• EDS – Dimanche 16 décembre – Christ, la Tête de l′Église

    Comme nous l’avons déjà vu dans une leçon précédente, l’Église est représentée dans le Nouveau Testament par la métaphore du corps. L’Église est le corps de Christ. Cette métaphore fait allusion à plusieurs aspects de l’Église et de la relation entre Christ et son peuple. En tant que corps de Christ, l’Église dépend de lui pour son existence même. Il est la Tête (Col 1.18 ; Ep 1.22) et la Source de la vie de l’Église. Sans lui, il n’y aurait pas d’Église.

    L’Église tire également son identité de Christ, car il est la Source, le Fondement, et l’Initiateur de ses croyances et de ses enseignements. Pourtant, l’Église est plus que cela, aussi cruciaux que soient ces éléments pour son identité. C’est Christ et sa Parole, tels qu’ils sont révélés dans les Écritures, qui déterminent ce qu’est l’Église. Ainsi, l’Église tire son identité et son importance de Christ.

    Dans Éphésiens 5.23-27, Paul emploie la relation entre Christ et son Église pour illustrer le type de relation qui devrait exister entre mari et femme. Quelles sont les idées-clés de cette relation entre Christ et son Église ?

    Nous pouvons avoir des réticences avec cette notion de soumission, en raison de la manière dont certains dirigeants en ont abusé dans les siècles passés, mais l’Église n’en demeure pas moins sujette à la Tête, Christ, et soumise à son autorité. Notre reconnaissance de Christ comme Tête de l’Église nous aide à ne pas oublier à qui notre loyauté ultime doit revenir, c’est-à-dire le Seigneur en personne, et nul autre. L’Église doit être organisée, mais cette organisation doit toujours être subordonnée à l’autorité de Jésus, le véritable Dirigeant de notre Église.

    « L’Église est fondée sur le Christ ; elle doit donc lui obéir comme à son chef et non pas dépendre de l’homme ni être dominée par l’homme. Plusieurs prétendent que la position élevée qu’ils occupent dans l’Église leur donne le pouvoir d’ordonner aux hommes ce qu’ils doivent croire ou faire. Dieu ne sanctionne pas de telles prétentions. Le Sauveur déclare : “Vous êtes tous frères”. Tous sont exposés aux tentations et sujets à l’erreur. Nous ne devons nous confier à la direction d’aucun être fini. Le Rocher de la foi, c’est la présence vivante du Christ dans l’Église. Sur lui le plus faible peut s’appuyer, tandis que ceux qui se croient les plus forts se trouveront être les plus faibles si leur capacité ne vient pas du Christ. »45

    Comment apprendre à dépendre de Christ et non d’un « être fini », comme nous avons si facilement tendance à le faire ?

    45 Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 410.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (2ÈME TRIMESTRE 2018)