• « Aimez vos bibles »

    Écrit par : Ed Welch

    Cette citation est de Spurgeon. Il dit que l’Écriture est la parole même de Dieu, et qui n’aime pas entendre le son de la voix de Dieu ? Le problème est que la plupart d’entre nous voulons entendre la voix de Dieu, mais nous ne lisons pas la Bible, et nous ne cherchons même pas de prétextes pour ne pas le faire. Nous avons tous besoin d’une nouvelle motivation.

    Voici comment les Écritures nous motivent pour commencer à lire.

    Les Écritures sont les paroles de Dieu pour vous. Ouvrez la Bible n’importe où et les paroles qui s’y trouvent pourraient être introduites par « Aussi, comme dit l’Esprit saint : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix » (Hé 3.7). Ces paroles sont du pain pour notre âme (Dt 8.3). Elles apportent la vie.

    Au cours de l’année passée, j’ai vu comment elles apportent ce miracle de la vie. Je l’ai vu chez des amis dont le corps était en train de mourir, et je l’ai vu chez des amis qui ont perdu des êtres chers. Leurs histoires sont chacune d’une dureté et d’une beauté uniques, mais il y a un quelque chose qui les rassemble. Ils se sont tous nourris des Saintes Écritures. Mes amis ont sollicité l’aide des Écritures. Ils ont lu les Écritures. Par conséquent, bien qu’ils aient fait face à la mort, ils étaient profondément vivants.

    Autrefois, Dieu a ordonné aux rois d’Israël d’écrire à la main une copie personnelle de ses paroles et de la garder avec eux (Dt 17.18-20). Ils ne l’ont pas fait, bien sûr. Ézéchias peut avoir été l’exception parce qu’il connaissait la loi de Moïse et ne s’en est pas écarté (2 Rois 18.6). La vie et la puissance étaient évidentes pendant son règne. Prenez note de l’histoire de Josias aussi. Pendant son règne, un vaste projet de réhabilitation du temple a été entrepris et une copie de la Loi a été déterrée. Quand on l’a lu, l’Esprit l’a utilisé pour ranimer une nation entière (2 Rois 22,232 Rois 22,23
    French: Louis Segond (1910) - SEG

    301 Moved Permanently Moved Permanently The document has moved .

    WP-Bible plugin
    ).

    Les Écritures étaient les paroles du Père de Jésus. Le Seigneur Jésus était celui qui avait les paroles de Père à portée de main. Quand il s’est fait chair, il vivait avec les mêmes ressources que nous – l’Écriture – et c’était de la nourriture pour son âme. Regardez-le dans le désert. Il a combattu et s’est fermement opposé à Satan, non pas parce qu’il avait des liens particuliers avec le Père et l’Esprit, mais parce qu’il se souvenait des Écritures – « il est écrit » (Mt 4.1-7).

    Les Écritures parlent de Jésus. Moïse a écrit à propos de Jésus. (Jean 5.46). Le pain qui est sorti de la bouche de Dieu (Dt 8.3), c’est Jésus qui a dit : « C’est moi qui suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui met sa foi en moi n’aura jamais soif. » (Jean 6.35). Cela signifie qu’en nous nourrissant des Écritures, nous nous nourrissons de Jésus lui-même. La personne est plus importante que les commandements. La première tâche de l’Écriture est de découvrir le Christ souffrant et le Seigneur ressuscité. Bien que nous puissions penser qu’une voix audible ou une visite spectaculaire de Dieu serait un grand stimulant pour notre confiance en ce que Dieu nous dit, l’Écriture nous anticipe ici. « S’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu’un se relevait d’entre les morts. » (Luc 16.31).

    J’ai fait partie de groupes de travail sur la responsabilité au sein desquels nous avons posé des questions sur notre temps passé dans les Écritures la semaine dernière. Ce rappel était utile et la communion fraternelle était agréable, mais ce rappel ne nous a pas toujours entraînés dans la Parole. Une simple question aurait peut-être été plus efficace. « Quelqu’un veut entendre des paroles qui viennent de la bouche même de Dieu ? » Alors nous aurions pu simplement lire les Écritures ensemble.

    Ed Welch : J’ai paraphrasé Spurgeon pour le titre de ma conférence à notre Congrès annuel 2018 : « Aime ta Bible : Une invitation personnelle. »


    BIBLE DU DISCIPLE – GRISE

    Une Bible complète des ressources pour étendre la connaissance théologique, historique et culturel de la Parole de Dieu.

    Cette Bible a été préparée spécialement pour tous ceux qui sont de fidèles disciples chrétiens. Elle répond aux caractéristiques suivantes: – Texte biblique (Louis Segond 1910). – Les paroles de Jésus en marron.
    • Des outils bibliques pratiques pour les disciples : une liste des miracles et des paraboles de Jésus, la vie de Jésus, les 24 attributs de l’Esprit Saint, les symboles les plus importants, un guide pour déterminer si un prophète est authentique ou faux, etc.
    • Des Études bibliques en chaîne, un merveilleux guide pour étudier et partager les enseignements bibliques développés tout au long du texte.
    • Des ressources spéciales pour les fidèles disciples : Un appel à l’évangélisation, Croissance chrétienne, Orientation, Secrets pour partager l’Évangile avec les autres.
    • Des outils exclusifs pour la prédication de la Bible : des réponses pratiques aux questions difficiles et épineuses de la Bible.
    • Ressources adventistes : Une liste des croyances fondamentales et des thèmes adventistes.
    • Une série d’études bibliques intitulées Il y a des réponses !, une façon contemporaine de comprendre et de témoigner de la Parole de Dieu.
    • 24 planches cartonnées joliment illustrées tout au long de la Bible : la prophétie des 2.300 jours, le sanctuaire, le Millénium, la statue de Daniel, la bête qui sort de la mer, les deux bêtes d’Apocalypse 13, la vie de Joseph, les vêtements sacerdotaux, etc.
    • Quatre chronologies bibliques illustrées, d’une conception extraordinaire : l’Ancien et le Nouveau Testament, les quatre grands empires et la vie de Jésus.
    • Des introductions spécifiques et des résumés de chacun des livres de la Bible.
    • Plus de deux cents commentaires, articles, plans et tableaux divisés en cinq grands thèmes : Thèmes théologiques, Culture et histoire, Offrandes et sacrifices, Personnages de la Bible, Peuples et empires, qui apparaissent tout au long du texte biblique. – Vingt merveilleuses cartes des terres bibliques.
    • Une concordance-dictionnaire pour une meilleure étude de la Parole de Dieu.

  • EDS – Mardi 21 mai – Joie et responsabilité des parents

    Lisez le Psaume 127. Quel est le message fondamental de ce court psaume ? Quels principes importants doit-on en tirer pour nous-mêmes et notre façon de vivre ?

    Quand vous voulez cuisiner votre plat préféré, vous suivez une recette. Si vous ajoutez tous les ingrédients nécessaires en suivant toutes les étapes, la plupart du temps, vous obtenez les résultats escomptés. Mais l’éducation des enfants, ce n’est pas une recette de cuisine. Aucun enfant ne ressemble exactement à un autre, et même si vous faites tout exactement comme vous l’avez fait pour vos autres enfants, ils peuvent se révéler différents en fin de compte. Cela peut être lié à leur sexe, leur place dans la fratrie, leur tempérament, ou     à tout un tas d’autres raisons. Dans le plan de Dieu, les parents guident et enseignent leurs enfants à l’aimer et à lui obéir (Dt 6.4-9 ; Ps 78.5-7). La directive de Dieu pour les parents est d’éduquer l’enfant d’après la voie qu’il doit suivre (Pr 22.6, Segond 21), et non de planer au-dessus des enfants tel un parent hélicoptère pour s’assurer qu’ils ne prennent jamais de mauvaises décisions. Nous voulons voir nos enfants passer de petits êtres câlins et sans défense à des adultes indépendants et accomplis, notre responsabilité ultime est de faire en sorte qu’ils connaissent, aiment, et servent Jésus-Christ. En tant que parents, nous pouvons suivre le plan de développement spirituel de nos enfants tel qu’il est exposé dans Deutéronome 6. Il y a quatre conditions préalables : que nous le reconnaissions comme le Seigneur, notre Dieu (Dt 6.4), que nous l’aimions pleinement de tout notre cœur (Dt 6.5), que nous chérissions sa Parole (Dt 6.6), et que nous partagions avec nos enfants ce que nous connaissons de lui (Dt 6.20-23).

    Deutéronome 6 poursuit en donnant deux principes importants. D’abord, le principe « enseigner-parler » (Dt 6.7). Enseigner renvoie à une éducation formelle, tandis que parler renvoie à une instruction informelle. Dans les deux cas, la communication de la vérité biblique se produit dans le cadre de la relation parent-enfant. Des temps formels d’enseignement ont lieu lors du culte de famille, quand nous étudions la Parole de Dieu avec eux. L’enseignement informel survient spontanément dans les circonstances de la vie de tous les jours, et il est encore plus important. Les incidents du quotidien peuvent transmettre efficacement la vérité biblique (Gn 18.19). Le deuxième est le principe « lier- inscrire » (Dt 6.8,9). La vérité spirituelle doit être liée dans nos actions (la main), et notre état d’esprit (entre tes yeux), mais elle doit également être inscrite dans notre vie privée (montants) et publique (portes). Elle doit passer de nos cœurs à nos foyers et de nos foyers au monde.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Lundi 20 mai – Parent solo

    Aujourd’hui, le monde connaît le phénomène des parents solos, qui sont souvent, mais pas toujours, les mères.

    Parfois, nous pensons aux parents célibataires comme étant ceux qui ont conçu un enfant hors mariage. Mais ce n’est pas toujours le cas. On fit pression sur Hagar pour qu’elle ait un enfant avec Abraham, puis elle fut contrainte de partir avec son enfant (Gn 16.3,4 ; 21.17). Bethsabée tomba enceinte après avoir reçu les avances d’un homme puissant (2 S 11.4,5). Élie fut envoyé dans un village appelé Sarepta pour aider une mère célibataire qui était veuve (1 R 17.9). Quand Jésus commença son ministère, Joseph, son père adoptif, était mort, laissant Marie veuve et parent solo. « La mort lui avait enlevé Joseph, qui partageait son secret au sujet de la naissance de Jésus. Il ne lui restait personne à qui confier ses espoirs et ses craintes. Les deux derniers mois avaient été pour elle des mois de souffrance. » Ellen G. White, Jésus‑Christ, p. 128.

    Être un parent solo est peut-être l’un des métiers les plus difficiles qui soit. Beaucoup doivent affronter des difficultés, comme gérer les finances, les relations avec l’autre parent, ou simplement trouver du temps pour soi ou avec Dieu, tout en se demandant si quelqu’un les aimera de nouveau un jour.

    Quelles promesses peut-on tous, y compris les parents solos, retirer des versets suivants : Jr 31.25 ; Mt 11.28 ; Jr 29.11 ; Jr 32.27 ; Pr 3.5,6 ; Es 43.1,2.

    En tant qu’Église, nous avons la responsabilité d’aider les parents solos. Jacques a écrit : La religion pure et sans souillure devant celui qui est Dieu et Père consiste à prendre soin des orphelins et des veuves dans leur détresse (Jc 1.27). On pourrait ajouter, sur le principe, « et aussi des parents solos dans leur détresse. » L’aide que nous pouvons offrir ne doit pas seulement être financière. Nous pouvons leur permettre d’avoir un peu de répit en prenant leurs enfants pendant quelque temps pour qu’ils puissent s’occuper d’autres tâches, se reposer, prier et étudier la Parole de Dieu. Nous pouvons agir comme conseillers pour leurs enfants ou aider à faire des travaux de bricolage dans la maison. Nous pouvons être les mains de Dieu de bien des manières pour soutenir les parents solos.

    Sans émettre de jugement sur la manière dont ils se sont retrouvés dans cette situation, que peut-on faire précisément pour encourager et aider les parents solos ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Dimanche 19 mai – Des parents sans enfant

    Lisez Genèse 18.11 ; 30.1 ; 1 Samuel 1.1-8, et Luc 1.7. Qu’ont toutes ces personnes en commun ? Comment Dieu a-t-il répondu à leur désir ?

    Les enfants sont une bénédiction. Mais pour une raison qu’on ignore, tous ne sont pas bénis avec des enfants. Certains espèrent et prient pour avoir une famille, et Dieu exauce leur requête, parfois de manière tout à fait miraculeuse, comme dans le cas de Sarah. D’autres, tout aussi fervents dans leurs demandes devant le trône de Dieu, n’ont pour toute réponse qu’un silence assourdissant. Chaque fois qu’ils voient leurs amis louer Dieu pour leurs grossesses et la naissance de leurs bébés, cela ne fait qu’accentuer la profondeur de leur douleur, alors qu’ils voient leur nid rester vide. Même des questions innocentes comme « Combien d’enfants avez-vous ? » leur rappellent douloureusement qu’ils sont exclus du club, eux qui n’en ont pas, alors qu’ils aimeraient tant le rejoindre.

    Ceux qui sont passés par là devraient accepter que Dieu comprend leur chagrin. Le psalmiste dit de Dieu : Tu comptes les pas de ma vie errante ; Recueille mes larmes dans ton outre : Ne sont‑elles pas inscrites dans ton livre ? (Ps 56.9, Colombe.) Bien qu’il semble silencieux, comme un père a compassion de ses fils, le Seigneur a compassion de ceux qui le craignent. (Ps 103.13.)

    Pendant ce temps-là, d’autres personnes, pour différentes raisons, peuvent choisir simplement de ne pas avoir d’enfants. On peut comprendre que dans un monde comme le nôtre, où la souffrance, le chagrin, le mal et des catastrophes potentielles règnent, certaines personnes puissent choisir de ne pas y faire naître davantage d’enfants. Dans certains cas, certains choisissent d’adopter des enfants au lieu d’avoir des enfants biologiques. Ainsi, ils peuvent élever des enfants qui sont déjà là, souvent en leur donnant l’occasion d’une vie meilleure.

    Notre monde est un endroit compliqué, et il nous arrivera de rencontrer toutes sortes de gens dans toutes sortes de situations vis-à-vis du fait d’avoir ou de ne pas avoir d’enfants. Quelle que soit notre situation en la matière, nous pouvons vivre avec l’assurance que Dieu nous aime et qu’il désire notre bien. N’oublions pas également de faire preuve de la plus grande délicatesse possible envers ceux qui, quelles qu’en soient les raisons, n’ont pas d’enfants.

    Jésus n’a jamais eu d’enfants. Y a-t-il des leçons pour nous là-dedans, et si oui, lesquelles ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Samedi 18 mai – DEVENIR PARENT

    SABBAT APRÈS-MIDI

    Étude de la semaine :

    Gn 18.11 ; Jr 31.25 ; Mt 11.28 ; Ps 127 ; Pr 22.6 ; 1 S 3.10-14 ; Ph 3.13.

    Verset à mémoriser :

    Voici, les fils sont un héritage de l’Éternel, et le fruit du ventre est une récompense. (Psaume 127.3, Darby.)

    Une naissance est un événement tellement courant et normal que souvent, nous n’apprécions pas à sa juste valeur le miracle qu’elle constitue. Imaginez ce qu’Ève a dû ressentir en tenant Caïn bébé dans ses bras. Les changements qu’elle a vécus dans son corps pendant les mois de la grossesse, les douleurs de l’accouchement, pour enfin voir ce petit enfant, qui leur ressemblait tant, et qui était cependant  sans défense. Quelle expérience cela a dû être pour Sarah, âgée de plus de 90 ans, qui n’était plus en âge de procréer depuis longtemps, de contempler le visage de son propre fils, Isaac. Elle devait rire chaque fois qu’elle prononçait son prénom. Après avoir prié pour avoir un fils pendant on ne sait combien de temps, Anne a tenu Samuel en disant : C’était pour ce garçon que je priais, et le Seigneur m’a donné ce que je lui demandais. (1 S 1.27.) Et que dire du miracle dans le cœur de Marie, encore jeune fille, câlinant son fils, le Fils de Dieu, avec un mélange d’étonnement et de crainte.

    Pour autant, tout le monde n’a pas le privilège et les responsabilités qui incombent aux parents. Cette semaine, nous passerons du temps à explorer cette saison de la parentalité avec ses défis, ses peurs, ses satisfactions et ses joies.

    Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 24 mai.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Vendredi 17 mai – Pour aller plus loin…

    Lisez Ellen G. White, « Un cercle sacré », pp. 169-172, dans Le foyer chrétien ; Testimonies for the Church, vol. 6, pp. 236-238.

    L’unité – le premier travail. « La tâche primordiale des chrétiens est de rechercher l’unité dans la famille. […] Plus les membres d’une famille sont unis dans les devoirs qui s’accomplissent à la maison, plus l’influence exercée au-dehors par le père, la mère et les enfants sera réconfortante et utile. » Ellen G. White, Le foyer chrétien, p. 37.

    Le secret de l’unité familiale. « C’est le fait de vivre loin du Christ qui engendre la division et la discorde dans les familles et dans l’Église. S’approcher du Christ, c’est s’approcher les uns des autres. Le secret de la véritable unité dans l’Église et dans le foyer ne réside ni dans la diplomatie, ni dans une bonne gestion, ni dans un effort surhumain pour vaincre les difficultés – bien que tous ces éléments aient leur rôle à jouer – mais dans l’union avec le Christ. » pp. 170, 171.

    À MÉDITER

    . Parlez des forces dans votre société qui s’opposent à l’unité dans la famille. Quelles solutions pratiques proposer à une famille qui lutte contre ces influences ?

