• EDS – Dimanche 2 juin – Conflits

    Lisez Matthieu 7.5 et Proverbes 19.11. Quels sont les deux principes importants qui peuvent nous aider à éviter les conflits avec les autres ?

    L’auteur des Proverbes fait une observation très astucieuse : Commencer une dispute, c’est ouvrir une digue ; arrête‑toi avant que la querelle ne se déchaîne. (Pr 17.14, BFC) Une fois commencé, un conflit peut devenir incroyablement difficile à calmer. Selon Romains 14.19, nous pouvons prévenir les conflits en suivant deux choses : ce qui contribue à la paix, et ce qui est constructif pour autrui. À combien plus forte raison ces principes sont-ils cruciaux pour l’harmonie dans la famille !

    Parfois, il suffit d’admettre sa responsabilité dans un conflit pour adoucir l’autre. Prenons du recul et voyons si c’est une bataille qui en vaut la peine. Le livre des Proverbes déclare : L’homme qui a du discernement est lent à la colère ; Et il met son honneur à passer sur une offense. (Pr 19.11, Colombe) En même temps, considérez la différence que cela va faire dans votre vie dans trois jours. Mieux encore, quel impact cela aura-t-il dans cinq ou dix ans ? Combien de mariages, par exemple, sont passés par des moments difficiles à cause de questions qui paraissent aujourd’hui tellement dérisoires ?

    Au lieu de laisser les conflits s’éterniser, quand vous parlez à l’autre personne, un conjoint, un enfant, un ami, un collègue, définissez clairement le problème en question et restez sur le sujet immédiat. Les conflits dégénèrent souvent quand le problème qui a engendré le conflit se perd dans des paroles de colère. Pendant ce temps-là, les problèmes ou les torts passés reviennent sur le tapis. Cela peut être fatal, surtout pour un mariage. Une manière de commencer une discussion en douceur est de réaffirmer votre relation. Faites savoir à l’autre que vous vous souciez profondément de lui ou d’elle et de votre relation. Une fois que vous avez énoncé vos sentiments positifs, vous pouvez passer au sujet en question. Faites cependant attention de ne pas prononcer le mot mais. Prononcer une idée positive puis dire

    « mais » annule ce que vous venez dire. Une fois que vous partagez vos sentiments, écoutez le point de vue de l’autre, réfléchissez à ce qu’il ou elle a dit, puis seulement après, proposez une solution qui prenne en compte les intérêts de tous (Ph 2.4,5).

    Repensez à des conflits qui semblent aujourd’hui absurdes et insignifiants. Que pouvez-vous apprendre de ces expériences qui pourraient contribuer, en tout cas de votre côté, à éviter que ce genre de chose ne se reproduise ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.