• Comment écraser le diable

    Quel est le but de l’église ? Pourquoi avons-nous une telle institution et pourquoi les gens y attachent-ils tant de valeur ?

    La vérité est que la valeur d’une église n’a rien à voir avec le bâtiment, les œuvres d’art et les décorations à l’intérieur, les bancs, la musique, les livres de cantiques, le baptistère ou l’assiette d’offrandes. Toutes ces choses ont leur place, certes, mais le véritable but de l’église et la caractéristique qui la définit comme telle sont les personnes. L’Église existe en tant que communauté de personnes qui se réunissent et elle est conçue pour aider ces personnes à renforcer leur lien avec Dieu.

    Une église chrétienne est censée être un lieu où des gens brisés, imparfaits et au cœur ouvert qui croient en Dieu se réunissent pour se soutenir, adorer ensemble, partager leurs expériences de vie, étudier les Écritures et nouer des amitiés profondes et significatives avec d’autres, partager leur croyance en Dieu. Une église est la communauté et le sens de la famille au sein d’un groupe de croyants. Ce n’est pas simplement un bâtiment construit par l’homme et ses meubles.

    Quand une église est vraiment en bonne santé – quand ses membres aiment Dieu, s’aiment et servent le monde extérieur – elle devient une lumière dans la communauté, un phare d’espoir et de bonté. Cela encourage la moralité et la spiritualité et attire les gens vers un meilleur mode de vie. Elle promet un soutien aux personnes qui souffrent d’isolement, de faim ou de dépendance. En bref, une communauté ecclésiale active, saine et florissante attaque et corrige le mal que le diable cherche à répandre dans la société. Une église saine et active peut s’opposer au travail du diable.

    Quand l’apôtre Paul a écrit l’Épître aux Romains, il n’écrivait pas seulement un manuel sur « comment se sauver. » Il avait également un objectif pratique en tête. Comme nous l’avons vu dans des études précédentes, Paul devait s’attaquer à un certain nombre de problèmes qui étaient à l’origine de divisions et de conflits au sein de l’église de Rome. L’un des sujets traités tout au long du livre est la méfiance ethnique tendue qui règne entre les Juifs et les non-Juifs (gentils) dans cette église, et nous apprenons également au chapitre 14 qu’il y avait des désaccords sur les choix de mode de vie que faisaient différents membres de l’église. Paul a écrit l’Épître aux Romains pour les aider à surmonter ces différences et leur montrer qu’ils étaient tous égaux selon la grâce de Dieu.

    En fin de compte, Paul avait un objectif spécifique pour cette église. Selon ses propres mots :

    « Et depuis Jérusalem jusqu’à la région d’Illyrie, j’ai annoncé pleinement la Bonne Nouvelle du Christ. […]. Mais maintenant, j’ai terminé mon travail dans ces régions. Comme j’ai très envie d’aller chez vous depuis plusieurs années, je le ferai quand j’irai en Espagne. Oui, j’espère vous voir en allant là-bas, et je compte sur votre aide pour y aller, en tout cas, je resterai avec vous pendant quelque temps. » (Romains 15.19, Romains 15.23-24 PDV)

    Il s’avère que Paul a voulu utiliser l’église de Rome comme base de lancement d’un nouveau voyage missionnaire. Il voulait porter l’évangile dans un pays à l’ouest, le plus éloigné du monde auquel il puisse penser : l’Espagne. Mais une église aux prises avec des luttes perpétuelles sur la culture et l’ethnicité ne serait pas une bonne base pour une mission d’amour de Dieu. Paul avait besoin de rappeler à ces gens qui ils étaient censés être – des exemples de l’amour inconditionnel de Dieu pour tous.

    La fin de l’Épître aux Romains est intéressante. Le dernier chapitre, le numéro 16, est principalement constitué de salutations. Paul profite de l’occasion dans sa lettre pour dire « bonjour » à un grand nombre de personnes. Ce n’est pas une distraction des enseignements spirituels ou religieux de Paul. Au contraire, ils sont le meilleur exemple des enseignements de Paul : l’église est une famille qui doit rester en contact et prendre soin de la sienne.

