EDS – Jeudi 25 avril – Célibataire spirituel

Natalie était mariée depuis sept ans quand, sur l’invitation d’une amie, elle assista à une série d’évangélisation dans une église adventiste locale. Convaincue par  ce qu’elle entendait, elle donna son cœur à Christ, passa par une expérience de nouvelle naissance et, malgré les farouches objections de son mari, de ses parents, de ses beaux-parents, et même de sa voisine, Natalie se joignit à l’église adventiste du septième jour. Elle ajusta aussi, autant que possible, son mode de vie à sa nouvelle foi. Comme on peut l’imaginer, elle dut affronter beaucoup de résistance. Son mari rendait les choses particulièrement difficiles, car il avançait, et à juste titre : « Ce n’était pas dans le contrat quand on s’est mariés. Tu es une personne complètement différente, et je veux que l’ancienne revienne ».

Depuis des années maintenant, elle lutte pour vivre une vie de foi. Bien que mariée, elle est ce que l’on pourrait appeler une « célibataire spirituelle ».

Quelles paroles encourageantes trouve-t-on dans les versets suivants pour ceux qui se sentent peut-être célibataires spirituellement ? Es 54.5 ; Os 2.19,20 ; Ps 72.12.

Partout dans le monde, il y a des « Natalie » dans notre Église. Ces personnes, hommes ou femmes, sont mariées, mais viennent seules à l’église, ou seulement avec leurs enfants. Elles ont pu épouser une personne d’une autre religion. Ou bien quand elles ont rejoint l’Église, leur conjoint n’en a pas fait autant. Ou encore quand elles étaient mariées, ils étaient tous les deux membres de l’église, mais l’un des deux, pour une raison ou pour une autre, a abandonné, a cessé de venir, et est peut-être même devenu hostile envers la foi. Ces hommes et ces femmes viennent seuls à l’église et au repas après le service de culte, ou bien vont seuls aux activités d’évangélisation ou aux activités sociales de l’église. Ils sont tristes quand ils ne peuvent pas contribuer financièrement au ministère de l’Église autant qu’ils le souhaiteraient, car leur conjoint n’est pas d’accord. Bien que mariés, ils se sentent peut-être spirituellement comme des veufs et des veuves.

Nous avons probablement tous rencontré ces personnes dans l’église, et elles ont besoin de notre amour et de notre soutien.

Que peut-on faire concrètement, en tant que famille d’église, pour aider les célibataires spirituels qui sont parmi nous ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.

Laisser un commentaire