    . Y a-t-il une famille dans votre église qui est en train de se décomposer ? Si c’est le cas, que pouvez-vous faire en tant que classe pour aider chaque membre dans ce temps de crise ?

    . Discutez de la question de la soumission. Comment doit-on la comprendre dans un contexte chrétien ? De quelles manières a-t-on abusé de ce principe ?

    . Quels principes voyez-vous concernant l’unité dans la famille qui peuvent également s’appliquer à l’idée d’unité dans l’Église ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Jeudi 16 mai – Vivre l’amour que nous promettons

    En définitive, la cohésion et l’unité familiales reposent sur l’engagement des membres de la famille, en commençant par l’engagement des deux membres du couple, à s’occuper les uns des autres. Malheureusement, l’histoire biblique est truffée d’exemples poignants de promesses non tenues, de confiance brisée, et de manque d’engagement là où on aurait dû les trouver. Les Écritures rapportent également des exemples de gens ordinaires qui, avec l’aide de Dieu, se sont engagés envers leurs amis et leur famille et ont tenu leurs promesses.

    Examinez les familles suivantes et leurs niveaux d’engagement. Comment l’engagement aurait-il pu être renforcé chez certaines familles ? Qu’est-ce qui a encouragé l’engagement chez les autres ?

    Engagement parent-enfant (Gn 33.12-14 ; Ex 2.1-10)

    Engagement dans la fratrie (Gn 37.17-28)

    Engagement dans la famille (Rt 1.16-18 ; 2.11,12,20 ; 3.9-13 ; 4.10,13)

    Engagement conjugal (Os 1.2,3,6,8 ; 3.1-3)

    Quand nous nous engageons envers quelqu’un d’autre, comme dans le mariage ou dans la décision de concevoir ou d’adopter un enfant, on doit s’abandonner de manière volontaire afin de faire un choix différent à l’avenir, abandonner le contrôle sur un segment important de notre vie. Les lois peuvent restreindre les comportements négatifs, mais le mariage et les liens familiaux ont besoin d’amour pour pouvoir s’épanouir.

    Que signifie la promesse d’engagement de Jésus (He 13.5) pour vous personnellement ? Quel effet son engagement envers vous devrait-il avoir sur votre engagement envers lui, envers votre conjoint, vos enfants, et vos frères et sœurs dans la foi ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Mercredi 15 mai – Soumission

    Quel conseil Paul a-t-il concernant l’humilité et le service dans les relations ? Ep 5.21. Selon vous, comment cet état d’esprit contribue-t-il à l’unité dans l’Église ? Pourquoi est-ce si important au foyer ? Ep 5.22-6.9.

    Le mot soumettre (Ep 5.21) signifie se placer humblement devant une autre personne sur la base du choix volontaire. Ce principe unique a commencé avec Christ (Mt 20.26-28 ; Jn 13.4,5 ; Ph 2.5-8) et caractérise tous ceux qui sont remplis de son Esprit (Ep 5.18). La révérence pour Christ, c’est ce qui motive les gens à se soumettre ainsi (Ep 5.21). La réciprocité dans le don de soi était, et est toujours, un enseignement chrétien révolutionnaire en matière de relations sociales. Il donne vie à la réalité spirituelle qui veut que tous soient un en Christ. Sans exceptions. Un principe domestique. Le terrain d’essai de la soumission chrétienne se trouve au foyer. Si ce principe est vrai au foyer, il fera une différence énorme dans l’Église. Tout de suite, Paul passe de l’introduction du principe de soumission à la discussion de son application dans les familles. Trois paires de relations sont abordées dans Éphésiens 5.22-6.9, les relations plus courantes et cependant les plus inégales dans la société. L’intention n’est pas de renforcer un ordre social existant, mais de montrer comment la culture de cette foi de Christ opère quand il y a une soumission radicalement différente des croyants, à la fois volontaire et réciproque. Selon vous, pourquoi Paul parle invariablement d’abord de ceux qui sont socialement plus faibles dans la culture : les épouses, les enfants, et les esclaves ? Mettez par écrit l’expression associée à la soumission de chacun d’entre eux.

