EDS – Mardi 10 septembre – L’espérance de la résurrection

L’espérance chrétienne dans le retour de Jésus ne se limite pas à l’attente d’un avenir radieux. Pour les premiers chrétiens, la résurrection corporelle de Jésus donna à la promesse de son retour une réalité tangible. S’il pouvait revenir d’entre les morts, fait dont ils avaient été témoins en personne, il reviendrait certainement pour achever le projet qui consiste à supprimer le péché et ses effets et à renouveler le monde (voir 1 Co 15.22,23).

Pour l’apôtre Paul, la résurrection constituait l’élément clé de l’espérance du retour de Jésus. Il était prêt à mettre en jeu la crédibilité de toute sa prédication en la faisant reposer uniquement sur ce miracle suprême dans l’histoire de Jésus : si le Christ ne s’est pas réveillé, votre foi est futile (1 Co 15.17). Réfléchissez à ses paroles ici et à l’importance que revêt la résurrection de Christ pour tout ce en quoi nous espérons.

Lisez 1 Corinthiens 15.12-19. Comment expliqueriez-vous à un non-croyant s’intéressant à la foi la raison pour laquelle la vérité de la résurrection est aussi cruciale pour l’espérance chrétienne ?

Les premiers disciples virent Jésus ressuscité, et cela les transforma. Comme nous l’avons vu, Jésus les avait précédemment envoyés annoncer et promulguer le royaume de Dieu (voir Mt 10.5-8), mais sa mort anéantit leur courage et fit voler en éclats leurs espoirs. Leur dernier mandat (voir Mt 28.18-20), donné par Jésus ressuscité et propulsé par la venue du Saint-Esprit (voir Ac 2.1-4), leur ouvrit la voie pour leur permettre de changer le monde et de vivre le royaume que Jésus avait établi.

Libérés du pouvoir et de la peur de la mort, les premiers chrétiens vivaient et partageaient courageusement au nom de Jésus (voir par exemple 1 Co 15.30,31).  Le mal qui entraine la mort est le même qui apporte la souffrance, l’injustice, la pauvreté, et l’oppression sous toutes leurs formes. Cependant, grâce à Jésus et à sa victoire sur la mort, tout cela prendra un jour fin. Le dernier ennemi qui sera réduit à rien, c’est la mort (1 Co 15.26).

À la fin, peu importe qui nous aidons aujourd’hui, tous mourront de toute façon. Que nous enseigne cette vérité brute sur combien il est important de faire connaitre aux autres l’espérance qu’ils peuvent trouver dans la mort et la résurrection de Jésus ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)

%d blogueurs aiment cette page :