EDS – Dimanche 8 décembre – Corruption des dirigeants du temple

Néhémie 13 commence par une inquiétude sur la présence d’étrangers/idolâtres ammonites et moabites parmi eux (Ne 13.1-3). Ces versets ne parlent pas de rejeter des individus venus d’une autre nation ou origine qui suivaient Dieu, mais plutôt de renvoyer ceux qui étaient d’une foi différente, non pas des convertis, mais des idolâtres. (Voir également Dt 23.3-6.)

Lisez Néhémie 13.1-9. Qui étaient Eliashib et Tobiya ? Pourquoi ce qu’ils ont fait est-il inacceptable ? Voyez Ne 2.10,19 ; 3.1 ; 12.10 ; 13.28.

Eliashib et Tobiya sont tous deux des figures connues du livre de Néhémie. Eliashib était le grand prêtre de la nation, et il également responsable du temple. Tobiya est mentionné comme étant l’ennemi ammonite de Néhémie qui s’opposa ardemment à son œuvre à Jérusalem. L’alliance entre Eliashib et Tobiya laisse entendre que leur relation avait pour origine un mariage.

Nous n’avons pas de traces de ce lien, mais nous savons que Tobiya avait un nom juif (qui signifie « l’Éternel est bon »), et qu’ainsi il était vraisemblablement d’origine juive. On croit que la famille de sa femme, les descendants d’Arah, bien que non identifiés, étaient liés à la famille d’Eliashib. De plus, Sanballat, le Horonite, l’autre adversaire de Néhémie, avait une fille qui était mariée au petit-fils d’Eliashib. Par conséquent, ces intrigues autour de Néhémie devaient être intenses, car les officiels les plus hauts placés du pays étaient apparentés et ligués contre le leadership de Néhémie.

Pendant l’absence du gouverneur, le grand prêtre donna à Tobiya l’une des salles du temple qui était conçue pour accueillir la dîme, les dons, et les offrandes. Tobiya se vit accorder une résidence permanente dans le temple, ce qui était une manière de l’établir comme l’un des chefs de la nation. Les ennemis de Néhémie réussissaient enfin ce qu’ils avaient souhaité depuis le début : supplanter Néhémie et prendre eux-mêmes les commandes. Heureusement, Néhémie n’allait pas rester là à ne rien faire.

Tout au long de l’histoire sainte, pourquoi le peuple de Dieu se laisse-t-il si facilement égarer, que ce soit les Juifs de l’Israël d’autrefois, ou les chrétiens qui les suivirent pendant et après l’époque du Nouveau Testament ? Comment éviter de faire les mêmes erreurs ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (4e Trimestre 2019)

Version papier
Version numérique

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :