EDS – Lundi 8 juillet – Les Dix Commandements

Lisez Matthieu 22.37-40, puis Exode 20.1-17. En quoi le résumé que fait Jésus des commandements enrichit-t-il votre compréhension quand vous lisez chacun des Dix Commandements ?

Les Dix Commandements se lisent comme une constitution. Après un bref préambule qui présente la base de ces déclarations, c’est-à-dire, ici, le fait que Dieu ait délivré le peuple, le document énumère les principes essentiels sur lesquels est fondée la nation. Dans ce cas, il y avait des ordres spécifiques sur la manière dont les êtres humains pouvaient vivre au mieux leur amour pour Dieu et les uns pour les autres. Il n’est pas étonnant que beaucoup de nations avec un héritage chrétien se soient inspirés de ces principes directeurs pour leurs systèmes de lois.

Tandis que nombre de ces déclarations sont brèves, nous ne devrions pas sous- estimer leur portée et l’exhaustivité des Dix Commandements comme loi de vie. Par exemple, le sixième commandement, Tu ne commettras pas de meurtre (Ex 20.13), résume et inclut « toute injustice tendant à abréger la vie » ainsi que « tout égoïsme qui fait négliger les soins dus aux indigents et aux malades. » Patriarches et prophètes,281. De la même manière, l’interdiction de voler (voir Ex 20.15) condamne « la traite des esclaves, les guerres de conquête. » Elle « exige le paiement des justes dettes et des salaires, » et interdit « tout acte consistant à tirer avantage de l’ignorance, de la faiblesse ou du malheur d’autrui. » Patriarches et prophètes, p. 282.

On a facilement tendance à se dire que l’on n’est pas une mauvaise personne. Par exemple, si nous ne sommes pas directement impliqués dans un meurtre ou un vol flagrant, on pourrait croire que nous sommes en règle. Mais quand Jésus parlait des commandements, il a montré clairement que l’on n’obéit pas aux commandements simplement en évitant de faire certaines choses spécifiques. Nos pensées, nos motivations, et même notre incapacité à faire ce que nous savons être notre devoir, peuvent enfreindre la loi de Dieu (voir Mt 5.21-30).

En outre, imaginez une société dans laquelle chacun des Dix Commandements serait pris au sérieux et vécu pleinement. Ce serait une société active, vivante, dans laquelle tous agiraient avec enthousiasme sur la base de leur amour pour Dieu en aimant l’autre et en prenant soin les uns des autres.

Pourquoi avons-nous tendance à lire les Dix Commandements de manière trop « restrictive, » souvent en ne tenant pas compte des applications plus larges de ces principes importants pour nos vies ? Pourquoi la lecture restrictive est-elle plus facile à suivre en pratique ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)