EDS – Lundi 16 septembre – Usure de compassion

Un grand nombre d’entre nous aimeraient faire davantage pour faire une différence dans la vie de ceux qui souffrent, en essayant de ne pas laisser nos bonnes intentions se noyer sous « tous les maux du monde. » Il y a un certain nombre d’attitudes et d’actions qui peuvent nous aider à avoir les bonnes réactions face aux personnes qui en ont besoin.

Compassion : Comme nous l’avons vu, reconnaître et avoir de l’empathie pour la douleur de ceux qui souffrent constitue la première étape vers l’action. Nous avons besoin de grandir et de maintenir notre sensibilité envers ceux qui souffrent. Aujourd’hui, les gens parlent « d’usure de compassion », cette idée selon laquelle nous sommes tellement exposés au chagrin et à la tragédie que beaucoup d’entre nous se lassent à la longue des nombreuses causes qui exigent notre énergie émotionnelle et notre soutien financier. Jésus avait une conscience aiguë du mal et de la douleur autour de lui. Cependant, il demeurait compatissant. Nous devons suivre son exemple.

Éducation : Du fait de la complexité des nombreuses situations d’injustice et de pauvreté, écouter et apprendre ce que nous pouvons de ces situations est important. On a vu beaucoup d’exemples où de gens bien intentionnés ont fait des dégâts dans la vie d’autrui en essayant de les aider. Il ne s’agit pas d’une excuse pour ne rien faire, mais nous devons chercher à nous impliquer de manière éclairée et réfléchie.

Prière : Quand nous voyons un problème, notre première pensée est de passer à l’action de manière « pratique. » Mais la Bible nous rappelle que la prière est pratique. Nous pouvons faire une différence dans la vie des pauvres et des opprimés par nos prières en leur faveur et en faveur de ceux qui ont autorité sur eux (voir 1 Tm 2.1,2), et aussi en cherchant la direction de Dieu pour savoir comment apporter une réponse adaptée quand nous offrons notre aide (voir Pr 2.7,8).

Attentes : Autre élément important quand on œuvre au soulagement de la souffrance, c’est d’avoir des attentes adéquates, étant donnée la complexité des circonstances sociales, politiques et personnelles. Notre espérance devrait être de donner le choix aux gens, ainsi que des occasions qu’ils ne pourraient pas avoir autrement. Parfois, ce que les gens font de ces occasions nous déçoit, mais nous devons respecter leurs choix. Quelle que soit la manière dont nous essayons d’agir en faveur de ceux qui souffrent, notre principe directeur devrait être de tout ce que vous voulez que les gens fassent pour vous, faites-le de même pour eux (Mt 7.12).

Lisez Jacques 1.5-8. Quel rôle la prière devrait-elle jouer dans l’action chrétienne ? Qu’indique Jacques 2.15,16 sur la manière dont nous pouvons contribuer à répondre à nos prières pour les autres ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)

%d blogueurs aiment cette page :