• EDS – Mercredi 26 décembre – Une nouvelle terre pour les rachetés

    « Car je crée un ciel nouveau et une terre nouvelle ; on ne se souviendra plus du passé, il ne viendra plus au cœur. » (Es 65.17.) Ésaïe et Jean (Ap 21.1) ont tous deux vu en vision la nouvelle terre promise.

    Réfléchissez à la description que fait Jean de la fabuleuse ville des rachetés, la Nouvelle Jérusalem, dans Apocalypse 21.2,9-27. Qu’impliquent ces versets sur l’unité et l’harmonie qui existeront dans cette ville ?

    Lisez Apocalypse 22.1-5. Le fleuve de vie qui coule du trône de Dieu, avec l’arbre de vie, sont deux autres aspects importants de la nouvelle ville. Quelle sera leur raison d’être sur la nouvelle terre ?

    L’arbre de vie, auquel Adam n’avait plus accès à cause de sa transgression (Gn 3.22- 24), sera restauré par Christ dans la Nouvelle Jérusalem. L’accès à cet arbre est l’une des promesses faites à ceux qui vaincront (Ap 2.7). Le fait qu’il porte douze sortes de fruits, un nouveau chaque mois, donne peut-être une raison au fait que sur la nouvelle terre, « de nouvelle lune en nouvelle lune et de sabbat en sabbat, tous viendront se prosterner devant moi, dit le Seigneur » (Es 66.23). La référence à la guérison des nations souligne également l’intention de Dieu de supprimer toutes les barrières entre les gens et de rétablir l’humanité dans son but originel : restaurer tous les peuples, tribus et nations en une seule famille unie, vivant dans l’harmonie et la paix, unie pour rendre gloire à Dieu.

    « La guérison des nations renvoie symboliquement au renversement de toutes les barrières, et aux séparations nationales et linguistiques. […] Les feuilles de l’arbre de vie guérissent les ruptures entre les nations. Les nations ne sont plus des “Gentils”, mais elles sont unies en une seule famille, comme le véritable peuple de Dieu (comparez avec 21.24-26). Ce que Michée avait anticipé des siècles plus tôt s’accomplit à présent : “Une nation ne lèvera plus l’épée contre une autre, et on n’apprendra plus la guerre. Chacun d’eux habitera sous sa vigne et sous son figuier, et il n’y aura plus personne pour les troubler” (Mi 4.3-4 ; comparez avec Es 2.4). Là, sur les rives du fleuve de vie, les rachetés s’inviteront les uns les autres (Za 3.10) sous l’arbre de vie. Les vertus curatives des feuilles de l’arbre guériront toutes les blessures : raciales, ethniques, tribales ou linguistiques, qui divisent et déchirent l’humanité depuis des siècles. »51

    51 Ranko Stefanovic, Revelation of Jesus-Christ : Commentary on the Book of Revelation, p. 593.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2018)