    Et après avoir dit « bonjour » à toutes les personnes dont il avait besoin – après avoir investi avec émotion et théologie dans une communauté de personnes, Paul fait ce constat :

    « Le Dieu de la paix va bientôt écraser Satan sous vos pieds. » (Romains 16.20a)

    Même après toutes leurs disputes et leurs désaccords, Paul est confiant dans le fait que Dieu travaille pour détruire le royaume des ténèbres à travers cette communauté. Il est confiant dans la raison pour laquelle cette église existe – pour exposer les personnes emprisonnées sous l’influence du diable à un meilleur mode de vie en un Dieu meilleur. Paul sait que si cette église peut pleinement vivre les implications de l’Évangile, elles mineront le diable et apporteront une nouvelle vie à leurs communautés. Pour Paul, c’est une cause qui mérite d’être écrite et pour laquelle il faut se battre.

    Nous ne savons pas si Paul est déjà allé en Espagne, mais nous savons que son désir d’y aller l’a amené à écrire l’une des œuvres littéraires les plus importantes et les plus influentes de l’histoire du christianisme et du monde en général. L’Épître aux Romains présente l’Évangile d’une manière compréhensive et éloquente qui a façonné la spiritualité chrétienne et l’histoire humaine.

    Donc, vous voilà maintenant, confronté à votre propre ensemble de circonstances près de 2000 ans plus tard. Où voyez-vous l’influence du mal dans le monde qui vous entoure ? Où voyez-vous la discorde, la division, la discrimination, les conflits et l’hostilité ? Dieu vous appelle à faire la différence et à parler de la paix et de l’amour qu’il a rendus disponibles par l’intermédiaire de Jésus.

    Tenez-vous côte à côte avec les gens de votre vie qui aiment Jésus. Le Dieu de la paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds.

    Des questions :

    • Lisez Romains 15.1-13. Que nous enseigne cette première moitié du chapitre sur l’unité ?
    • Lisez Romains 15.14-16. Qu’est-ce que cela signifie quand Paul dit qu’il veut présenter les membres de l’église comme une « offrande » à Dieu ? À quoi cela peut-il ressembler ?
    • Quels conflits Paul a-t-il eu à résoudre dans l’église de Rome ? Comment les décririez-vous ? Les églises traitent-elles encore ce genre de problèmes aujourd’hui ?
    • Lisez Romains 16.1-15 et notez les courtes biographies que Paul donne sur beaucoup de ces personnes. Quelles sont les choses intéressantes qu’elles ont faites ? Quelles sont les plus marquantes pour vous ? Comment décririez-vous la relation que Paul entretient avec chacune de ces personnes en fonction de la manière dont il en parle ? Avez-vous de telles relations avec quelqu’un dans votre église ?
    • Pensez aux personnes de la communauté à laquelle vous avez appartenu qui ont eu un impact spirituel. Êtes-vous toujours en contact avec eux ? Savent-ils qu’ils ont fait quelque chose d’utile pour vous ? Comment feriez-vous pour vous reconnecter ?
    Source : https://www.ibelievebible.com/how-to-crush-the-devil/

    QUATRE GRANDS SECRETS

    Explorez les 4 secrets qui ont suscité l’essor de l’Église chrétienne et adventiste en revivant l’impact des premiers chrétiens qui ont côtoyé le Christ il y a 2000 ans. Intégrez une démarche enrichissante visant à un réveil spirituel et une évangélisation efficace. De Joseph Kidder. Existe aussi en numérique.

    VERSION PAPIER

    NUMÉRIQUE

     

  • EDS – Jeudi 31 janvier – L’ouverture du sixième sceau

    Dans le cinquième sceau, nous voyons le peuple de Dieu supporter l’injustice dans un monde hostile, et criant pour que Dieu intervienne en sa faveur. Le temps est venu pour Dieu d’intervenir en réponse aux prières de son peuple.

    Lisez Apocalypse 6.12-14, Matthieu 24.29, 30, et 2 Thessaloniciens 1.7-10. Qu’est-ce qui est révélé ici ?

    Les trois derniers signes du sixième sceau ont été prédits par  Jésus  dans  Matthieu 24.29,30. Ils devaient arriver vers la fin de la grande détresse (Ap7.14) en 1798, comme signes annonciateurs du retour de Jésus. Comme avec la prophétie de Christ dans Matthieu 24, le soleil, la lune, les étoiles (météores), et le ciel sont ici à prendre au sens littéral. L’emploi des termes comme et tel décrit une chose ou un événement réels : le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune devint comme du sang, et les étoiles tombèrent sur la terre comme lorsqu’un figuier laisse tomber ses figues. Les chrétiens du monde occidental reconnurent l’accomplissement des paroles de Jésus dans l’ordre de chacun de ces signes : le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, le Jour Sombre du 19 mai 1780, vécu à New York et dans le sud de la Nouvelle-Angleterre, et la spectaculaire pluie d’étoiles filantes sur l’océan Atlantique le 13 novembre 1833. L’accomplissement de cette prophétie donna lieu à une série de réveils et à la prise de conscience que le retour de Jésus était proche.

    Lisez Apocalypse. Lisez également Ésaïe 2.19, Osée 10.8, et Luc 23.30. Les scènes décrivent des gens ayant toutes sortes de parcours de vie différents, en pleine panique, essayant d’échapper à la terreur des bouleversements induits par le retour de Christ. Ils demandent aux rochers et aux montagnes de les couvrir afin de les protéger de celui qui est assis sur le trône et de la colère de l’agneau (Ap 6.16). Le temps est venu pour que justice soit faite, alors que Christ vient pour être glorifié dans ses saints (2 Th 1.10). La fin des méchants est décrite dans Apocalypse 19.17-21.

    La scène s’achève sur une question rhétorique posée par les méchants terrorisés : le grand jour de leur colère est venu, et qui pourrait tenir debout ? (Ap 6.17 ; voir également Na 1.6, Ml 3.2). La réponse à cette question est donnée dans Apocalypse 7.4 : ceux qui pourront tenir debout en ce jour-là seront les membres scellés du peuple de Dieu.

    Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? (Ml 3.2). Comment répondriez- vous à cette question, et quelles raisons bibliques pouvez-vous donner à cette réponse ? Venez en classe sabbat prochain avec votre réponse.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

  • EDS – Mercredi 30 janvier – L’ouverture du cinquième sceau

    Lisez Apocalypse 6.9,10. Que se passe-t-il ici ?

    Le terme âme dans la Bible désigne la personne (Gn 2.7). La mort en martyrs des fidèles persécutés de Dieu est ici décrite du point de vue du sang sacrificiel répandu à la base de l’autel des sacrifices du sanctuaire terrestre (Ex 29.12 ; Lv 4.7). Le peuple de Dieu a souffert l’injustice et la mort à cause de sa fidélité à l’Évangile. Ils crient à Dieu, lui demandant d’intervenir et de leur faire justice. Ces textes évoquent l’injustice qui règne ici sur terre. Ils ne disent rien de l’état des morts. Après tout, ces gens ne semblent pas profiter des joies du paradis.

    Lisez Apocalypse 6.11, Deutéronome 32.43 et Psaume 79.10. Quelle fut la réaction du ciel face aux prières du peuple martyr de Dieu ?

    Les martyrs ont reçu des robes blanches, symboles de la justice de Christ qui entraîne leur justification, son don à ceux qui acceptent son offre de grâce (Ap 3.5,19.8). Ensuite, on leur dit qu’ils doivent se reposer jusqu’à ce que leurs frères, qui doivent passer par une expérience similaire, soient au complet. Il est important de noter qu’en grec, le texte d’Apocalypse 6.11 ne comporte pas le mot nombre. Apocalypse ne parle pas du nombre de saints morts en martyrs qui doivent être atteints avant le retour de Christ, mais de la complétude de leur caractère. Le peuple de Dieu est rendu complet par la robe de la justice de Christ, et non par  ses propres mérites (Ap 7.9,10). Les martyrs ne seront pas ressuscités et réhabilités avant le retour de Christ et le commencement des mille ans (Ap 20.4).

    La scène du cinquième sceau s’applique historiquement à la période qui a précédé et suivi la Réforme, et au cours de laquelle des millions de personnes moururent en martyrs à cause de leur fidélité (Mt 4.21). Elle rappelle également l’expérience du peuple de Dieu qui souffre tout au long de l’histoire, depuis le temps d’Abel (Gn 4.10) jusqu’au moment où Dieu finira par venger le sang de ses serviteurs (Ap 19.2, Segond 1910).

    « Jusqu’à quand, Seigneur ? » a été le cri de souffrance du peuple de Dieu tout au long de l’histoire. Qui n’a pas de difficultés avec le manque de justice ici- bas ? Quel réconfort trouvez-vous dans la scène du cinquième sceau, sachant qu’un jour, justice sera faite ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

  • EDS – Mardi 29 janvier – La scène du quatrième sceau

    Lisez Apocalypse 6.7,8. Quelle scène est décrite ici ? Quel est le lien avec la précédente scène ?

    La couleur du cheval dans le quatrième sceau est exprimée ici par le terme grec chloros, qui qualifie la couleur verdâtre d’un corps en décomposition. Le nom du cavalier est la Mort. Le séjour des morts l’accompagne. Le duo reçoit le pouvoir de détruire les gens par l’épée, la faim, la mort, et les bêtes sauvages, et ce, sur un quart de la terre (Mt 24.7,8).

    La bonne nouvelle, c’est que la puissance de la mort et du séjour des morts est très limitée. Ils ne reçoivent autorité que sur une partie (un quart) de la terre. Jésus nous assure qu’il a les clés de la mort et du séjour des morts (voir Ap 1.18).

    Relisez les contenus des messages aux églises d’Éphèse, de Smyrne, de Pergame, et de Thyatire dans Apocalypse 2. Comparez la situation dans ces églises aux scènes de l’ouverture des quatre premiers sceaux. Quels parallèles observez- vous ?

    Les scènes des sept sceaux décrivent l’avenir de l’Église. Comme c’était le cas avec les sept églises, les sceaux correspondent aux différentes périodes de l’histoire chrétienne. Aux temps apostoliques, l’Évangile s’est répandu rapidement dans le monde. S’ensuivit une période de persécution dans l’Empire romain, de la fin du premier jusqu’au début du quatrième siècle, comme le décrit la scène du second sceau. Le troisième sceau renvoie à la période de compromis des quatrième et cinquième siècles, qui étaient caractérisés par une famine de la Bible, qui a mené aux « Siècles obscurs » (appelés aussi Âges obscurs ou Âges sombres, Dark Ages, expression très utilisée en anglais). Le quatrième sceau décrit avec beaucoup d’à-propos la mort spirituelle qui caractérisait le christianisme pendant près de mille ans.

    Apocalypse 6.6 déclare que l’huile et le vin ne seront pas affectés par la famine de la plaie du troisième sceau. L’huile symbolise le Saint-Esprit (1 S 16.13, Ac 10.38), et le vin nouveau, le salut en Jésus-Christ (Mc 2.22). Que nous indique le sens de ces symboles sur le fait que, même quand la Parole de Dieu se fait rare, le Saint-Esprit est toujours à l’œuvre et que le salut reste disponible à tous ceux qui recherchent la vérité ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

  • LA SANTÉ, ÇA COMPTE : SOYEZ ACTIF, SOCIAL, SAIN

    Il va sans dire que l’activité physique est bonne pour la santé et le bien-être. Le corps humain a été conçu pour bouger ! Mais si vous voulez vraiment en avoir pour votre argent, la recherche a montré que le faire en groupe peut donner de meilleurs résultats.

    Des chercheurs du Collège de médecine ostéopathique de l’Université de la Nouvelle-Angleterre ont proposé à un groupe d’étudiants un programme d’exercices de 12 semaines. Les étudiants ont été autorisés à choisir entre terminer le programme individuellement ou en groupe. Un autre groupe a été recruté comme témoin, ne participant à aucun exercice.

    Les cours de fitness en groupe duraient 30 minutes, une fois par semaine, tandis que ceux en situation individuelle étaient tenus de faire de l’exercice seul ou avec deux personnes au moins deux fois par semaine.

    Par rapport au groupe témoin sans exercice, à la fin des 12 semaines les personnes exerçant en groupe ont vu :

    • 12% d’augmentation du bien-être mental ;
    • Augmentation de 24% de la condition physique auto-déclarée ;
    • Augmentation de 26% de la stabilité émotionnelle ;
    • Réduction de 26% du niveau de stress perçu.

