• EDS – Dimanche 30 juin – Dieu : un aperçu de la création

    Ce monde et toute la vie qu’il contient, notre vie, et tout ce que nous en faisons, toute notre existence prend sa source en Dieu, car c’est en lui que nous vivons, que nous nous mouvons et que nous sommes (Ac 17.28).

    Voici commence le récit de la Bible : Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre (Gn 1.1). Et le fait qu’il ait parlé pour que le monde vienne à l’existence indique une puissance et un processus que l’on ne peut imaginer.

    Et pourtant, Dieu n’a pas créé de loin. Il était intimement impliqué, en particulier quand il s’est agi de créer le premier être humain (voir Gn 2.7).

    Lisez le récit de la création des premiers êtres humains dans Genèse 1.26-31  Quelles choses importantes ce récit nous dit-il sur Dieu ? Quelles choses importantes nous dit-il à propos des gens ?

    On dit souvent que l’on peut apprendre beaucoup de choses sur Dieu en passant du temps dans la nature, en regardant sa création, et en voyant en elle des aperçus du caractère du Créateur en personne. Mais l’on peut également avoir des aperçus de la manière dont Dieu a créé le monde en devenir en examinant notre compréhension de Dieu lui-même. Par exemple, si Dieu est un Dieu d’ordre, nous devrions nous attendre à trouver de l’ordre dans sa création. Ou si nous croyons que Dieu est un Dieu de créativité, nous ne devrions pas être surpris de trouver d’incroyables exemples de cette créativité dans le monde qu’il a créé.

    De la même manière, nous croyons que Dieu est un Dieu de relations, et ainsi, nous constatons que les relations sont un élément central dans la manière dont Dieu a assemblé le monde. Il a créé chaque élément du monde en lien avec le reste de la Création. Il a créé les animaux dans une harmonie relationnelle. Il a créé les êtres humains en relation avec lui-même, les uns avec les autres, et avec le reste de la création.

    Tandis que notre compréhension de Dieu est limitée à bien des égards, les quelques éléments que nous pouvons avoir sur son caractère devraient nous pousser à reconsidérer la manière dont le monde devrait être.

    Cela vous aide-t-il pour votre compréhension du monde de le voir comme un reflet du caractère de Dieu, même alors que les ravages du péché sont tellement visibles ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)

     Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide3T2019-4

  • EDS – Samedi 29 juin – DIEU A CRÉÉ…

    SABBAT APRÈS-MIDI

    Étude de la semaine :
    Gn 1-3, Ac 17.28, Ps 148, Ps 24.1, Gn 4.1-9, Mt 22.37-39, Ap 14.7.

    Verset à mémoriser :
    Exploiter le faible, c’est insulter son créateur, mais faire grâce au pauvre, c’est l’honorer (Proverbes 14.31, Segond 21.).

    Vous est-il déjà arrivé de travailler sur un projet, peut-être un objet d’art ou un travail manuel, un repas, ou autre chose de créatif, pour le voir brisé ou rejeté par la personne à laquelle il était destiné ? Si c’est le cas, vous avez un petit aperçu de ce que Dieu a ressenti quand il a créé ce monde et qu’il a donné la vie aux humains, pour voir ce qu’il avait créé brisé par le péché.
    La Bible dit que le monde fut créé avec soin et créé « très bon. » Ce que Dieu pensait de sa création est évident d’après les récits de la Création dans Genèse 1 et 2. C’est dans ce cadre-là que nous devrions lire le récit de la Chute dans Genèse 3 et la douleur de Dieu alors qu’il confrontait ses créatures.
    Chose étonnante, notre monde est toujours aimé de Dieu, même malgré des millénaires de péché, de violence, d’injustice, et de rébellion ouverte. Et chose plus étonnante encore, tandis que Dieu a mis en marche son plan pour racheter et recréer le monde, il nous a donné, en tant que croyants, des rôles à jouer dans la réalisation de ses plans. Oui, nous sommes les bénéficiaires de sa grâce. Mais, à travers la grâce que nous avons reçue, nous avons aussi reçu une œuvre à faire en tant que collaborateurs de notre Seigneur. Quelle responsabilité sacrée, solennelle !

    Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 6 juillet.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)

     Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide3T2019-3

  • L′UN DE CES PLUS PETITS… : S′OCCUPER DE CEUX QUI SONT DANS LE BESOIN

    Introduction du trimestre

    Juillet – août – septembre 2019

    par Jonathan Duffy

    Les adventistes du septième jour sont appelés à proclamer l’Évangile éternel (Ap 14.6, Colombe) au monde entier. Ce faisant, nous ne faisons qu’obéir aux paroles de Jésus qui nous a dit : faites des disciples, baptisez-les et enseignez-leur tout ce que je vous ai commandé (Mt 28.20). Et parmi ce qu’il a commandé, il y avait le fait de soulager ceux qui souffrent, les opprimés, les pauvres, les affamés, les prisonniers.

    Après tout, c’est Jésus qui, après avoir raconté la parabole du bon Samaritain (Lc 10.30-36), a ensuite dit à ses auditeurs : Va et fais de même (Lc 10.37). C’est Jésus qui, en décrivant le moment où il diviserait les nations devant lui comme un berger sépare les moutons des chèvres (Mt 25.32), a parlé de l’importance d’aider ceux qui ont faim, qui sont malades, nus, et en prison. Amen, je vous le dis, dans la mesure où vous avez fait cela pour l’un de ces plus petits, l’un de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait (Mt 25.40).

    En d’autres termes, en plus de proclamer les grandes vérités sur le salut, le sanctuaire, l’état des morts, et la validité de la loi, nous devons soulager les besoins d’autrui. Et quel meilleur moyen d’atteindre les gens que d’œuvrer en leur faveur ? Comme l’a écrit Ellen G. White dans ce passage bien connu : « La méthode du Christ pour sauver les âmes est la seule qui réussisse. Il se mêlait aux hommes pour leur faire du bien, leur témoignant sa sympathie, les soulageant et gagnant leur confiance. Puis il leur disait : “Suivez-moi”. » – Le ministère de la guérison, p. 118.

    D’après un calcul, la Bible contiendrait 2 103 versets exprimant la préoccupation toute particulière de Dieu pour les pauvres et les opprimés. Comparé à bien d’autres aspects de la foi, de la doctrine, et de la vie chrétienne en général, le poids des références sur le fait de s’occuper des nécessiteux est écrasant. Nous devons devenir sérieux dans cette œuvre qui consiste à soulager la douleur et la souffrance qui existent autour de nous. Cela ne nous dispense pas de propager l’Évangile. Au contraire, cette œuvre peut devenir un moyen fort d’y parvenir.

    Bien entendu, c’est une bonne chose d’aider les autres, en soi. Nous devons faire ce qui est bon (Mi 6.8) simplement parce que c’est à la fois juste et bon de « faire justice ». Et pourtant, ne vaut-il pas mieux, quand on fait justice, quand on aide autrui dans ses besoins immédiats et temporels, lui montrer également l’espérance qui est en Nous/vous ? (1 P 3.15), c’est-à-dire la promesse de la vie éternelle en Christ ? Jésus guérissait des maladies, rendait la vue aux aveugles, il a guéri des lépreux, et il a même ressuscité des morts. Mais tous ceux qu’il soulageait allaient mourir tôt ou tard de toute façon, pas vrai ? Alors le bien qu’il leur a fait sur le moment a aussi eu un impact à long terme. Oui, il a soulagé ceux qui souffraient, mais ensuite, il leur disait : « Suis-moi ». Et c’est précisément pour cette raison que, nous aussi, nous devrions soulager ceux qui souffrent, puis leur dire : « Suivez-le ».

    Pas de doute là-dessus, rechercher la justice et la bonté dans le monde, c’est comme faire une répétition en vue du royaume de Dieu (voir Lc 4.18,19) d’une manière qui est au moins aussi fidèle, valable, et peut-être aussi efficace que de le prêcher. Quand nous nous occupons des pauvres et des opprimés, nous faisons honneur à Dieu et nous l’adorons (voir Es 58.6-10). Mais si nous échouons à soulager ceux qui souffrent et qui sont brisés, nous ne le représentons pas convenablement (voir Pr 14.31).

    Ainsi, ce trimestre, nous allons voir ce que dit la Parole de Dieu (et elle en dit beaucoup) sur notre rôle qui consiste à combler les besoins de ceux qui nous entourent.

    Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement (Mt 10.8). Tout est dit.


    Jonathan Duffy est président d’ADRA International depuis 2012. Avant de rejoindre ADRA Australie en 2008, Duffy était responsable de la Santé pour la Division du Pacifique Sud de l’Église, où il a acquis une grande expérience en matière de promotion de la santé et de développement de la santé au niveau local.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (3ÈME TRIMESTRE 2019)

     Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide3T2019-1 et EDSGuide3T2019-2

  • EDS – Vendredi 28 juin – Pour aller plus loin…

    « Notre message doit être aussi direct que l’était celui de Jean. Il a réprimandé des rois pour leur iniquité. Malgré le danger qu’il faisait courir à sa vie, il ne laissa jamais la vérité s’éterniser sur sa bouche. Notre œuvre en ce temps doit être accomplie aussi fidèlement. » Ellen G. White Comments, The SDA Bible Commentary, vol. 4, p. 1184.

    À MÉDITER

    • Ensemble, discutez de la pertinence du message d’Élie pour votre église locale. Que pouvez-vous faire pour aider votre église à comprendre le message ainsi que le rôle qu’elle a à jouer dans la propagation de ce message ?
    • Demandez à des volontaires de partager avec la classe leur propre expérience de « cœurs ramenés ». Quels changements se sont produits ? Quelle différence cette expérience a-t-elle faite dans leur vie et dans les vies de leurs familles ?
    • Si nous nous reconnaissons dans le rôle de Jean-Baptiste, à quoi devons-nous nous attendre ? Quel est le message implicite dans cette réponse ?
    • En tant que classe, rédigez un paragraphe, un genre de « Déclaration de Principes familiaux », qui résumerait au mieux en quoi consiste l’idée biblique de famille. Quels critères utiliseriez-vous pour vous aider à élaborer ces principes ? Qu’avez-vous appris ce trimestre qui pourrait vous aider à déterminer ce que pourraient être ces principes ? Tenez-vous prêts à partager vos résultats avec toute l’église.
    • En tant que parents, quelles promesses pouvez-vous réclamer pour vos enfants qui, en tout cas à ce stade, se sont éloignés du Seigneur ?

    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Jeudi 27 juin – Ramener les cœurs aux derniers jours

    En un sens, en tant qu’adventistes, nous nous voyons dans le rôle de Jean-Baptiste. Le héraut de la réforme et de la repentance cherchait à préparer le chemin à la première venue de Jésus. En tant que mouvement, nous nous considérons comme accomplissant la même chose pour son retour.

    Lisez Luc 1.17 dans un esprit de prière. En quoi ces paroles résument-elles parfaitement notre message ?

    Le Père céleste a ramené les cœurs de ses enfants à lui et il a ramené les cœurs de ses enfants les uns aux autres par la Croix de Christ. Le message d’Élie plaide pour que les familles croient en cette bonne nouvelle incroyable (2 Co 5.18-21 ; comparez Ep 2.11-18) et pour que les gens soient remplis de grâce tandis que son Esprit produit une moisson d’amour en eux. Le monde a désespérément besoin d’une manifestation de bienveillance désintéressée, d’engagement durable, et de dévotion inébranlable envers Dieu. Par la grâce de Dieu, les familles chrétiennes peuvent fournir cette démonstration. Cependant, nous ne devons pas oublier que le message que nous avons pour le monde est aussi pour nous. À moins que les principes de l’Évangile, d’unité, d’amour, d’abnégation ne se manifestent parmi nous, nous serons incapables de partager ce message avec quiconque. Toutes les prédications les plus éloquentes, toute la logique et toutes les présentations bibliques qui existent ne suffisent pas : le monde a besoin de voir se manifester dans nos vies, et en particulier dans nos vies de famille, la repentance, les cœurs ramenés, l’amour, et l’engagement à propos desquels nous prêchons. Tout comme Jean-Baptiste avait un pouvoir qui changeait des vies et rendait sa prédication efficace, nous pouvons faire de même par la grâce de Dieu, mais seulement dans la mesure où nous sommes disposés à coopérer. Nous faisons, à travers Jésus, partie de la famille céleste (Ep 3.15). Ainsi, que nous soyons une famille d’une seule personne ou davantage, nous sommes appelés à être des témoins pour le Dieu que nous professons servir, et rien ne peut rendre notre témoignage plus efficace que de montrer au monde ce qu’une famille, quelle que soit sa taille, peut devenir par la puissance de l’Évangile.

