EDS – Vendredi 13 septembre – Pour aller plus loin…

Lisez Ellen G. White, « Vers un idéal plus élevé », pp. 275-286 ; « La terre désolée », pp. 481-487, dans Le grand espoir.

« Lorsque la voix de Dieu met fin à la captivité de son peuple, ceux qui ont tout perdu dans le grand combat de la vie passent par un terrible réveil. Tant que durait le temps de grâce, les tromperies de Satan les aveuglaient, et ils justifiaient leur vie de péché. Les riches s’enorgueillissaient de leur supériorité par rapport à ceux qui étaient moins favorisés qu’eux. Mais c’est en transgressant la loi de Dieu qu’ils avaient obtenu leurs richesses. Ils avaient négligé de nourrir les affamés, de vêtir ceux qui étaient nus, d’agir avec justice et d’aimer la miséricorde. […] Ils ont vendu leur âme pour les richesses et les plaisirs terrestres, et n’ont pas cherché à devenir riches pour Dieu. Le résultat est que leur vie se solde par un échec ; leurs plaisirs se transforment maintenant en fiel, leurs trésors en corruption. » Ellen G. White, Le grand espoir, p. 481.

« La grande controverse entre le Christ et Satan a pris fin. Le péché et les pécheurs n’existent plus. Tout l’univers est propre. Un seul sentiment d’harmonie et de joie remplit la vaste création. La vie, la lumière et la joie coulent de Celui qui a créé toutes choses, dans toute l’étendue de l’espace infini. Depuis le plus minuscule atome jusqu’au monde le plus grand, toutes choses, animées et inanimées, dans leur beauté sans ombre et dans leur joie parfaite, proclament que Dieu est amour. » Ellen G. White, Le grand espoir, p. 500.

À MÉDITER

  1. Expliquez de quelle manière ce que vous avez étudié cette semaine démontre que la vie, ici et maintenant, est Comparez cela avec la croyance que certains ont : nous n’avons pas besoin de nous inquiéter de cette vie et de ce monde parce que Dieu détruira tout et recommencera tout. Comment prendre garde à ne pas employer cette vérité de la promesse d’une nouvelle existence pour négliger les nécessiteux (après tout, à la fin, Dieu arrangera tout) ? Pire encore, comment être sûrs que nous ne devenons pas l’un de ceux qui se servent de cette vérité pour exploiter autrui ?
  2. La compréhension adventiste du septième jour de la prophétie biblique veut que le mal, les troubles, et la souffrance augmenteront à mesure que l’on approche du retour de Jésus. Quand de telles choses arrivent, nous citons souvent Matthieu
  3. Comment devons-nous considérer ces tragédies à la lumière de Matthieu 25 ? Résumé : Notre Dieu ne permettra pas que le mal dure éternellement. Le grand espoir de la Bible, c’est que le retour de Jésus mettra un terme au mal, guérira l’injustice et créera un nouveau monde, tel qu’il était censé être à l’origine. Fondé sur la résurrection de Jésus, cet espoir nous transforme aujourd’hui, et nous redonne du courage dans notre service pour Dieu et pour les autres, tandis que nous attendons son retour.

GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)

Laisser un commentaire