• EDS – Vendredi 7 juin – Pour aller plus loin…

    « Trop souvent, les parents n’arrivent pas à s’entendre sur la conduite de la famille. Le père, qui est rarement avec ses enfants et ignore leurs traits de caractère particuliers et leur tempérament, est dur et sévère. Il ne sait pas se contrôler et administre les corrections sous le coup de la colère. L’enfant sait cela, et plutôt que de se soumettre, il se révolte contre la punition. Parfois, la mère ferme les yeux sur des fautes qu’en d’autres circonstances elle punira sévèrement. Les enfants ne savent jamais à quoi s’en tenir et sont tentés de calculer jusqu’où ils peuvent aller sans être punis. C’est ainsi que l’on répand des semences néfastes qui germeront et porteront du fruit. » Ellen G. White, Le foyer chrétien, p. 302.

    « Le foyer doit être le centre de l’affection la plus pure et la plus élevée. La paix, l’harmonie, l’affection et le bonheur doivent être recherchés jour après jour jusqu’à ce qu’ils s’insèrent dans le cœur de tous ceux qui composent la famille. La plante de l’amour doit être soigneusement nourrie, sinon elle mourra. Tout bon principe doit être cultivé si nous voulons qu’il se développe dans l’âme. Les choses que Satan sème dans le cœur – envie, jalousie, suspicion, médisance, impatience, préjugé, égoïsme, convoitise, vanité – doivent être déracinées. Si la présence de ces défauts est tolérée dans l’âme, ils porteront des fruits qui contamineront bien des personnes. Combien cultivent des plantes vénéneuses qui détruisent les précieux fruits de l’amour et souillent l’âme ! » pp. 186, 187.

    À méditer

    . Lisez la citation suivante, extraite d’un article sur le mariage. « Car nous n’avons pas un grand prêtre insensible à nos faiblesses ; il a été soumis, sans péché, à des épreuves en tous points semblables. (He 4.15.) Tout comme Christ s’est mis dans notre situation, pour mieux nous comprendre, nous devrions faire de même avec notre conjoint. Essayez de voir chaque situation ou chaque crise, non pas seulement de votre point de vue, mais de celui de l’autre. Voyez comment il (ou elle) voit la situation, quel impact elle a sur lui (ou sur elle), et pourquoi il (ou elle) ressent ce qu’il (ou elle) ressent. Ce principe peut faire beaucoup pour dépassionner les situations difficiles. Comment l’appliquer à tous les domaines de conflit potentiel avec autrui ?

    . En classe, répondez à la question suivante : « La colère est-elle toujours un péché ? » Défendez votre point de vue.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.