EDS – Lundi 20 janvier – L′appel à l′adoration

Lisez Daniel 3.8-15 et Apocalypse 13.11-18. Quels parallèles y a-t-il entre ce qui arrive à l’époque de Daniel et ce qui arrivera plus tard ?

La statue d’or debout sur la plaine de Doura, dont le nom signifie en akkadien « place entourée de murs » donne l’impression d’un vaste sanctuaire. Comme si cela ne suffisait pas, la fournaise toute proche peut faire penser à un autel. La musique babylonienne doit faire partie de la liturgie. Sept types d’instruments de musique sont énumérés, comme pour communiquer l’exhaustivité et l’efficacité du protocole d’adoration.

Aujourd’hui, nous sommes assaillis de toutes parts d’appels à adopter de nouveaux modes de vie, de nouvelles idéologies, et à abandonner notre engagement envers l’autorité de Dieu telle qu’elle est exprimée dans sa Parole, et à prêter allégeance aux successeurs contemporains de l’empire babylonien. L’attrait du monde semble parfois écrasant, mais nous devons nous souvenir que notre loyauté suprême appartient au Dieu Créateur.

D’après le calendrier prophétique, nous vivons dans les derniers jours de l’histoire de la terre. Apocalypse 13 annonce que les habitants de la terre seront appelés à adorer l’image de la bête. Cette entité fera que qu’on impose à tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, une marque sur la main droite ou sur le front (Ap 13.16).

Six catégories de personnes sont mentionnées comme faisant allégeance à l’image de la bête : petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves. Le chiffre de la bête, qui est 666, met également l’accent sur le 6. Cela montre que la statue dressée par Nabuchodonosor n’est qu’une illustration de ce que fera la Babylone eschatologique dans les derniers jours (voir Dn 3.1 pour les images de six et soixante). Par conséquent, nous ferions bien de faire attention à ce qui apparait dans ce récit et à la manière dont Dieu dirige les affaires du monde avec souveraineté.

L’adoration, ce n’est pas juste se prosterner devant quelque chose ou quelqu’un, et faire allégeance publiquement. De quelles manières, beaucoup plus subtiles, pouvons-nous nous retrouver à adorer quelque chose d’autre que notre Seigneur ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2020)

Version papier
Version numérique
Version PDF
Version MP3
%d blogueurs aiment cette page :