• EDS – Mercredi 18 septembre – Artisans de paix

    Lisez Matthieu 5.9. Dans le genre de monde dans lequel nous vivons, comment faire ce que Jésus dit ici ? En fin de compte, quelle peut être notre réussite ? Voir Marc 13.7.

    Les conflits violents sont une cause importante de souffrance. Dans le coût de la guerre, on peut inclure les victimes directes et les vies brisées, l’attention et les ressources consacrées aux machines militaires qui seraient mieux utilisées pour soulager la misère humaine, ainsi que la souffrance constante des survivants et des vétérans, même dans le camp de ceux qui ont « gagné ». Et puis il y a tous ces conflits plus petits qui laissent des séquelles dans d’innombrables vies, dans les familles et les communautés. De ce fait, une passion pour la justice ne peut pas fermer les yeux sur le mandat qui consiste à être un artisan de paix. Au cœur de l’évangile de Jésus se trouve l’acte gracieux et grandiose de Dieu qui a agi en tant que pacificateur, en réconciliant des êtres humains pécheurs à leur Créateur (voir 2 Co 5.18-21). Et la réconciliation que nous recevons devient le modèle pour que nous devenions des « ambassadeurs » de cette réconciliation pour autrui également.

    Lisez Ésaïe 52.7. Comment vivre ce texte ?

    L’évangile de paix devient également la motivation, le modèle, et la ressource pour agir en paix dans notre monde de violence : « L’homme qui est en règle avec Dieu jouit de la paix d’en haut et répand autour de lui une influence bénie. L’esprit de paix descendra comme la rosée sur les cœurs travaillés et lassés par les luttes de ce monde. » Ellen G. White, Heureux ceux qui, pp. 37,38.

    Dans son Sermon sur la montagne, Jésus a déclaré : Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu (Mt 5.9). Il est allé plus loin, non seulement en réaffirmant le commandement interdisant le meurtre, mais il a dit que nous ne devrions pas être en colère ou garder rancune (voir Mt 5.21-26) et que nous devrions aimer nos ennemis et prier pour ceux qui nous persécutent (voir Mt 5.43-48), ce qui signifie que nous devrions prendre des mesures concrètes pour rechercher leur bien. On compte de nombreuses histoires de personnes qui ont consacré leur vie à travailler en faveur de la paix dans des régions troublées du monde, en apportant avec eux des aperçus de réconciliation et de guérison, et souvent en atténuant une bonne partie de l’injustice et de la souffrance que ces conflits engendraient.

    De quelles manières votre église locale, à son niveau, peut-elle assumer ce rôle d’artisan de paix ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)