• EDS – Mardi 6 août – Oppresseurs religieux

    Lors des meilleures périodes des royaumes d’Israël et de Juda, le peuple revenait au temple et à l’adoration de Dieu, bien que, même alors, leur culte fut souvent mêlé d’incursions dans l’idolâtrie et les religions des nations environnantes. Mais selon les prophètes, même leurs meilleures tentatives pour devenir religieux ne suffisaient pas à les détourner des maux perpétrés dans le pays au quotidien. Et malgré tous leurs efforts pour devenir religieux à travers leurs rituels d’adoration, la musique de leurs cantiques ne pouvait couvrir les cris des pauvres et des opprimés.

    Amos décrivit les gens de son époque comme ceux qui harcèl[ent] le pauvre et qui supprime[nt] les déshérités du pays (Am 8.4). Il vit leur désir de faire leurs rituels pour rouvrir le marché et revenir à leur commerce malhonnête, celui d’acheter les petites gens pour de l’argent, le pauvre pour une paire de sandales (Am 8.6).

    Lisez Ésaïe 1.10-17, Amos 5.21-24, et Michée 6.6-8. Que disait le Seigneur à ces gens religieux à propos de leurs rituels ?

    Par l’intermédiaire de ses prophètes, Dieu emploie des mots très durs pour ridiculiser toute religion et toute adoration qui sont déconnectées et contraires à la souffrance et l’oppression des ceux qui nous entourent. Dans Amos 5.21-24, nous lisons que Dieu dit qu’il déteste, rejette leur adoration, et qu’il en est globalement dégoûté. Leurs rassemblements sont décrits comme quelque chose qui sent mauvais, et leurs offrandes et leur musique sont considérées comme valant moins que rien.

    Dans Michée 6, nous voyons une série de suggestions de plus en plus excessives, et même moqueuses, quant à la manière dont ils peuvent adorer Dieu le plus adéquatement possible. Le prophète offre sur un ton moqueur de faire des holocaustes, puis augmente l’offrande de milliers de béliers, des dizaines de milliers de torrents d’huile (Mi 6.7) avant d’aller jusqu’à faire cette horrible suggestion extrême, mais non inconnue, de sacrifier son enfant premier né pour gagner la faveur et le pardon de Dieu.

    Cependant, à la fin, ce que le Seigneur voulait pour eux, c’était qu’ils agisse[nt]selon l’équité, [qu’ils] aime[nt] la fidélité, et [qu’ils] march[ent] modestement avec [leur] Dieu (Mi 6.8).

    Avez-vous déjà été coupable de vous soucier davantage des formes et des rituels religieux que de l’aide à apporter à ceux qui en avaient besoin autour de vous ? Qu’avez-vous appris de cette expérience ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)