    En revanche, ceux qui ont travaillé individuellement ont constaté une augmentation de 11% du bien-être mental, mais aucun changement significatif dans les autres domaines.

    Les auteurs de l’étude soulignent rapidement que leurs recherches n’étaient pas une condamnation de l’exercice individuel. Au contraire, il est très bénéfique de faire de l’activité physique. 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée chaque jour – pensez à la marche rapide, à la natation, au tennis, au golf ou même à certaines tâches domestiques telles que ratisser les feuilles – peuvent réduire considérablement le risque de maladies chroniques liées au mode de vie, comme les cardiopathies, le diabète et certains types des cancers. Cependant, l’exercice physique en groupe représente une occasion unique de tirer parti des avantages importants pour la santé de l’activité physique et du lien social en même temps.

    Les meilleurs conseils pour devenir actif collectivement

    1. Faites de la marche

    Créez un groupe de marche hebdomadaire avec des amis ou des collègues de travail. Choisissez un lieu de rencontre, enfilez vos chaussures et marchez – c’est aussi simple que ça. Pour vous sentir un peu plus compétitif, jetez un œil à Park Run (France) pour connaître les emplacements de courses gratuites de 5 km.

    2. Créez un club ou rejoignez une équipe.

    Réunissez un groupe de collègues de travail pour une partie de sport en équipe. Ce pourrait être un match officiel à l’heure du déjeuner ou une ligue organisée après le travail. Quoi qu’il en soit, c’est une chance de devenir actif, de renforcer les relations ou de nouer des amitiés.

    3. Allez dans un parc à proximité

    Prenez un ballon et dirigez-vous vers le parc le plus proche de chez vous avec votre famille. Cela semble simple, mais accompagner les enfants est un excellent moyen de rester actif tout en établissant des liens de qualité avec ceux que vous aimez.

    Le saviez-vous ?

    L’inactivité physique est le deuxième contributeur, derrière le tabagisme, au fléau du cancer.

    – Asseyez-vous moins – Soyez actif à vie !

    Reproduit avec l’autorisation de Sanitarium Health Food Company

    Source : https://www.sanitarium.com.au/health-nutrition/body/why-working-out-with-friends-works-out-better

    SANTÉ ET BIEN-ÊTRE

    L’opportunité vous est donnée de vous joindre à la distribution mondiale, prévue par la Conférence Générale des Adventistes du 7ème Jour le 18 avril 2015 et intitulée : Journée Impact Santé. L’objet de cette distribution porte sur le livre Santé et Bien-être : Des secrets qui changent la vie. Ce livre propose quelques pistes pour vivre une vie longue et en bonne santé. Les sujets qui portent sur la santé le bien-être couvrent des thèmes liés à la dépression, la résilience, les relations saines, la vie active, l’alimentation saine, la foi en Dieu… Le but est d’offrir à nos contemporains une réflexion sur la santé. De Mark Finley. Existe aussi en numérique.

    VERSION PAPIER

    NUMÉRIQUE

     

  • EDS – Lundi 28 janvier – Deuxième et troisième sceaux

    Lisez Apocalypse 6.3,4. D’après la description du cheval rouge et du cavalier, de quoi parle-t-on ici en lien avec l’Évangile ?

    Le rouge est la couleur du sang. Le cavalier a une grande épée et il lui est donné d’ôter la paix de la terre, à la suite de quoi les gens s’entre-tuent. (Mt 24.6)

    Le deuxième sceau décrit les conséquences du rejet de l’Évangile, qui a commencé au deuxième siècle. Alors que Christ mène une guerre spirituelle à travers la prédication de l’Évangile, les forces du mal opposent une grande résistance. Le cavalier ne tue pas : il ôte la paix de la terre. Par conséquent, la persécution s’ensuit inévitablement. (Voir Mt 10.34)

    Lisez Apocalypse 6.5,6, Lévitique 26.26 et Ézéchiel 4.16. D’après la description du cheval noir et du cavalier, de quelle réalité associée à la prédication de l’Évangile est-il question ?

    Le cavalier monté sur le cheval noir tient une balance pour peser de la nourriture. Une annonce est faite : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d’orge pour un denier (Ap 6.6). Dans cette partie du monde, les céréales, l’huile et le vin constituaient les denrées de base pour vivre (Dt 11.14). Manger du pain en pesant avec soin le grain indiquait une grande pénurie ou une famine (Lv 26.26 ; Ez 4.16). À l’époque de Jean, un denier constituait le salaire d’une journée (Mt 20.2). Dans des circonstances normales, un salaire d’une journée pouvait acheter tout le nécessaire pour la famille pour ce jour-là. Cependant, une famine faisait gonfler les prix de manière considérable. Dans la scène du troisième sceau, il faudrait toute une journée de travail pour acheter simplement assez de nourriture pour    une seule personne. Pour nourrir une petite famille, le salaire d’une journée aurait été employé pour acheter trois quarts d’orge, nourriture meilleur marché et plus grossière pour les pauvres.

    La scène du troisième sceau renvoie aux conséquences supplémentaires du rejet  de l’Évangile, au début du quatrième siècle, alors que l’église gagnait en influence politique. Si le cheval blanc représente la prédication de l’Évangile, alors le cheval noir dénote l’absence de l’Évangile et le fait de se reposer sur des traditions humaines. Le grain dans la Bible symbolise la Parole de Dieu (Lc 8.11). Le rejet de l’Évangile a pour conséquence inévitable une famine de la Parole de Dieu, similaire à celle prophétisée par Amos (Am 8.11-13).


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

  • EDS – Dimanche 27 janvier – L’ouverture du premier sceau

    Lisez Apocalypse 6.1-8 et Lévitique 26.21-26, ainsi que Matthieu 24.1-14. Notez les mots-clés dans ces textes. D’après ces parallèles, qu’apprenez-vous sur la signification des quatre premiers sceaux ?

    Les événements des sept sceaux doivent être compris dans le cadre des malédictions vétérotestamentaires liées à l’alliance, spécifiées par les termes d’épée, de famines, de pestes et de bêtes sauvages (Lv 26.21-26). Ézéchiel les appelle les quatre jugements terribles (Ez 14.21). C’étaient des jugements disciplinaires à travers lesquels Dieu, dans l’espoir de susciter un réveil spirituel chez son peuple, le châtiait quand il devenait infidèle à l’alliance. De la même manière, les quatre cavaliers sont le moyen dont Dieu se sert pour garder son peuple éveillé alors qu’il attend le retour de Jésus. Il y a également des parallèles étroits entre les quatre premiers sceaux et Matthieu 24.4-14, où Jésus a expliqué ce qui se produirait dans le monde. Les quatre cavaliers sont le moyen dont Dieu se sert pour garder son peuple sur le bon chemin en leur rappelant que ce monde, tel qu’il existe aujourd’hui, n’est pas leur foyer.

    Bien que symbolique, Apocalypse 6.1,2 parle aussi de conquêtes. Il rappelle Apocalypse 19.11-16, qui décrit Christ monté sur un cheval blanc et guidant ses armées célestes d’anges pour délivrer son peuple à son retour. Symbole de pureté, la couleur blanche est régulièrement associée à Christ et à ses disciples. Le cavalier sur le cheval tient un arc et reçoit une couronne (Ap 6.2), ce qui évoque l’image de Dieu dans l’Ancien Testament, sur un cheval et tenant un arc dans sa main tandis qu’il conquiert les ennemis de son peuple (Ha 3.8-13 ; Ps 45.4,5). En grec, le terme pour la couronne (Ap 6.2) portée par le cavalier est stephanos, qui est la couronne de la victoire (Ap 2.10, Ap 3.11). Ce cavalier est un conquérant qui avance en vainqueur et pour vaincre.

    La scène du premier sceau décrit la propagation de l’Évangile, qui débuta avec puissance à la Pentecôte, quand Christ commença à étendre son royaume. Il y avait, et il y a encore, de nombreux territoires à gagner, et de nombreuses personnes doivent encore devenir disciples de Jésus, jusqu’à ce que la conquête ultime se réalise avec la venue de Christ en gloire.

    Prophétiquement, la scène du premier sceau correspond au message à l’église d’Éphèse, qui décrit la période apostolique du premier siècle au cours de laquelle l’Évangile s’est répandu rapidement à travers le monde (Col 1.23).