    Que pouvez-vous faire, de manière toute spéciale, pour montrer à ceux qui vous sont le plus proches, que ce soit votre famille immédiate ou quelqu’un d’autre, que vous les aimez et que vous vous souciez d’eux ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Mercredi 26 juin – Ramener les cœurs près du Jourdain

    Parallèlement à la prédiction de Gabriel (Lc 1.17) et à la confirmation de  Jésus  que Jean-Baptiste était l’Élie prédit (Mt 11.14 ; 17.12,13), les auteurs de l’Évangile affirment que Jean-Baptiste était le « messager » qui préparerait le chemin du Seigneur (Mt 11.10 ; Mc 1.2 ; Lc 7.27 ; comparez Ml 3.1).

    Notez les principaux aspects du message de Jean. En quoi son message était-il un message de « retour des cœurs » ? Mt 3.2,8 ; 14.4 ; Mc 1.4 ; Lc 3.3,8,9,11,13,14.

    Comme un agriculteur qui laboure une terre desséchée pour la préparer à recevoir de la semence, Jean dénonça le péché et exhorta les pécheurs à se repentir. La nature étant ce qu’elle est, sans un examen personnel, sans une prise de conscience de sa véritable condition, on ne ressent pas le besoin de quelque chose de meilleur. Son message ramenait les gens à la sainteté des exigences de Dieu et à leur besoin de sa parfaite justice. La repentance authentique est toujours marquée par l’humilité et par la recherche de Dieu pour recevoir son aide afin qu’il change notre comportement. En exposant l’hypocrisie superficielle et égocentrique de ceux qui prétendaient avoir Abraham comme père, il cherchait à leur montrer la signification plus profonde de la foi de leurs ancêtres.

    En quoi le message de Jean-Baptiste préparait-il le chemin pour Jésus ? Jn 1.35-37 ; 3.27-30.

    Jean avait vu que Jésus était l’Agneau de Dieu. Quand il présenta Jésus de cette manière (Jn 1.29,36), il ramena littéralement les gens au Seigneur. André  et un autre disciple de Jean-Baptiste, Jean, l’auteur de l’Évangile qui écrivit le récit de ce jour-là, quittèrent le Baptiste pour devenir disciples de Jésus. Le message d’Élie ne se contente pas d’indiquer le besoin de repentance, mais il identifie également celui qui sauve du péché, et suscite de l’enthousiasme à son sujet.

    Si Jean-Baptiste devait entrer chez vous, que vous dirait-il ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Mardi 25 juin – Ramener les cœurs à l′autel

    Lisez 1 Rois 18.20-45. Rédigez sur les lignes ci-dessous le sujet global de cet épisode. Bien que le contexte soit totalement différent, de quelle manière les principes vus dans cette histoire peuvent-ils s’appliquer à la vie de famille ?

    Sur le mont Carmel, Élie attendait avec impatience un renouvellement de l’alliance de la part de sa nation, un retour à la foi de leurs pères qui apporterait la guérison dans leurs vies, leurs foyers, et leur pays.

    L’heure du sacrifice du soir. Après l’échec des prêtres païens avec leur sacrifice, ce fut le tour d’Élie. Sa décision était mûrement réfléchie. Le moment de la journée attira l’attention vers le plan rédempteur de Dieu révélé dans le service du sanctuaire (comparez Ex 29.41). L’invitation, Approchez‑vous de moi (1 R 18.30) nous rappelle le Sauveur qui accueille les pécheurs (comparez Mt 11.28). Les parents qui sont dans la peine à cause de l’entêtement d’un enfant peuvent avoir l’assurance que Dieu aime cet enfant aussi sûrement qu’il aimait les Israélites. Dieu est sans cesse à l’œuvre pour attirer les entêtés à lui.

