• EDS – Dimanche 21 avril – Camaraderie

    Lisez Ecclésiaste 4.9-12. Quelle est l’idée fondamentale ici ? De quel principe de vie parle-t-il globalement ?

    Parmi nous, très peu peuvent s’en sortir seuls. Même si nous sommes plutôt solitaires de nature, et que nous apprécions la solitude, tôt ou tard, non seulement nous voulons un peu de compagnie, mais il peut nous arriver de l’exiger, en particulier en période de besoin. En effet, nous avons été faits pour la camaraderie. Comme ils sont heureux, ceux qui ont des proches dans leur famille, qui peuvent leur apporter réconfort et soutien, en particulier quand ils dont dans le désarroi.

    Malheureusement, il y a des gens dans notre église, sur nos lieux de travail, et dans les quartiers où nous vivons, qui n’ont personne vers qui se tourner, non seulement en cas de besoin, mais même simplement pour un brin de conversation en fin de journée. Le sentiment de solitude peut survenir à n’importe quel moment. « Le moment le plus dur pour moi, disait un homme célibataire, c’est le dimanche. Dans la semaine, je suis entouré de gens au travail. Le sabbat, je vois des gens à l’église. Mais le dimanche, je suis tout seul. »

    Quels principes pouvons-nous tous retirer des passages suivants, en particulier si nous traversons une période de solitude ? Jn 16.32,33 ; Ph 4.11-13.

    Oui, en tant que chrétiens, nous avons non seulement la réalité de Dieu, mais aussi la réalité de la camaraderie avec Dieu. Et nous pouvons en effet tirer un réconfort de sa proximité avec nous. Pourtant, celle que le Seigneur avait avec Adam, en Éden, ne l’a pas empêché de dire : Il n’est pas bon que l’homme soit seul (Gn 2.18). Ainsi, Dieu savait qu’Adam, malgré leur camaraderie dans un monde non endommagé par le péché, avait tout de même également besoin de compagnie humaine. À combien plus forte raison nous autres aujourd’hui.

    Nous devons également être prudents, et ne pas partir du principe que puisqu’il y a beaucoup de gens autour d’elle, une personne ne peut pas être seule. Les gens les plus seuls vivent souvent dans des grandes villes où ils sont en contact avec autrui. Le simple fait de côtoyer d’autres corps ne veut pas dire qu’on ne se sent pas seul et étranger, et qu’on n’a pas besoin d’amitié.

    Il n’est pas toujours facile de savoir qui se sent seul, en décalage, rejeté, ou carrément en souffrance et ayant besoin de quelqu’un, au moins pour parler. Comment chercher à être plus sensible à ces personnes, qui qu’elles puissent être ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2019)

    2ème trimestre 2019 du Guide d’étude de la Bible adulte.