• EDS – Lundi 19 mars – Habitude 2 : attendre le retour de Jésus

    Lisez Luc 12.35-48. Que nous enseigne cette parabole sur la manière dont nous devons considérer le retour de Jésus ? Pourquoi tout ce que nous faisons doit-il toujours se faire dans le cadre de la réalité du retour de Christ ?

    La gestion chrétienne de la vie devrait être pratiquée régulièrement  à la lumière  du retour de Jésus. Le caractère des intendants infidèles qui agissent comme s’ils étaient fidèles sera finalement révélé par leurs actes. Car les intendants véritablement fidèles assument leurs responsabilités en veillant et en travaillant exactement de la même manière que si leur maître était présent. Ils vivent pour l’avenir et travaillent fidèlement jour après jour. « Quant à nous, notre citoyenneté est dans les cieux ; de là, nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus-Christ » (Ph 3.20.)

    Abraham regardait vers une cité éternelle (He 11.10), et Paul attendait le retour de Jésus (He 10.25). Ils étaient tous deux des visionnaires, qui anticipaient, planifiaient et se préparaient à tout instant à rencontrer Jésus. Il nous faut aussi cultiver cette habitude de voir au loin, avec un regard fixé sur le point culminant de l’Évangile (Tt 2.13). Au lieu de jeter un coup d’œil de temps en temps à la prophétie, il nous faut regarder, veiller et agir constamment, toujours conscients de l’éternité qui nous attend quand Christ reviendra. En même temps, nous devons éviter les folles spéculations fantaisistes sur la fin des temps. La promesse du retour de Jésus donne une direction à notre vie, une perspective juste du présent, et nous rappelle ne pas oublier ce qui est important dans la vie. L’habitude qui consiste à attendre le retour de Jésus définit l’intendant et lui donne sa raison d’être.

    La croix nous a ouvert la voie pour un rendez-vous avec le Rédempteur. Nous cherchons les panneaux indicateurs dans la Bible indiquant la venue de Christ dans la gloire du Père et des anges (Mc 8.38). « Aussi nous regardons, non pas à ce qui se voit ; car ce qui se voit est éphémère, mais ce qui ne se voit pas est éternel. »  (2 Co 4.18.)

    La mort et sa réalité omniprésente devraient toujours nous rappeler combien notre temps ici-bas est éphémère et limité. Mais la promesse du retour de Jésus nous montre aussi que la mort elle-même est temporaire et éphémère. Il n’est donc pas surprenant que nous devions vivre dans la lumière de la promesse du retour de Jésus, une promesse qui devrait impacter la manière dont vit l’intendant chrétien. Prenons l’habitude, dès maintenant et pour toujours, de vivre dans l’attente du retour de Christ. Notre nom même révèle la réalité de cette espérance.


    GUIDE D′ÉTUDE DE LA BIBLE (1ER TRIMESTRE 2018)
    NUMÉRIQUE

    Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDS – 1er trimestre 2018 – page (82)