• EDS – Dimanche 15 septembre – Les priorités du royaume

    Comme les enseignements de Jésus et les écrits néotestamentaires l’ont clairement montré, ceux qui choisissent de vivre comme des membres du royaume de Dieu vivent selon un ensemble de valeurs et de priorités différent du monde.

    Lisez Matthieu 6.25-33. Quel réconfort recevons-nous dans ces versets, et quel devrait être l’impact de ce réconfort sur nos priorités ?

    Jésus a enseigné que la vie [est] plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement (Mt 6.25). Ces choses sont importantes, naturellement, mais nous devons les voir à    la lumière du royaume de Dieu, ce qui signifie que nous devons revoir nos priorités dans nos vies, de manière concrète et réelle. Quand nous reconnaissons l’appel entendu dans toute la Bible, celui de relever les autres et de s’occuper d’eux, cet appel devient également l’une de nos priorités, puisque nous cherchons à suivre les pas de Jésus. Idéalement, cet appel devrait nous aider à moins nous attarder sur nous-mêmes et davantage sur autrui.

    Cet ensemble de priorités différent change également notre relation à ceux qui ont autorité sur nous et sur les opprimés. Tandis que la Bible apprend aux chrétiens à respecter leurs gouvernements et à leur obéir, autant que possible (voir par exemple, Rm 13.1-7), il vient un moment où nous devons faire écho aux paroles de Pierre : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’à des humains (Ac 5.29). Jésus équilibre ces deux principes dans sa réponse à ceux qui essayaient de le piéger sur cette question : rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu (Mt 22.21).

    Ceux qui sont au pouvoir, que ce soit au gouvernement ou autre, renforcent souvent ce pouvoir et le maintiennent par la menace ou la force. Comme nous l’avons vu dans la vie de Jésus, vivre fidèlement ne suppose pas de vivre toujours et dans toute situation en état de passivité face au mal. Par exemple, au sujet de l’esclavage aux États-Unis, Ellen G. White a écrit : « Quand les lois humaines entrent en conflit avec les lois de Dieu, il faut obéir à celles-ci, quelles qu’en soient les conséquences. La loi de notre pays qui requiert de rendre l’esclave à son maître ne doit pas être obéie ; nous devons supporter les conséquences de la violation de cette loi. L’esclave n’est la propriété de personne. Dieu seul est le maître des hommes. » Témoignages pour l’église, vol. 1, p. 80.

    Où se situe la frontière entre obéir aux autorités et prendre la défense de ceux qui sont peut-être victimes d’une autorité d’oppression ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)