• PEUT-ON BOOSTER SON CERVEAU GRÂCE AUX ALIMENTS ?

    PAR SANITARIUM HEALTH FOOD COMPANY|

    Bien manger est important pour votre cerveau et votre corps. Votre cerveau a besoin de carburant et de nourriture pour donner le meilleur de lui-même. Ce que vous mangez peut grandement influencer votre humeur, la clarté de votre pensée et votre mémoire.

    Alors, que ce soit pour un examen, une réunion importante ou simplement pour vous rappeler tout ce que vous devez savoir, quels aliments sont les plus efficaces pour stimuler votre cerveau ?

    Bien qu’il n’y ait pas un seul aliment pour le cerveau, pour avoir un cerveau qui fonctionne bien, il faut manger des aliments riches en nutriments et riches en fibres tout en éliminant les graisses saturées (surtout des graisses animales).

    Ces aliments d’origine végétale ont été particulièrement liés à une meilleure performance cognitive et à une meilleure capacité mémorielle, alors n’oubliez pas de les ajouter à votre alimentation.

    Les légumes feuillus

    Ces légumes verts puissants sont généralement riches en vitamine E, en acide folique, en vitamine K, en lutéine et en bêta-carotène, qui, selon les recherches, pourraient jouer un rôle dans la protection du cerveau. Une étude récente a révélé que les personnes âgées (81 ans en moyenne) qui mangeaient une portion de légumes feuillus par jour conservaient leur mémoire et leur capacité de réflexion. Les résultats ont montré que ceux qui mangeaient régulièrement des légumes verts avaient un âge cognitif de 11 ans plus jeune que ceux qui ne mangeaient pas de légumes verts feuillus.

    Les graines de courge

    Ces petites graines, aussi appelées pépites, ont de grandes capacités cérébrales. Ils sont une ressource végétale en zinc, qui favorise l’apprentissage quotidien en aidant l’activité et le fonctionnement du cerveau. Elles sont également une source de magnésium, un minéral essentiel qui contribue au bon fonctionnement mental et émotionnel.

    Petit-déjeuner de céréales complètes

    Prendre le petit-déjeuner tous les jours devrait être « facile à comprendre ». Il peut améliorer l’humeur et a été associée à une amélioration de la fonction cognitive et de la concentration chez les enfants scolarisés. Pour une énergie durable, optez pour des aliments sains comme les céréales complètes ou les flocons d’avoine, les yaourts faibles en matières grasses, et les fruits ou les pains aux céréales et tranche de pain complet grillé.

    Des agrumes intelligents

    Les agrumes comme les oranges et les mandarines sont particulièrement riches en flavonoïdes, des composés nutritionnels importants pour le maintien de la cognition et de la mémoire quand on vieillit. Si vous n’aimez pas les agrumes, essayez les pommes et les fruits rouges pour un boost de flavonoïdes.

    Le brocoli

    Le brocoli fait partie d’un bouquet de légumes appelé la famille des crucifères. Cela comprend les choux-fleurs, les choux et les choux de Bruxelles. Ils sont riches en vitamines et minéraux qui peuvent aider la mémoire. Une de ces substances est la vitamine K, qui aide à réguler le calcium dans nos os et notre cerveau. La vitamine K a des bienfaits anti-âges et est au cœur de nouvelles recherches sur la maladie d’Alzheimer.

    Les noix, aliments incontournables pour le cerveau

    Foncez sur les noix. Les noix comprennent un large éventail de nutriments importants pour la santé du cerveau comme la vitamine E, le magnésium, le calcium, le zinc, le fer, le manganèse, le cuivre, les vitamines du groupe B et les lipides sains. Manger régulièrement des noix peut améliorer les capacités cognitives et la mémoire, et stimuler l’apprentissage.

    Avec l’aimable autorisation de Sanitarium Health Food Company. Visitez sanitarium.com.au ou sanitarium.co.nz et abonnez-vous à la Recette de la semaine pour recevoir chaque semaine dans votre boîte de réception une délicieuse recette végétarienne.

    Source : https://signsofthetimes.org.au/2019/11/can-food-boost-your-brainpower/

    Gastronomie végétale

    50 recettes pour découvrir la gastronomie végétale qui associe des ingrédients végétariens, biologiques et métissés. De Cécile Hermeline.

    9.90 €
  • EDS – Mercredi 27 novembre – Humbles devant Dieu

    Lisez Deutéronome 30.1-6. Quelle promesse a été faite ici au peuple hébreu ? Que devait signifier, entre autres promesses similaires, cette promesse pour des hommes comme Esdras et Néhémie ?

    Esdras et Néhémie connaissaient les prophéties. Ils savaient que Dieu allait ramener le peuple de captivité. Nous avons vu dans Néhémie 9 qu’ils comprenaient leur histoire et les raisons de leurs problèmes. En même temps, ils connaissaient aussi la bonté et la direction de Dieu, malgré leurs péchés.

    Ainsi, ils faisaient confiance au Seigneur, qu’il couronnerait de succès le retour de captivité. Ces promesses, cependant, ne voulaient pas dire qu’ils n’auraient pas de nombreuses difficultés en cours de route. Dans une bonne partie de ce trimestre jusqu’à présent, nous avons vu toutes les épreuves et les tribulations qu’ils durent affronter, même au sein des promesses de Dieu.

    Lisez Esdras 8.16-23. Quelle était la difficulté ici, et comment ont-ils réagi ?

    Malgré les promesses, Esdras savait combien le voyage était dangereux. Ainsi, le fait de jeûner et de s’humilier devant Dieu était un moyen de reconnaître combien ils dépendaient du Seigneur pour réussir. À ce moment-là, avec autant de dangers devant eux, l’idée de demander au roi son aide et sa protection avaient traversé l’esprit d’Esdras. Mais à la fin, il choisit de ne pas le faire, contrairement à Néhémie (Ne 2.9), qui avait une escorte pour le protéger. Esdras se disait de toute évidence que s’il avait demandé, cela aurait déshonoré le Seigneur, car il avait déjà dit au roi : la main de notre Dieu est, pour leur bien, sur tous ceux qui le cherchent, mais sa force et sa colère sont sur tous ceux qui l’abandonnent (Esd 8.22). Dans ce cas, tout se passa bien pour eux, car il écrit plus tard (Esd 8.31) que le Seigneur les avait protégés, et qu’ils étaient arrivés sains et saufs à destination.

    Bien sûr, nous devons faire confiance à Dieu pour tout. Mais en même temps, quelles sont les occasions où nous demandons de l’aide à des personnes qui ne partagent pas notre foi ? Dans bien des cas, pourquoi n’y a-t-il rien de mal là-dedans, et est-ce même peut-être approprié de le faire ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (4e Trimestre 2019)

    Version papier
    Version numérique