

La délivrance de Daniel est rapportée dans Hébreux 11. Ce « panthéon de la foi » dit que les prophètes, entre autres exploits, fermèrent la gueule des lions (He 11.33). C’est merveilleux, mais nous ne devons pas oublier que les héros de la foi ne sont pas seulement ceux qui ont échappé à la mort comme Daniel, mais aussi ceux qui ont souffert et sont morts courageusement, comme le relève également Hébreux 11. Dieu en appelle certains à être des témoins par leur vie et d’autres par leur mort. Ainsi, l’histoire de la délivrance de Daniel n’implique pas que la délivrance soit accordée à tous, comme nous le voyons dans la multitude d’hommes et de femmes qui sont devenus des martyrs à cause de leur foi en Jésus. Cependant, la délivrance miraculeuse de Daniel montre bien que Dieu règne, et qu’il finira par délivrer tous ses enfants de la puissance du péché et de la mort. Cela devient clair dans les chapitres suivants de Daniel.

À méditer

  • Jean-Paul Sartre a écrit que « ce qui rend le mieux concevable le projet fondamental de la réalité humaine, c’est que l’homme est l’être qui projette d’être Dieu. », dans L’Être et le Néant. En quoi cela nous aide-t-il à comprendre, en tous cas sur un certain plan, pourquoi le roi tombe dans le piège ? Pourquoi devons-nous tous, quelle que soit notre position dans la vie, prendre garde à cette même tendance dangereuse, aussi subtilement qu’elle puisse se manifester ? De quelles autres manières voulons-nous peut-être devenir « comme Dieu » ?
  • Quel genre de témoignage présentons-nous à autrui concernant notre fidélité envers Dieu et sa loi ? Ceux qui vous connaissent pensent-ils que vous êtes de ceux qui peuvent se battre pour leur foi, même si cela doit vous coûter votre travail, ou même votre vie ?
  • Que voyez-vous chez Daniel qui fait de lui une personne que Dieu peut utiliser efficacement pour ses desseins ? Avec l’aide du Seigneur, comment pouvez-vous développer davantage les mêmes caractéristiques ?
  • Comment Daniel aurait-il pu être légitimé en décidant, au vu du décret, de changer sa manière de prier ? Cela aurait-il constitué un compromis dangereux ? Pourquoi ?

GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2020)

Version papier
Version numérique
Version PDF
Version MP3
%d blogueurs aiment cette page :