EDS – Vendredi 31 mai – Pour aller plus loin…

Beaucoup de gens ont connu la souffrance à cause d’une addiction. Ils sont devenus des esclaves de leurs désirs et ont perdu leur argent, leur travail, leur santé, et leur liberté. Mais Jésus est venu nous libérer de notre péché et de toutes nos addictions, et si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres. (Jn 8.36.) Jésus a également promis qu’il serait toujours avec nous (Mt 28.20, Es 43.2) ; ainsi, nous n’avons pas à mener cette guerre seuls. En fait, nous devons nous souvenir que la bataille est au Seigneur (1 S 17.47), et qu’il a promis la victoire (1 P 1.3-9). Aujourd’hui, vous pouvez vous lancer sur la route de la victoire sur n’importe quelle dépendance et recevoir la liberté que vous désirez et que Dieu veut pour vous. Cela ne veut pas dire que vous n’aurez pas de luttes, et cela ne veut pas dire que vous n’échouerez pas, parfois. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’aussi longtemps que vous n’abandonnez pas le Seigneur, il ne vous abandonne pas non plus. Eh oui, il n’y a rien de mal à chercher une aide professionnelle. Tout comme le Seigneur peut se servir d’un professionnel de santé pour vous aider avec les problèmes de santé, il peut se servir d’un thérapeute professionnel pour vous aider également avec la dépendance.

« Quand les difficultés et les épreuves nous assiègent, cherchons notre refuge auprès de Dieu, attendons avec confiance d’être secourus par celui qui est puissant pour sauver et fort pour délivrer. Si nous voulons recevoir les bénédictions divines, il nous faut les demander. La prière est un devoir et une nécessité ; mais ne nous arrive-t-il pas de négliger la louange ? Ne devrions-nous pas remercier plus souvent le Donateur de tous nos bienfaits ? Il nous faut cultiver la gratitude. Nous devrions plus souvent compter et méditer les bienfaits de Dieu, louer et glorifier son saint nom, même alors que nous traversons la douleur et l’affliction. » Ellen G. White, Messages choisis, pp. 306, 307.

À MÉDITER

. Quel rôle le pardon joue-t-il dans la perte de confiance et dans la guérison d’une relation brisée ? Mt 6.12-15 ; 18.21,22. L’amour […] ne se souvient pas du mal (1 Co 13.5, PDV).

. Quel est l’avantage de contempler et de compter les miséricordes de Dieu tandis que nous passons par des moments de chagrin et d’affliction ?

. De quelles manières pratiques votre famille d’Église, globalement, peut-elle aider ceux qui luttent avec une perte, quelle qu’elle soit ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

%d blogueurs aiment cette page :