    Pourquoi ne devons-nous jamais oublier qu’en Christ, nous sommes du côté des vainqueurs, quelle que soit notre situation actuelle ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

  • EDS – Vendredi 25 janvier – Pour aller plus loin…

    Lisez Ellen G. White, « Vers mon Père et votre Père, » pp. 832-838, dans Jésus- Christ ; « Le don du Saint-Esprit, » pp. 43-50, dans Conquérants pacifiques. Le message d’Apocalypse 4-5 est particulièrement important pour le peuple de Dieu qui vit au terme de l’histoire de la terre. La venue du Saint-Esprit lors de la Pentecôte a marqué le point de départ de la prédication de l’Évangile. Le message central concernait Jésus, qui avait été exalté comme Roi et Prêtre sur le trône céleste. C’était le cœur de la croyance chrétienne primitive (He 8.1) et la pierre angulaire de leur prédication (Ac  2.32-36  ;  5.30,31).  Cette  vérité  était  leur motivation et la source de leur foi et de leur courage face à la persécution et aux situations difficiles (Ac 7.55,56 ; Rm 8.34). Par conséquent, beaucoup de gens répondirent à leur prédication. À partir de ce moment-là, et grâce à la présence de Jésus dans le ministère du Saint-Esprit, le royaume de Dieu se manifesta et continue de le faire. Nous ne devons jamais oublier que seule la bonne nouvelle du salut en Christ peut atteindre et transformer les cœurs humains et pousser les gens à répondre à l’appel de l’Évangile éternel à craindre Dieu, à lui rendre gloire, et à l’adorer (Ap 14.7). Notre seule espérance se trouve en notre Sauveur, qui est notre Roi et Prêtre dans le sanctuaire céleste. Il est avec son peuple, et il sera toujours avec lui jusqu’à la fin (Mt 28.20). Il tient l’avenir entre ses mains.

    Par conséquent, n’oublions jamais que c’est en gardant toujours à l’esprit l’essence de l’Évangile que nous réussirons dans la prédication du dernier message à l’humanité perdue et souffrante. Rien dans ce que nous prêchons n’est aussi important que la Croix et ce qu’elle nous enseigne sur Dieu.

    À MÉDITER

    • Un jour, nous serons au ciel, et nous louerons et adorerons le Seigneur pour sa bonté, sa puissance, et (de manière toute particulière) sa grâce. Comment, dès aujourd’hui, nous entraîner pour quand ce grand jour arrivera ? Autrement dit, comment peut-on, d’un cœur reconnaissant, l’adorer et le louer maintenant pour tout ce qu’il a fait et fera encore ?
    • Lisez Apocalypse 11 et 5.9. Quels sont les deux rôles que Jésus joue ici ? En quoi sont-ils tous deux essentiels à la fois dans le plan du salut et dans la raison pour laquelle le Seigneur est digne de notre adoration ? En quoi le sabbat, et ce qu’il enseigne, est-il une expression de ces deux merveilleuses vérités sur notre Dieu ?

    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

  • EDS – Jeudi 24 janvier – La signification de la Pentecôte

    Lors de l’effusion du Saint-Esprit lors de la Pentecôte, Actes 2.1-4 confirme l’un des événements les plus décisifs de l’histoire du plan du salut : l’inauguration de Christ dans son ministère en tant que Grand Prêtre et Roi dans le sanctuaire céleste après le Calvaire. Grâce à son ministère de grand prêtre à la droite du Père (Ap 5.6,7) Christ peut mener le plan du salut à son accomplissement ultime. En tant que notre Médiateur dans le sanctuaire céleste, Jésus est à l’œuvre pour nous sauver. et À travers lui, les croyants ont un libre accès auprès du Père et reçoivent le pardon de pour leurs péchés.

    Lisez Actes 2.32-36 avec Jean 7.39. Quelle espérance et quel encouragement trouvez-vous dans le fait que Jésus est au ciel en tant que notre Prêtre et Roi ?

