Peut-on tout demander à Dieu ?

Par Elise Lazarus

Quand on se lance dans la pratique de la prière, une question se pose parfois : est-ce que je peux tout demander à Dieu ? N′y a-t-il pas des sujets égoïstes,tabous qui n′auraient pas leur place dans ma requête ?

Que l’on soit en recherche de Dieu ou dans une relation de foi déjà engagée depuis longtemps, nous sommes incités par bien des écrits de la Bible à pratiquer la prière. Elle est l’un des fondements de la vie chrétienne : la possibilité de la prière libre, comme une discussion privilégiée avec Dieu, c’est aussi une opportunité incroyable qui tisse et approfondit la relation toute personnelle que nous entretenons avec le divin. Elle peut se vivre et s’intérioriser de façons très différentes selon les personnes et les circonstances : calme ou exaltée, silencieuse, parlée, seul ou en groupe. L’apôtre Paul, dans sa lettre aux Thessaloniciens, indiquera :

« Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ »
(1 Thessaloniciens 5.17).

La prière a une importance primordiale pour celui qui recherche Jésus. Mais nos intentions de prière peuvent aussi être confrontées à des hésitations et des doutes. Ma requête est-elle acceptable ? Audible par Dieu ? Suis-je dans les règles de la prière pour être exaucé ? Toutes ces interrogations peuvent être résumées en deux grandes questions : est-ce que certains sujets sont inappropriés quand je m’adresse à Dieu ? Et est-ce que mes demandes, inquiétudes et problèmes ne sont pas trop triviaux devant le divin ? Prenons l’exemple de l’argent et des biens matériels. Est-ce que demander pour soi-même une voiture, un meilleur travail ou une somme d’argent est malvenu ?

Notre société, imprégnée de philosophie grecque parfois jusque dans notre compréhension de la foi et la religion, aurait tendance à nous dire que le matériel est un sujet profane. C’est-à dire qu’il ne devrait rien avoir à faire avec le spirituel, et donc ne devrait pas avoir de place dans la prière. Pourtant la Bible ne prend pas du tout cette direction. Paul a écrit :

« Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications »
(Philippiens 4.6)

et Jésus lui-même affirmera à propos des biens matériels :

« Votre Père céleste sait que vous en avez besoin »
(Luc 12.30)

Il n’est pas malvenu de faire part à Dieu de nos soucis, y compris matériels. Au contraire, nous sommes appelés à les présenter avec honnêteté devant lui. Il n’y pas de question trop petite ou insignifiante. Il n’y a pas d’inquiétude trop terre à terre pour être présentée à Dieu. Dans l’absolu, Dieu n’a pas besoin que nous exprimions nos besoins. L’évangéliste Matthieu précise :

« Votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez »
(Matthieu 6.8)

La prière n’existe pas pour que Dieu soit informé de nos besoins mais pour que nous partagions le poids de nos soucis avec lui et lui exprimions notre désir de voir son intervention dans nos difficultés. De plus, prier face à une situation inquiétante, douloureuse ou même angoissante nous oblige à nous poser, mettre des mots sur nos sentiments et nos peurs.

Cette supplique à Dieu nous permet de prendre du recul sur la situation et de l’affronter avec plus de paix – que la réponse de Dieu à notre prière soit positive ou non. Je peux tout demander à Dieu, sans crainte de dépasser les bornes, mais je dois me confronter à la possibilité que ses réponses ne seront pas toujours celles que j’espérais.

Source : Revue Signes des Temps - Janvier-Février 2019

REVUE SIGNES DES TEMPS ABONNEMENT 2019

La revue Signes des Temps est une revue à 6 parutions de Janvier à Décembre 2019.
Elle cherche à poser un regard chrétien sur notre vie et notre époque.
Une revue bimestrielle pour approfondir et partager sa foi.

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :