• Ne fuyez pas les Lions !

    L’une des histoires les plus connues du livre de Daniel est le célèbre récit de la « fosse aux lions » Dan 6. Il se déroule en quelque sorte comme suit : le roi, Darius le Mède, est amené par ruse « à devenir narcissique » et décrète que personne ne doit adresser de prières à un dieu, sauf à lui, le roi. Daniel ne tient pas du tout compte de cela et continue à prier le Dieu d’Israël, ce qui lui vaut une condamnation à mort en étant jeté dans une fosse aux lions. Mais miraculeusement, la foi de Daniel en Dieu reste intacte et un ange protège Daniel en calmant les lions.

    Cette histoire est très célèbre en raison des éléments miraculeux qu’elle contient, mais aussi parce qu’elle affirme la puissance de la foi en Dieu. Si nous refusons de nous compromettre moralement et de rester fidèles à nos convictions, Dieu nous sauvera de ceux qui s’opposent à ses disciples.

    Mais il y a plus à apprendre de cet épisode. « Daniel dans la fosse aux lions » se déroule dans le cadre du livre de Daniel, et le contexte de l’ensemble du livre ajoute une signification symbolique importante à l’histoire.

    Les lions dans l’histoire de Daniel sont liés de manière significative à la nation de Babylone. C’est l’empire qui a détruit Jérusalem et a emmené le peuple juif en exil pendant 70 ans. Babylone était une puissance mondiale qui s’était soulevée et avait combattu le puissant empire assyrien. Le roi babylonien Nabopolassar avait un fils, un prince nommé Nebucadnetsar qui allait monter sur le trône de son père et devenir un acteur majeur de l’histoire de Babylone et de l’histoire du peuple de Dieu.

    Chaque fois que Nabopolassar ou Nebucadnetsar sont partis, ils ont conquis plus de territoire pour Babylone. L’un des symboles de Babylone – que l’on peut encore observer dans certains objets et œuvres d’art anciens – était un Lion avec des ailes. Les Babyloniens, qui étaient des ingénieurs et des artisans experts, fabriquaient souvent ces belles œuvres d’art avec des poteries cuites colorées qui recevaient une finition vernissée en les chauffant dans des fournaises ardentes. Ainsi, ces images de lions sont devenues connues dans le monde entier comme des symboles de la puissance de Babylone.

    Dans le récit de Daniel, lorsqu’il est jeté dans la fosse aux lions, il y a un événement encore plus important qui se produit en même temps : Le peuple de Dieu a été jeté dans une fosse aux animaux féroces – les royaumes du monde. La nation juive craignait les effets que ces royaumes pourraient avoir sur elle, et l’histoire de Daniel leur a inspiré la pensée que même s’ils étaient au milieu des « lions », Dieu était toujours avec eux.

    Daniel et son peuple ne pouvaient pas fuir « le grand Lion », Babylone, qui les avait emmenés en captivité, mais Dieu leur donna la force et la sagesse de se tenir debout et d’affronter leur captivité. Dieu ne laisse pas ses enfants se battre seuls, même lorsque nos problèmes sont des conséquences que nous nous sommes infligées à nous-mêmes. Cela est vrai pour vous aussi. Dieu se tient aux côtés de ceux qui luttent et qui ont peur. Vous pouvez toujours faire appel à lui au milieu des lions.

    Source : https://www.ibelievebible.com/dont-run-from-lions/

  • EDS – Mardi 11 février – La prière de Daniel

    Mais toi, quand tu pries, entre dans la pièce la plus retirée, ferme la porte et prie ton Père qui est dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra (Mt 6.6).

    Lisez Daniel 6.10. Pourquoi Daniel ne se contente-t-il pas de prier tranquillement à l’abri des regards ?

    Daniel est un vétéran en politique, mais surtout, c’est un serviteur de Dieu. De ce fait, il est le seul membre du gouvernement qui peut comprendre ce qui se cache derrière le décret du roi. Pour Darius, le décret équivaut à une opportunité de renforcer l’unité du royaume, mais pour les conspirateurs, il s’agit d’une stratégie pour se débarrasser de Daniel.

    Bien entendu, les véritables causes et motivations cachées de ce complot se situent dans le conflit cosmique entre Dieu et les forces du mal. À cette époque (539 avant J.-C.), Daniel a déjà reçu les visions rapportées dans Daniel 7 (553 avant J.-C.) et 8 (551 avant J.-C.). Alors il peut comprendre le décret royal, non comme étant une simple question de politique humaine mais comme un exemple de cette guerre cosmique. La vision du Fils de l’homme donnant le royaume au peuple du Très-Haut et l’assistance réconfortante de l’interprète de l’ange (Daniel 7) a pu lui donner le courage d’affronter la crise de front. Il a également pu réfléchir à l’expérience de ses compagnons, qui avaient été suffisamment courageux pour défier le décret de Nabuchodonosor (Daniel 3).

    Ainsi, il ne change pas ses habitudes de prière, mais continue sa pratique habituelle de prier trois fois par jour en direction de Jérusalem. Malgré l’interdiction de faire des requêtes à nul autre homme ou dieu que le roi, Daniel ne prend pas non plus de précaution pour cacher ou dissimuler sa vie de prière durant ces trente jours critiques. Il est en minorité absolue puisqu’il est le seul, parmi des douzaines de gouverneurs et autres fonctionnaires, à aller droit à l’affrontement avec le décret royal. À travers sa vie de prière ouverte, cependant, il démontre que la loyauté qu’il doit à Dieu passe avant sa loyauté envers le roi et son décret irrévocable.

    Lisez Actes 5.27-32. Bien que la mise en garde ici soit claire, pourquoi devons-nous toujours, quand nous agissons à l’encontre des lois humaines, nous assurer que ce que nous faisons est véritablement la volonté de Dieu ? (Après tout, pensez à ceux qui sont morts plutôt que de trahir une croyance ou un système de croyances que nous croyons être faux !)


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2020)

    Version papier
    Version numérique
    Version PDF
    Version MP3