EDS – Mercredi 27 novembre – Humbles devant Dieu

Lisez Deutéronome 30.1-6. Quelle promesse a été faite ici au peuple hébreu ? Que devait signifier, entre autres promesses similaires, cette promesse pour des hommes comme Esdras et Néhémie ?

Esdras et Néhémie connaissaient les prophéties. Ils savaient que Dieu allait ramener le peuple de captivité. Nous avons vu dans Néhémie 9 qu’ils comprenaient leur histoire et les raisons de leurs problèmes. En même temps, ils connaissaient aussi la bonté et la direction de Dieu, malgré leurs péchés.

Ainsi, ils faisaient confiance au Seigneur, qu’il couronnerait de succès le retour de captivité. Ces promesses, cependant, ne voulaient pas dire qu’ils n’auraient pas de nombreuses difficultés en cours de route. Dans une bonne partie de ce trimestre jusqu’à présent, nous avons vu toutes les épreuves et les tribulations qu’ils durent affronter, même au sein des promesses de Dieu.

Lisez Esdras 8.16-23. Quelle était la difficulté ici, et comment ont-ils réagi ?

Malgré les promesses, Esdras savait combien le voyage était dangereux. Ainsi, le fait de jeûner et de s’humilier devant Dieu était un moyen de reconnaître combien ils dépendaient du Seigneur pour réussir. À ce moment-là, avec autant de dangers devant eux, l’idée de demander au roi son aide et sa protection avaient traversé l’esprit d’Esdras. Mais à la fin, il choisit de ne pas le faire, contrairement à Néhémie (Ne 2.9), qui avait une escorte pour le protéger. Esdras se disait de toute évidence que s’il avait demandé, cela aurait déshonoré le Seigneur, car il avait déjà dit au roi : la main de notre Dieu est, pour leur bien, sur tous ceux qui le cherchent, mais sa force et sa colère sont sur tous ceux qui l’abandonnent (Esd 8.22). Dans ce cas, tout se passa bien pour eux, car il écrit plus tard (Esd 8.31) que le Seigneur les avait protégés, et qu’ils étaient arrivés sains et saufs à destination.

Bien sûr, nous devons faire confiance à Dieu pour tout. Mais en même temps, quelles sont les occasions où nous demandons de l’aide à des personnes qui ne partagent pas notre foi ? Dans bien des cas, pourquoi n’y a-t-il rien de mal là-dedans, et est-ce même peut-être approprié de le faire ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (4e Trimestre 2019)

Version papier
Version numérique
%d blogueurs aiment cette page :