• EDS – Jeudi 12 septembre – Plus de larmes ni de douleur

    Lisez Apocalypse 21.1-5, 22.1-5 et prenez un peu de temps à essayer d’imaginer ce que sera la vie telle qu’elle est décrite ici. Pourquoi est-il difficile d’imaginer ce que serait la vie sans le péché, la mort, la douleur et la maladie ?

    Les descriptions bibliques de ce que sera notre vie après le péché sont indéniablement merveilleuses et glorieuses, et assurément, elles sont bien en-deçà de la réalité de ce qui nous attend. Même dans ces versets, les descriptions parlent tout autant de ce nous y verrons que de ce que nous n’y trouverons pas. Quand nous n’avons connu que ce monde, il peut être difficile d’imaginer la vie sans la douleur et la souffrance, la mort et la peur, l’injustice et la pauvreté.

    Non seulement ces choses n’existeront plus, mais cette description ajoute une touche personnelle : il essuiera toute larme de leurs yeux (Ap 21.4). Pour ceux qui ont été sauvés, la compassion de Dieu envers ceux qui ont souffert tout au long de l’histoire humaine atteint son apogée dans cette seule phrase. Non seulement il met un terme à leur souffrance, mais il essuie personnellement leurs larmes.

    Battus et marqués par une vie de péché et un monde d’injustice et de tragédie, nous pouvons voir dans le livre de l’Apocalypse des indices d’un processus de guérison pour tous ceux qui ont été victimes du péché de tant de manières. En décrivant l’arbre de la vie, Jean explique que les feuilles de l’arbre sont pour la guérison des nations (Ap 22.2). À nouveau, Dieu montre sa compréhension et sa compassion pour la condition des humains, qui ont ressenti, vécu, été témoins, et qui ont même participé à la méchanceté de ce monde. Son plan pour recréer notre monde inclut la restauration et la guérison de chacun de nous.

    En attendant, nous cherchons à être tout ce que nous pouvons en Christ, en faisant notre part, aussi hésitante et petite soit-elle, pour soulager ceux qui nous entourent et leur proposer ce que nous avons à offrir. Peu importe de quoi il s’agit, une parole aimable, un repas chaud, une aide médicale ou dentaire, des vêtements, une aide psychologique, tout ce que nous pouvons faire, nous devons le faire, et avec le genre d’amour manifesté par Jésus quand il était là : un amour plein d’abnégation, de renoncement et de sacrifice de soi.

    Bien entendu, le monde va encore empirer, malgré tous nos efforts. Jésus savait cela.  Cependant, cette  vérité  ne  l’a  pas  empêché  de  soulager  autrui,  et  elle  ne devrait pas non plus nous arrêter.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)