Noël et Hanoucca

 

 Par Joseph du Mesgnil d′Engente

« En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre. Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville. Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David, afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. Pendant qu’ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva, et elle enfanta son fils premier-né. Elle l’emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie. » Extrait du récit de la naissance de Jésus. Évangile de Luc 2.1-6, version Nouvelle édition de Genève 1979.

La fête de Hanoucca

Alors que les chrétiens célèbrent Noël et la venue du Sauveur, les juifs fêtent Hanoucca.

La fête de Hanoucca, ou fêtes des Lumières, a une très grande importance pour le peuple juif. Bien que n’étant pas une fête instituée par Dieu, elle est mentionnée dans les Écrits apostoliques sous le nom de fête de la Dédicace. Il est dit qu’à cette occasion, Jésus « se promenait dans le Temple, sous le portique de Salomon » (Jean 10.22). Cette fête célèbre la purification de l’autel des holocaustes du second Temple, qui avait été souillé par le roi séleucide grec, Antiochus IV Épiphane. Voulant imposer lourdement les Juifs et mettre fin aux querelles entre les deux prétendants au titre de Grand Prêtre d’Israël, il interdit le culte juif, et le Temple restera sans services, du 7 décembre 167 au 17 décembre 164 av. J.-C. La reconsécration du Temple constitue un événement important de la révolte des Maccabbées dont Mattatias, le Père, Judas et Simon, deux de ses sept fils, sont les illustres représentants.

La tradition rapporte qu’il ne restait plus qu’une petite fiole d’huile d’olive permettant l’allumage de la ménorah (le chandelier à sept branches se trouvant dans le Lieu saint du Temple) durant une seule journée. Or, cette fiole permit d’en éclairer les sept lampes, durant les huit jours nécessaires à la production de la nouvelle réserve d’huile. La fête de Hanoucca célèbre cet événement, encore de nos jours. On allume une lampe d’une Hanoukia (chandelier à neuf branches), chaque jour, jusqu’à son allumage complet, le huitième jour. On mange des friandises à l’huile d’olive, notamment les soufganiyot. Elle se déroule dans les environs de Noël, cette année, du 13 au 20 décembre.

Source : Revue Signes des Temps de décembre 2017

REVUE SIGNES DES TEMPS ABONNEMENT 2018

La revue Signes des Temps cherche à poser un regard chrétien sur notre vie et notre époque. Une revue bimestrielle (6 parutions de Janvier 2018 à Décembre 2018.) pour approfondir et partager sa foi .

 

 

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :