• EDS – Dimanche 15 décembre – Réaction de Néhémie

    Lisez Néhémie 13.23-25. Que se passe-t-il ici, et comment expliquer la réaction de Néhémie face à cette situation ?

    Puisque les enfants ne parlaient ni araméen (la langue parlée durant l’exil) ni hébreu, ils ne pouvaient comprendre les enseignements des Écritures. C’était un vrai problème, car la connaissance de la révélation de Dieu risquait ainsi d’être déformée ou même de disparaitre. Les scribes et les prêtres expliquaient la Torah principalement en araméen afin que la prédication soit claire pour le peuple. Mais puisque les mères venaient d’Ammon, d’Ashdod, et de Moab, et que c’était elles qui généralement s’occupaient le plus des enfants, il n’est pas surprenant que les enfants ne parlaient pas la langue de leur père. La langue que nous parlons influence notre manière de penser les concepts, car nous employons le vocabulaire de cette culture. La perte de la langue biblique était synonyme de la perte de leur identité particulière. Ainsi, pour Néhémie, il était impensable que des familles perdent contact avec la Parole de Dieu ainsi que leur lien avec le Dieu vivant, le Seigneur des Hébreux.

    Les spécialistes de la Bible soulignent que Néhémie a vraisemblablement humilié publiquement les personnes, comme on pouvait le faire à l’époque pour châtier les personnes. Quand il est dit que Néhémie leur a fait des reproches et les a maudits, ne pensons pas que Néhémie ait employé un langage ordurier et des jurons. Il a plutôt prononcé sur eux les malédictions de l’alliance. Deutéronome 28 expose les malédictions qu’encouraient ceux qui brisaient l’alliance. Il est très possible que Néhémie ait choisi des mots de la Bible pour leur faire prendre conscience de leurs mauvaises actions et des conséquences de leurs mauvais choix.

    En outre, quand le texte dit que Néhémie en frapp[a] quelques-uns [et] leur arrach[a] les cheveux (Ne 13.25), au lieu d’imaginer Néhémie en pleine crise de rage et réagissant avec fureur, il nous faut noter que se faire rouer de coups constituait une forme prescrite de châtiment public. Ce type de comportement ne fut appliqué qu’à « quelques-uns » d’entre eux, c’est-à-dire aux chefs qui avaient causé ou encouragé ce comportement coupable. Ces actes devaient servir de méthodes d’humiliation publique. Néhémie voulait s’assurer que le peuple comprenait la gravité des choix qui avaient été faits et les conséquences qui s’ensuivraient.

    Comment réagir quand nous voyons ce que nous croyons être des infractions à l’église ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (4e Trimestre 2019)

    Version papier
    Version numérique