EDS – Mercredi 29 mai – Perte de liberté

Dieu seul sait combien de millions, et même de milliards, de gens luttent contre une  addiction,  quelle  que  soit  la  forme  qu’elle  prend.  Jusqu’à  aujourd’hui,  les scientifiques ne comprennent toujours pas ce qui en est la cause, bien que dans certains cas, ils puissent littéralement voir la zone de notre cerveau dans laquelle se situent les envies et les désirs. Malheureusement, localiser ces addictions est très différent de nous en libérer. La dépendance est dure pour tout le monde, et  pas seulement pour la personne dépendante. Les membres de la famille, parents, conjoints, enfants, souffrent tous beaucoup quand un autre membre est sous l’empire d’une puissance dont il ne semble pas pouvoir se libérer. La drogue, l’alcool, le tabac, le jeu, la pornographie, le sexe, et même la nourriture, ce qui fait de ces choses des dépendances, c’est la nature habituelle et progressive de l’usage ou de l’abus que l’on en fait. Vous devenez incapable de vous arrêter, même si vous savez que cela vous fait du mal. Tout en bénéficiant de votre liberté de choix, vous devenez esclave de ce à quoi vous êtes dépendant, et vous perdez donc votre liberté. Pierre a une explication simple de ce qu’est une addiction, et de ses conséquences : ils leur promettent la liberté, alors qu’ils sont eux‑mêmes esclaves de la pourriture, car chacun est l’esclave de ce qui le domine. (2 P 2.19.)

Qu’est-ce qui peut entraîner les gens dans la dépendance ? Lc 16.13 ; Rm 6.16 ; Jc 1.13-15 ; 1 Jn 2.16.

Le péché et la dépendance ne sont pas nécessairement la même chose. On peut commettre un péché auquel on n’est pas dépendant, même s’il peut souvent devenir une addiction. Il vaut bien mieux, par la puissance de Dieu, mettre un terme  au  péché  avant  qu’il  ne  devienne  une  dépendance.  Et,  bien  entendu,  la seule solution durable au problème du péché et de la dépendance, c’est de recevoir un cœur nouveau. Mais ceux qui appartiennent à Jésus‑Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. (Ga 5.24.) Paul explique également aux Romains ce que signifie mourir à cette nature pécheresse et dépendante afin de vivre pour Christ (Rm 6.8-13), puis il ajoute : Mais revêtez le Seigneur Jésus‑Christ, et ne vous préoccupez pas de la chair pour en satisfaire les désirs. (Rm 13.14.)

Qui n’a jamais connu personnellement la lutte contre une addiction, que ce soit en nous, ou celle des autres, peut-être même des membres de la famille ? Comment aider les gens à comprendre qu’il ne s’agit pas de reconnaître que c’est un échec spirituel si, même en tant que chrétiens, ils recherchent de l’aide auprès de professionnels ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.