EDS – Samedi 11 janvier – DU MYSTÈRE À LA RÉVÉLATION

SABBAT APRÈS-MIDI

Étude de la semaine :

Dn 2.1-16, Ac 17.28, Dn 2.17-49, Psaume 138, Jn 15.5, Dt 32.4, 1 P 2.4.

Verset à mémoriser :

Daniel dit : Béni soit le nom de Dieu, depuis toujours et pour toujours ! À lui sont la sagesse et la force (Daniel 2.20.).

Dans les eaux qui entourent le Groenland, il y a des icebergs de nombreuses tailles. Parfois les petits morceaux de banquise se déplacent dans une direction tandis que leurs pendants gigantesques flottent dans une autre. Ce qui arrive, c’est que les vents en surface poussent les petits, tandis que les énormes masses de glace sont emportées par les profonds courants océaniques. Quand nous considérons la grandeur et la décadence des nations tout au long de l’histoire, on observe des similitudes avec les vents de surface et les courants océaniques. Les vents représentent tout ce qui est changeant et imprévisible, comme la volonté humaine. Mais en même temps que ces rafales et ces tempêtes, il y a une autre force, encore plus puissante et très similaire aux courants océaniques. Il s’agit du mouvement sûr des desseins sages et souverains de Dieu. Comme Ellen G. White l’a dit : « Semblables aux étoiles parcourant, en vastes orbites, la voie qui leur a été tracée, les desseins de Dieu ne connaissent ni hâte ni retard. » Jésus-Christ, p. 23. Même si la grandeur et la décadence des nations, des idéologies, et des partis politiques semblent survenir au gré des seules lubies humaines, Daniel 2 montre que c’est le Dieu du ciel qui, en réalité, conduit l’histoire humaine vers son apothéose.

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 18 janvier.


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2020)

Version papier
Version numérique

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :