• EDS – Dimanche 4 août – Idolâtrie et oppression

    Peu après que Dieu a conduit le peuple d’Israël hors d’Égypte, il vint à leur rencontre au Mont Sinaï, en leur donnant les Dix Commandements sous forme écrite, y compris les deux premiers commandements sur le fait de ne pas adorer d’autres dieux et de ne pas faire d’idoles (voir Ex 20.2-6). Le peuple promit de faire tout ce qu’on leur avait commandé et de vivre comme Son peuple (voir Ex 24.1-13).

    Mais Moïse était sur la montagne depuis presque six semaines, et le peuple commença à se demander ce qui avait bien pu lui arriver. Sous la pression de la foule, Aaron fit un veau d’or et conduisit le peuple dans les sacrifices à cette idole, après quoi le peuple s’assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour s’amuser (Ex 32.6). Le Seigneur et Moïse furent tous deux scandalisés par la rapidité avec laquelle le peuple s’était détourné de Dieu pour adorer une idole, et il semble que seule l’intercession de Moïse sauva Israël de son châtiment mérité (voir Ex 32.30-34).

    Mais l’idolâtrie était une tentation dans laquelle le peuple tomba bien trop souvent. L’histoire des rois d’Israël et de Juda est ponctuée de périodes d’idolâtrie, avec aussi les actes scandaleux que certains rois poussèrent leur peuple à commettre dans l’adoration de ces dieux. Une telle infidélité constituait la priorité récurrente des prophètes que Dieu envoyait afin de rappeler le peuple à lui. Souvent, au sein des appels au réveil et à la réforme, on avait également des appels à mieux traiter les pauvres, les nécessiteux, et les sans défense.

    Lisez Psaumes 115.1-8. Quel point crucial l’auteur soulève-t-il ici ?

    C’est une tendance humaine que de ressembler à la chose ou à la personne que nous adorons et sur laquelle nous nous focalisons. Il était donc tout à fait naturel que la préoccupation envers autrui et envers la justice diminue quand le peuple de Dieu se détourna de l’adoration d’un Dieu de justice pour se tourner vers l’adoration des faux dieux des nations environnantes, qui étaient souvent considérés comme des personnages liés à la guerre ou à la fertilité. Quand il choisit d’autres dieux, le peuple changea d’attitude dans beaucoup de domaines, y compris dans sa manière de traiter autrui. S’il était resté fidèle au Seigneur, il aurait partagé sa préoccupation envers les nécessiteux en son sein.

    Attardez-vous davantage sur cette idée selon laquelle nous finissons par ressembler à ce que nous adorons. Comment se manifeste ce principe à notre époque ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)