• EDS – Lundi 11 mars – Déferlement des derniers fléaux

    Avec la fin de l’intercession de Christ dans le sanctuaire céleste, le sort de chaque individu est désormais fixé à jamais. Le temps est venu pour ceux qui ont rejeté l’Évangile d’expérimenter la colère de Dieu dans toute sa plénitude.

    Les sept derniers fléaux reflètent les plaies déversées sur l’Égypte (Ex 7-11). Alors que les fléaux qui s’abattirent sur l’Égypte affectèrent les Égyptiens, en épargnant les Israélites, de la même manière, le peuple de Dieu sera protégé durant ce temps de trouble (Ps 91.3-10 ; voir Le grand espoir, pp. 462,463). En Égypte, les fléaux avaient révélé la dureté du cœur de Pharaon et montré aux Égyptiens l’incapacité de leurs dieux à les protéger. De la même manière, les derniers fléaux endurcissent de plus en plus les cœurs des adorateurs de la bête qui monte de la mer et révèlent l’impuissance de Babylone à les protéger du jugement divin.

    Lisez Apocalypse 16.1-11. Que se passe-t-il ici, et comment ces événements sont-ils décrits ?

    Les quatre premiers fléaux « ne seront pas universel[s], sinon les habitants de la terre seraient totalement détruits. » Le grand espoir, p. 461. Le premier inflige des ulcères malins et douloureux exclusivement aux adorateurs de la bête. Les deuxième et troisième fléaux affectent la mer, les fleuves et les sources d’eaux, qui se changent en sang. Sans eau à boire, l’humanité rebelle ne peut survivre. Le quatrième fléau concerne le soleil, qui brûle les humains, causant des douleurs insupportables.

    Les souffrances intolérables infligées par les fléaux n’adoucissent pas le cœur des humains impies , qui ne renoncent pas à leurs attitudes rebelles. À la place, ils maudissent Dieu, qui exécute ces fléaux, et blasphèment son nom. Aucun d’entre eux ne se repent.

    Dans Apocalypse 16.10,11 (voir également Ex 10.21-23), nous voyons que le cinquième fléau frappe le trône de la bête. C’est Satan qui a délégué ce trône à la bête (Ap 13.2). À présent, même le siège de l’autorité de Satan ne peut résister à la force de ces fléaux. Dans leur souffrance, les gens prennent conscience que Babylone est incapable de les protéger. Mais ils ont décidé de s’opposer à Dieu, et même la terreur que représentent les fléaux ne change pas leur cœur.

    Comment avoir une marche suffisamment étroite avec le Seigneur pour qu’en cas de tragédie, nous connaissions suffisamment son amour pour lui faire confiance malgré la souffrance ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)