EDS – Mercredi 9 août – La loi comme surveillant

Dans Galates 3.23, Paul décrit la loi comme une force qui garde et qui protège. À quoi la compare-t-il au verset 24, et qu’est-ce que cela signifie ?

Le mot traduit par « surveillant » vient du mot grec paidagogos. Certaines versions le traduisent par « précepteur » (Colombe), « guide » (S21), « conducteur » (Darby), « pédagogue » (Martin), mais aucun mot ne peut vraiment exprimer tout ce qu’il signifie. Le paidagogos était un esclave, dans la société romaine, qui avait une position d’autorité sur les fils de son maître dès qu’ils atteignaient l’âge de six ou sept ans, et ce jusqu’à l’âge adulte. En plus de s’occuper de leurs besoins physiques, comme faire couler leur bain, leur donner à manger et des vêtements et les protéger de tout danger, le paidagogos devait également s’assurer que les fils du maître allaient à l’école et faisaient leurs devoirs. De plus, on s’attendait non seulement à ce qu’il enseigne et pratique les vertus morales, mais aussi qu’il s’assure que les garçons apprenaient et pratiquaient ces vertus eux-mêmes.

Certains pédagogues devaient certainement être aimables et aimés par leurs pupilles, mais la description dominante des pédagogues dans la littérature antique s’apparente plutôt à celle de stricts gendarmes. Ils garantissaient l’obéissance non seulement par des menaces et des réprimandes sévères, mais aussi par des coups de bâton et de fouet. La description que fait Paul de la loi comme un pédagogue clarifie davantage sa compréhension du rôle de la loi. La loi a été ajoutée pour mettre le péché en lumière et donner des instructions. La nature même de cette tâche signifie que la loi a aussi un aspect négatif, et c’est parce qu’elle nous reprend et nous condamne en tant que pécheurs. Pourtant, Dieu utilise même cet aspect « négatif » à notre avantage, car la condamnation qu’entraîne la loi, c’est cela qui nous pousse vers Christ. Ainsi, la loi et l’Évangile ne sont pas contradictoires. Dieu a prévu l’un et l’autre pour qu’ils opèrent ensemble en vue de notre salut.

« Dans ce passage [Galates 3.24], l’apôtre inspiré du Saint-Esprit a surtout voulu parler de la loi morale. C’est elle qui nous révèle le péché et nous fait éprouver le besoin de recourir au Christ pour obtenir le pardon et la paix en pratiquant la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ. »[1]

Quand, pour la dernière fois, avez-vous comparé vos actions, vos paroles et vos pensées à la loi ? Faites-le maintenant, en les comparant non seulement à la lettre de la loi, mais également à l’Esprit (Mt 5.28 ; Rm 7.6).

Comment vous en sortez-vous ? Qu’indique votre réponse sur l’objectif de Paul dans cette épître ?

[1] Ellen G. White, Messages choisis, p. 275, 276.


VOTRE GUIDE EDS ICI 
Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 (49)
Ecouter la leçon en audio :

Les commentaires sont fermés