    L’exaltation de Christ dans le sanctuaire céleste a été suivie par la descente du Saint-Esprit sur les disciples. Apocalypse 5.6 mentionne les sept esprits qui sont envoyés par toute la terre. Comme nous l’avons vu dans une leçon précédente, les sept esprits dénotent la plénitude de l’activité du Saint-Esprit dans le monde. Lors de l’intronisation de Christ, l’Esprit il est envoyé sur terre. Ce départ du Saint- Esprit constitue l’un des premiers actes de Christ en tant que grand prêtre dans le sanctuaire céleste. Cette effusion du Saint-Esprit signifiait que Jésus était apparu devant le Père et que Dieu avait accepté son sacrifice en faveur de l’humanité.

    « L’ascension du Christ annonçait aux disciples qu’ils recevraient la bénédiction promise. […] Lorsque le Sauveur franchit les portes du ciel, il fut intronisé au milieu de l’adoration des anges. Aussitôt cette cérémonie terminée, le Saint-Esprit descendit sur les disciples en effluves abondants, et le Christ fut alors glorifié de la gloire même qu’il partageait avec le Père de toute éternité. Par l’effusion de la Pentecôte, le ciel révélait que le règne du Rédempteur avait commencé. Selon sa promesse, le Saint-Esprit descendait sur ses disciples pour témoigner qu’il avait reçu toute autorité sur la terre et dans les cieux en tant que sacrificateur et roi, et qu’il était l’Oint de son peuple. » Ellen G. White, Conquérants pacifiques, p. 36.

    Lisez Hébreux 4.16 et Hébreux 8.1. Quelle espérance et quel encouragement trouvez-vous dans l’assurance que Jésus, en tant que Prêtre et Roi, a reçu toute autorité dans le ciel et sur la terre. En quoi le fait de croire à cette vérité vous aide-t-il à gérer les situations quotidiennes de la vie, ainsi que sur l’incertitude liée à l’avenir ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)

  • EDS – Mercredi 23 janvier – Couronnement de l’Agneau

    Lisez Apocalypse 5.8-14, Éphésiens 1.20-23, et Hébreux 10.12. Que nous disent ces textes qui devrait nous procurer une grande espérance et un grand réconfort dans un monde qui offre si peu de tout cela ?

    Alors que Christ l’Agneau s’approche du trône, il prend le livre. Cet acte montre que toute autorité et souveraineté lui appartiennent (voir Mt 28.18, Ep 1.20-22).   À ce moment-là, tout l’univers reconnaît la légitimité de Christ à régner sur la terre. Ce qui a été perdu avec Adam a été reconquis par Christ.

    Quand Christ prend le livre, cela montre qu’il tient la destinée de toute l’humanité entre ses mains. Les quatre créatures vivantes et les 24 anciens tombent devant lui et l’adorent, comme ils l’ont fait dans Apocalypse 5.9 : Tu es digne de recevoir le livre et d’en ouvrir les sceaux, car tu as été immolé. Par cet acte d’adoration, les anges exaltés et les représentants de l’humanité rachetée affirment le sacrifice de Christ au nom de l’humanité. Par son sang, il a payé la rançon des êtres humains déchus et leur offre toute l’espérance de la rédemption et la promesse d’un avenir que nous pouvons à peine imaginer.

    Les quatre êtres vivants et les anciens sont à présent rejoints par les myriades d’anges qui entourent le trône et qui adressent leurs louanges à l’Agneau qui a été immolé et qui vit à présent pour faire l’intercession pour la race déchue (He 7.25). À l’unisson, les occupants de la salle du trône s’écrient d’une voix forte : l’agneau qui a été immolé est digne de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et bénédiction (Ap 5.12).

    À ce stade, toute la création au ciel et sur terre s’unit en offrant un culte royal aussi bien au Père qu’au Christ : À celui qui est assis sur le trône et à l’agneau, la bénédiction, l’honneur, la gloire et le pouvoir à tout jamais ! (Ap 5.13). Leur louange provoque un Amen de la part des autres êtres vivants et la prosternation des 24 anciens, ce qui conclut cette vénération enthousiaste dans la salle du trône céleste.Les physiciens spéculent qu’un jour l’univers sera consumé, s’effondrera sur lui-même ou sera réduit en miettes. Quel contraste avec l’avenir présenté dans la Parole de Dieu ! Comment, dès maintenant, pouvons-nous commencer à nous réjouir de l’avenir qui nous attend ?


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1er Trimestre 2019)