EDS – Mardi 15 août – « Dieu a envoyé son fils » (Ga 4.4)

« Mais lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et sous la loi. » (Ga 4.4.)

Paul a choisi le terme « accompli » pour indiquer le rôle actif de Dieu dans la mise en œuvre de son dessein dans l’histoire humaine. Jésus n’est pas venu à n’importe quel moment. Il est venu au moment précis où Dieu l’avait préparé. D’un point de vue historique, cette période est appelée Pax Romana (paix romaine), une période de deux cents ans de relative stabilité et de paix dans tout l’Empire Romain. La conquête romaine du monde méditerranéen avait amené la paix, une langue commune, des moyens de transport avantageux, et une culture commune qui facilita la propagation rapide de l’Évangile. D’un point de vue biblique, cette période marqua également le moment que Dieu avait prévu pour la venue du Messie promis (voir Dn 9.24-27).

Pourquoi Christ avait-il besoin de prendre notre humanité pour nous racheter ? Jn 1.14 ; Ga 4.4,5 ; Rm 8.3,4 ; 2 Co 5.21 ; Ph 2.5-8 ; He 2.14-18 ; 4.14,15.

Galates 4.4,5 contient l’un des résumés de l’évangile les plus courts de toute la Bible. La venue de Jésus dans l’histoire humaine n’était pas un hasard. « Dieu a envoyé son Fils. » Autrement dit, Dieu a pris l’initiative de notre salut. Il y a un autre élément implicite dans ces paroles : la croyance chrétienne fondamentale en la divinité éternelle de Christ (Jn 1.1-3,18 ; Ph 2.5-9 ; Col 1.15-17). Dieu n’a pas envoyé un simple messager céleste. Il est venu lui-même car seul Dieu pouvait nous sauver. Tout en étant le Fils de Dieu divin et préexistant, Jésus est également « né d’une femme ». La naissance miraculeuse n’est pas implicite dans cette expression, mais cette dernière affirme plus spécifiquement son humanité authentique.

L’expression « né sous la loi » renvoie non seulement à l’héritage juif de Jésus, mais inclut également le fait qu’il a porté notre condamnation et qu’il est né afin de mourir pour nos péchés. Il était nécessaire que Christ endosse notre humanité, car nous n’aurions pas pu nous sauver nous-mêmes. En unissant sa nature divine à notre nature humaine déchue, Christ a rempli les conditions légales requises pour être notre Substitut, notre Sauveur, et notre Grand Prêtre. En tant que second Adam, il est venu reprendre possession de tout ce que le premier Adam avait perdu par sa désobéissance (Rm 5.12-21). Par son obéissance, il a rempli parfaitement les exigences de la loi, rachetant ainsi le dramatique échec d’Adam. Et par sa mort sur la Croix, il a satisfait la justice de la loi, qui exigeait la mort du pécheur, gagnant ainsi le droit de racheter tous ceux qui viendraient à lui par une foi et une soumission authentiques.


VOTRE GUIDE EDS ICI 
Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 (55)
Ecouter la leçon en audio :

Les commentaires sont fermés