    Éphésiens 5.22 Éphésiens 6.1 Éphésiens 6.5
         

    Ceux qui ont davantage de pouvoir socialement, les maris, les parents, les maîtres, sont toujours évoqués dans un deuxième temps. Chacun reçoit  une  directive plutôt inhabituelle pour la culture. Ces directives ont dû ébahir les croyants du premier siècle. Elles mettaient tout le monde au même niveau autour de la Croix, et ouvraient la voie à la véritable unité que l’on pouvait vivre dans les relations.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Mardi 14 mai – L’égoïsme détruit la famille

    « Si l’on mettait de côté l’orgueil et l’égoïsme, cinq minutes suffiraient pour régler la plupart des difficultés. » Ellen G. White, Premiers écrits, p. 119.

    En tant qu’êtres humains, nos natures ont été corrompues par le péché. Le plus grand exemple de cette corruption est peut-être la malédiction de l’égoïsme. Il semble que nous soyons nés égoïstes. On voit cette réalité chez les petits enfants, dont la nature fondamentale c’est de tout vouloir pour eux-mêmes. « Moi, moi, moi… » Au moment où nous atteignons l’âge adulte, ce trait peut se manifester de manière plutôt terrible, en particulier au foyer.

    Bien entendu, Jésus est venu changer cela (Ep 4.24). Sa Parole nous promet qu’à travers lui, nous n’avons pas à être dominés par ce trait de caractère destructeur. Toute sa vie est un parfait exemple de ce que signifie vivre sans égoïsme. Suivant le degré auquel nous imitons sa vie (1 Jn 2.6), nous vaincrons cette tendance à ne vivre que pour nous-mêmes.

    Cherchez dans la Bible les textes suivants. Que nous indiquent-ils sur le fait de mener une vie dépourvue d’égoïsme ? Philippiens 2.3-5 ; 1 Jean 3.16-18

    Comme Ellen White l’a écrit, si l’on mettait de côté l’orgueil et l’égoïsme, tant de problèmes pourraient être résolus en peu de temps, bien avant de s’envenimer, de  mijoter  jusqu’à  s’infecter  sérieusement.  Tous  les  membres  de  la  famille,  en particulier les parents, doivent réparer cette faute (Pr 16.6, BFC) au pied de la Croix (le plus grand exemple d’abnégation de tout l’univers), même si cela veut dire revenir constamment à la Croix et s’agenouiller en prière, dans la foi, les larmes, et la soumission.

    Combien de temps passez-vous à la Croix à combattre l’égoïsme qui se manifeste dans votre vie ? En quoi ce verset (Mt 7.16) vous aide-t-il à voir si vous y passez suffisamment de temps ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Lundi 13 mai – Devenir un par son amour

    Que le Seigneur fasse foisonner et abonder votre amour les uns pour les autres et pour tous (1 ft 3.12).

    Jésus a prié son Père pour que ses disciples soient un, comme nous, nous sommes un (Jn 17.22).

    Résumez ce que Jésus dit ici, en vous concentrant en particulier sur le rôle de l’amour nécessaire afin de parvenir à cette unité.

    Dans cette prière, Jésus pensait à l’unité parmi les disciples. Connaître l’amour agapè est essentiel pour cette unité. Agapè est le terme biblique pour décrire l’amour de Dieu dans cette prière et dans bien d’autres endroits dans le Nouveau Testament.  Un  tel amour est la nature même de Dieu (1 Jn 4.8), et il identifie    les disciples de Jésus (Jn 13.35). L’amour de Dieu n’est pas naturel pour le cœur humain déchu. Il vient dans la vie de quelqu’un quand Jésus demeure avec le croyant par son Esprit (Rm 5.5 ; 8.9,11).

    Aimez‑vous les uns les autres, comme je vous ai aimés (Jn 15.12, Colombe). Le disciple Jean, qui a écrit ces mots, était autrefois, non pas aimable, mais orgueilleux, assoiffé de pouvoir, critique, et impulsif (Mc 3.17 ; Lc 9.54,55 ; voir également Jésus‑ Christ, p. 283.). Plus tard dans sa vie, il s’est souvenu de la manière dont Jésus avait continué à l’aimer malgré ces traits de caractère. L’amour de Jésus changea peu à peu Jean, lui permettant d’aimer les autres dans l’unité chrétienne. Nous aimons, parce que lui nous a aimés le premier (1 Jn 4.19), écrit-il, et si Dieu nous a tant aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres (1 Jn 4.11).

    Lisez 1 Corinthiens 13.4-8. Essayez d’insérer votre nom là où apparaît le mot amour. Comment cela rend-il ? Demandez à Jésus de faire naître ces qualités d’amour dans votre vie par son Esprit. Quels changements l’Esprit pourrait-il vous pousser à faire afin d’atteindre cet idéal chrétien ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.