EDS – Mardi 5 mars – Le message du premier ange, 2e partie

L’Apocalypse montre que les enjeux centraux dans la crise finale de l’histoire de la terre seront l’adoration et l’obéissance à Dieu, qui se révèlent dans l’observation de ses commandements (Ap 14.12). Les habitants de la terre iront dans deux groupes : ceux qui craignent et adorent Dieu, et ceux qui craignent et adorent la bête.

Relisez les quatre premiers commandements du Décalogue (Ex 20.2-11). Puis lisez Apocalypse 13. En quoi l’exigence d’adoration de la bête (Ap 13.7,8), la mise en place d’une image de la bête qui doit être adorée (Ap 13.14,15), le blasphème contre Dieu et son nom (Ap 13.5,6), et la réception de la marque de la bête (Ap 13.16,17) renvoient-ils aux attaques de Satan contre les quatre premiers commandements du Décalogue lors de la crise finale ?

Les quatre premiers commandements du Décalogue sont liés à l’adoration. L’Apocalypse indique que ces commandements deviendront le standard de loyauté envers Dieu lors de la crise finale. Le conflit final entre Christ et Satan tournera clairement autour de l’adoration et des quatre premiers commandements.

La question clé dans la crise finale est soulignée dans la deuxième exhortation du message du premier ange. L’appel à adore[r] celui qui a fait le ciel, la terre, la mer et les sources d’eau (Ap 14.7, Segond 21) est quasiment la citation exacte du quatrième commandement du Décalogue (Ex 20.11). Cela montre que l’appel à adorer Dieu le Créateur est un appel à observer le sabbat.

Le repos et l’adoration le septième jour, le sabbat, est un signe spécial de notre relation avec Dieu (Ex 31.13, Ez 20.12). Le message du premier ange est un appel à adorer le Créateur. « Tandis que la pratique du faux sabbat pour se plier à la loi de l’État, en opposition au quatrième commandement, sera un aveu d’allégeance à un pouvoir opposé à Dieu, l’observation du véritable jour du repos, pour obéir à la loi divine, sera une preuve de loyauté envers le Créateur. Tandis que les uns, en acceptant le signe de la soumission à des pouvoirs terrestres, recevront la “marque de la bête”, les autres, en choisissant le signe d’allégeance à l’autorité céleste, recevront le sceau de Dieu. » Ellen G. White, Le grand espoir, p. 444.

En quoi nos conceptions de la Création et du salut sont-elles liées ? Pourquoi se reposer le septième jour comme Dieu l’a fait est-il si important ?


GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :