EDS – Lundi 9 décembre – Les lévites dans leurs champs

Lisez Néhémie 13.10-14. À quelle situation Néhémie cherche-t-il à remédier ici ?

Les chantres, les portiers, et d’autres serviteurs du temple durent retourner travailler dans leurs champs afin de nourrir leurs familles, car l’œuvre pour Dieu n’était pas soutenue financièrement. Tout le système des dîmes et des offrandes qui avait été établi avec autant de soin, était à présent en ruines. Néhémie dut tout recommencer. Le fait qu’il jette tout ce qui se trouve dans la salle montre son désespoir.

« Non seulement le temple avait été profané, mais on avait mal employé les offrandes. Aussi le peuple avait-il tendance à se relâcher dans ses libéralités. Il avait perdu son zèle et sa ferveur, et il payait ses dîmes à contrecœur. Le trésor de la maison de Dieu était insuffisamment pourvu ; de nombreux chantres et d’autres officiants du service du temple, mal rétribués, avaient quitté l’œuvre du Seigneur pour travailler ailleurs. » Ellen G. White, Prophètes et rois, p. 510.

Il est fascinant de voir que tout Juda se rassembla et rebâtit ce qui avait été détruit. Le peuple était dans le camp de Néhémie, contre Tobiya et Eliashib, car ils prirent certainement conscience que Néhémie faisait tout ce qu’il pouvait pour le bien du peuple. De plus, Néhémie confia les positions de surveillance des magasins à des hommes qu’il considérait comme fidèles et dignes de confiance. Ils reçurent la responsabilité de recueillir les dîmes et les offrandes, en s’assurant que les biens étaient stockés comme il fallait, et en distribuant les ressources aux personnes qui convenaient. En d’autres termes, Néhémie intervint et déracina apparemment d’un seul coup le système mis en place par ces dirigeants corrompus.

Bien que Néhémie eût nommé des hommes fidèles pour l’organisation du temple, le grand prêtre corrompu, Eliashib, ne perdit pas son poste, car il lui avait légué à travers la descendance d’Aaron. Son travail dans le temple dut être pénalisé par les mesures de Néhémie, qui en avait nommé d’autres pour s’occuper de certaines des responsabilités du grand prêtre, mais il demeurait le grand prêtre.

Néhémie avait prié ainsi : Souviens-toi de moi, mon Dieu, à cause de cela, et n’efface pas ce que j’ai fait avec fidélité pour la maison de mon Dieu et pour ses observances (Ne 13.14). Qu’y avait-il de tellement humain dans cette prière ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (4e Trimestre 2019)

Version papier
Version numérique
%d blogueurs aiment cette page :