• EDS – jeudi 28 mars – La Nouvelle Jérusalem

    Jean décrit à présent la capitale de la nouvelle terre, la Nouvelle Jérusalem. Bien qu’il s’agisse d’un endroit réel habité par des personnes réelles, la Nouvelle Jérusalem et la vie qui y règne dépassent l’imagination (voir 1 Co 2.9).

    Lisez Apocalypse 21.9-21. Quelles sont les caractéristiques extérieures de la Nouvelle Jérusalem ?

    La Nouvelle Jérusalem est qualifiée de fiancée, l’épouse de l’Agneau. La Nouvelle Jérusalem est l’endroit que Christ prépare pour son peuple (Jn 14.1-3).

    La ville est entourée d’une haute muraille avec douze portes, trois portes à chaque point cardinal, et qui permettent l’accès, quelle que soit la direction d’où l’on vient. Cette caractéristique renvoie à la portée universelle de la ville. Dans la Nouvelle Jérusalem, chacun a un accès illimité à la présence de Dieu.

    La ville est également décrite comme un cube parfait, qui mesure 12 000 stades     en longueur, en largeur, et en hauteur. Le cube est constitué de 12 côtés. Ainsi, la ville totalise 144 000 stades, qui reflète les 144 000 qui sont translatés sans voir la mort au retour de Jésus Dans le temple vétérotestamentaire, le Très-Sacré était un cube parfait (1 R 6.20). La Nouvelle Jérusalem fonctionne ainsi comme le centre de l’adoration rendue à Dieu.

    Lisez Apocalypse 21.21-22.5. Quelles caractéristiques intérieures de la ville vous rappellent le Jardin d’Éden ? Que signifie la promesse selon laquelle il n’y aura plus de malédiction dans la ville (Ap 22.3) ?

    La caractéristique la plus visible de la Nouvelle Jérusalem, c’est le fleuve d’eau de la vie qui sort du trône de Dieu (voir Gn 2.10). À Babylone, le peuple de Dieu captif s’asseyait au bord du fleuve en se souvenant de Jérusalem (Psaume 137), mais dans la Nouvelle Jérusalem, toutes les générations du peuple errant de Dieu ont trouvé leur demeure sur les rives du fleuve de la vie.

    Des deux côtés du fleuve se trouve l’arbre de vie dont les feuilles sont pour la guérison des nations (Ap 22.2). Cette guérison ne renvoie pas à la maladie, car sur la nouvelle terre, il n’y aura pas de maladie. Elle renvoie à la guérison de toutes les blessures causées par les barrières qui ont déchiré les êtres tout au long de l’histoire. Les rachetés de tous les siècles et de toutes les nations appartiennent désormais à une seule famille en Dieu.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)