• EDS – Dimanche 28 juillet – Un appel récurrent à la justice

    Malgré le plan clairement détaillé de Dieu pour la nation israélite, le peuple     était rarement à la hauteur de son appel. Quelques générations à peine après leur établissement dans le pays, ils demandèrent à Samuel, le prophète et juge, de nommer un roi pour diriger leur nation, comme en ont toutes les nations (1 S 8.5).

    Lisez 1 Samuel 8.10-18. Quel fut l’avertissement de Samuel pour le peuple, en réponse à leur demande ?

    Samuel reconnut cela comme une étape supplémentaire pour ressembler aux autres nations sur d’autres plans également. Tandis que Samuel chercha à conseiller le premier roi, Saül, il ne fallut pas longtemps avant que sa prophétie devienne réalité. Même à  la tête du royaume israélite, David et Salomon n’échappèrent pas aux tentations, à la corruption, et aux excès liés au pouvoir qu’ils détenaient.

    Tout au long des règnes des rois d’Israël et de Juda, l’une des réponses de Dieu fut d’envoyer des prophètes pour exprimer sa volonté, et rappeler aux dirigeants et au peuple d’Israël leurs responsabilités sacrées envers les membres oubliés de leur société. Dans les écrits des prophètes hébreux, nous voyons un appel constant et récurrent à vivre avec justice et à accomplir la justice dans la société. Face à l’infidélité d’Israël et de ses dirigeants, les prophètes étaient une voix régulière et urgente pour les sans voix, en particulier ceux qui étaient meurtris par l’incapacité d’Israël à suivre la volonté de Dieu. En réfléchissant à la passion des prophètes de l’Ancien Testament, Abraham Joshua Heschel compare notre suffisance à leur sens urgent de la justice : « Les choses qui horrifiaient les prophètes arrivent encore quotidiennement dans le monde entier. […] Leur impatience haletante face à l’injustice peut nous frapper comme étant de l’hystérie. Nous sommes nous-mêmes continuellement témoins d’actes d’injustice, de manifestations d’hypocrisie, de mensonge, de scandales, de malheurs, mais il est rare que nous nous indignions ou que nous nous énervions. Pour les prophètes, même une injustice mineure prend des proportions cosmiques. » The Prophets (New York, Jewish Publication Society of America, 1962), pp. 3,4.

    Ce que ces prophètes nous offrent, c’est un aperçu du cœur et de l’esprit de Dieu. Porte-paroles de Dieu, ils peuvent voir l’injustice et la souffrance de notre monde à travers les yeux remplis de larmes de Dieu. Mais cette passion est également un appel à passer à l’action, à agir avec Dieu pour soulager et remédier à l’oppression et à la peine de ceux qui nous entourent.

    Cherchons-nous parfois à être « comme toutes les nations » de manières qui peuvent nuire à nous-mêmes et aux autres ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)