    L’accent mis par Élie sur l’autel de l’Éternel trouve son équivalent à notre époque quand Jésus et sa grâce salvatrice sont élevés dans les familles. Le culte de famille est l’occasion de lui parler dans la prière, de parler de lui entre nous, de recevoir de nouveau son don du salut, et de donner à nos cœurs du temps pour méditer sur ses enseignements.

    La réaction qu’Élie exigeait indiquerait que Dieu les avait ramenés à lui. 1 Rois

    18.37 dit : que ce peuple sache que […] c’est toi qui ramènes leur cœur ! Nous ne pouvons pas ramener notre cœur à Dieu. Nous ne pouvons que répondre à sa grâce, et cela, il l’accorde gratuitement.

    Le feu tomba du ciel, non sur les coupables, mais sur le sacrifice, renvoyant à Jésus, qui a été fait pour nous péché, afin qu’en lui nous devenions justice de Dieu (2 Co 5.21). De la bouche du peuple jaillirent la confession et la louange. Puisqu’ils n’avaient pas répondu à l’appel de Dieu, les faux prêtres furent exécutés. Ensuite, des pluies rafraîchissantes mirent fin à la malédiction qui frappait le pays.

    Dans quelle condition se trouve votre « autel » au foyer ? De quelles manières spécifiques pouvez-vous « rebâtir l’autel » chez vous, s’il a besoin de l’être ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Lundi 24 juin – Réunion de famille

    L’introduction du culte de Baal en Israël par Jézabel, l’épouse sidonienne du roi Achab, précipita le déclin moral de la nation. Les enseignements de Dieu, qui élevaient le mariage, la famille, et la sexualité, furent éclipsés par des pratiques comme l’inceste, la prostitution, et autres perversions sexuelles. Dans cette arène de conflits à propos du culte intervint Élie, dont le nom même, « Jéhovah est mon Dieu, » était un reproche fait à Baal.

    Quelle expérience d’Élie l’associait-il au renversement des croyances païennes pour insuffler une nouvelle vie dans les familles ? 1 R 16.29-17.24 ; comparez Luc 4.25,26.

    Après avoir annoncé la malédiction de la sécheresse qui s’abattrait sur le pays, Élie devint l’homme à abattre. Dieu l’abrita dans un endroit improbable : chez une pauvre veuve de Sarepta de Sidon, près de la ville natale de Jézabel. Élie salua la veuve avec une épreuve sinistre : qu’elle utilise ses derniers restes de feu, d’huile et de farine pour le nourrir et qu’elle fasse confiance à Dieu pour l’avenir. Sa foi est devenue légendaire. Jésus lui-même la louerait plus tard (Lc 4.26). Alors que son huile et sa farine ne s’épuisaient pas à mesure que les jours passaient, la femme en vint à en apprendre davantage sur le Seigneur. Puis, chose tragique, son fils unique tomba malade et mourut. En exprimant son chagrin auprès d’Élie, elle fit écho à la religion qui régnait autour d’elle, aux croyances perverties qui engloutissaient désormais Israël, avec son péché qui pouvait exiger le sacrifice d’un enfant (1 R 17.18 ; comparez Jr 19.5 ; Mi 6.7).

    Quel effet la réunion avec son fils a-t-elle eu sur l’expérience spirituelle de la veuve phénicienne ? 1 R 17.24. Que peut-on apprendre des commentaires qu’elle fait ?

    La réponse de la mère révèle l’effet du message d’Élie. La foi en Dieu et la foi en sa Parole naissent dans le cœur alors que, par sa puissance, la vie est restaurée et la famille réunie. Beaucoup aujourd’hui peuvent acquiescer quand les doctrines sont prêchées, mais restent tièdes dans leur expérience spirituelle. Pourtant, quand les vérités de la Parole de Dieu sont vécues personnellement et que le réveil et la réforme se produisent dans les relations au foyer, alors la conviction s’enracine avec d’autant plus de force dans le cœur.

    Quelles sont les réunions de famille que vous attendez ? À quelles promesses de Dieu vous accrochez-vous pour garder l’espérance de cette réunion ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Dimanche 23 juin – La prophétie des cœurs qui reviennent

    Comparez la prédiction de la venue d’Élie avec les références néotestamentaires à cet événement. Ml 4.5,6 ; Mt 11.14,15 ; 17.10 ; Mc 6.15 ; Lc 1.17.

    Aux jours de Malachie, l’appel de Dieu à la nation : Revenez à moi, et je reviendrai à vous rencontra une réponse pleine d’arrogance : En quoi devons‑nous revenir ? (Ml 3.7). Le prophète frustré annonça qu’une occasion supplémentaire de réveil serait accordée. Rappelant la réforme amorcée par Élie (1 R 18.37), Malachie prédit son retour, qui ramènera le cœur des pères vers les fils et le cœur des fils vers leurs pères (Ml 3.24).

    Une tradition juive disait qu’Élie apparaîtrait personnellement comme héraut du Messie (comparez avec Mt 17.10 ; Mc 6.15). Cependant, le Nouveau Testament présente Jean Baptiste comme l’accomplissement de la prophétie (Mt 11.14,15 ; Lc 1.17).

    Selon vous, que signifie l’expression « ramener les cœurs » ?

    Il y a plusieurs applications possibles à ce texte : (1) Il peut faire référence à la réconciliation du peuple d’Israël avec le Seigneur. Dieu comme Père (Es 63.16) est revenu de sa colère envers ses enfants (Mi 7.18,19) et les appelle à revenir à lui (Es 44.22 ; Ml 3.7). (2) Il peut faire référence à la recréation du lien entre les générations ultérieures et leurs ancêtres fidèles à travers le renouvellement de l’alliance. L’appel prophétique lancé au peuple de Dieu pour qu’il suive la foi des patriarches a été lancé à maintes reprises dans l’Ancien Testament. Si le pays voulait continuer à être une demeure bénie, les conditions étaient directement liées à la fidélité envers l’alliance (Dt 4.29-31). (3) Il peut faire référence à la restauration et au renouveau des relations dans la famille. Les relations parents-enfants sont une expression concrète de la fidélité envers l’alliance avec Dieu. Ici également, l’accomplissement des responsabilités envers les parents et les enfants est entremêlé avec un héritage constant du pays et de la bénédiction de Dieu (Pr 2.21).

    Quel est le lien entre une relation restaurée avec Dieu et des relations restaurées dans nos familles ? Pourquoi l’une doit-elle précéder l’autre ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Samedi 22 juin – RAMENER LES CŒURS DANS LES TEMPS DE LA FIN

    SABBAT APRÈS-MIDI

    Étude de la semaine :

    Ml 4.5,6 ; Mt 11.14,15 ; 17.10 ; 1 R 16.29-17.24 ; 1 R 18.20-45 ; Mt 3.2.

    Verset à mémoriser :

    Je vous envoie Élie, le prophète, avant que n’arrive le jour du Seigneur, jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers les fils et le cœur des fils vers leurs pères, de peur que je ne vienne mettre à mal le pays en le frappant d’anathème. (Malachie 3.23,24.)

    Nos vies se déroulent par étapes. Parfois ces étapes se passent bien, parfois non. Parfois les familles sont intactes et fortes. Parfois elles sont fragiles, ou même brisées. Quelle que soit l’étape, quel que soit le stade, quelle que soit notre condition personnelle ou celle de notre famille en ce moment, nous pouvons et devons vivre dans la lumière des promesses de Dieu, en nous y accrochant de tout notre cœur,  de toute notre âme, et de toute notre force car, à la fin, elles sont notre seul espoir. Mais quel grand espoir ! La Parole de Dieu regorge de promesses, des promesses que, quelle que soit l’étape à laquelle nous ou notre famille nous trouvons, nous pouvons réclamer pour nous-mêmes, pour ceux que nous aimons, pour notre famille, et pour notre Église. En cette dernière semaine du trimestre, nous allons examiner plusieurs histoires, promesses et expériences de la Bible, dans différents contextes. Ce faisant, nous chercherons à en tirer des leçons pour nous aujourd’hui, quelle que soit notre situation. Car, vraisemblablement, qui que vous soyez, quelle que soit la phase dans laquelle vous êtes, vous avez des combats, des peurs, des inquiétudes. Heureusement, nous adorons un Dieu qui, non seulement sait ce que nous devons affronter, mais qui, nous pouvons en être sûrs, a un train d’avance sur tout cela.

    Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 29 juin.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.