EDS – Jeudi 31 août – Ismaël et Isaac aujourd′hui

La rapide esquisse que fait Paul de l’histoire d’Israël était censée contrer les arguments de ses adversaires qui affirmaient qu’ils étaient les véritables descendants d’Abraham et que Jérusalem, le cœur du christianisme juif et de la loi, était leur mère. Les Gentils, accusaient-ils, étaient des enfants illégitimes. S’ils voulaient devenir de véritables disciples de Christ, ils devaient d’abord devenir fils d’Abraham en se soumettant à la loi de la circoncision. Paul dit que c’est en fait tout le contraire. Ces légalistes n’étaient pas les fils d’Abraham, mais des fils illégitimes, comme Ismaël. En plaçant leur confiance dans la circoncision, ils comptaient sur « la chair », comme Sara avec Hagar, et comme les Israélites avec la loi de Dieu au Sinaï. Les croyants d’origine païenne, de leur côté, étaient eux les fils d’Abraham, par une filiation surnaturelle, à l’instar d’Isaac.

« Comme Isaac, ils étaient un accomplissement de la promesse faite à Abraham […] ; comme Isaac, leur naissance à la liberté était l’effet de la grâce divine ; comme Isaac, ils appartiennent au pilier de l’alliance de la promesse. »[1]

Que doivent affronter les véritables descendants d’Abraham dans ce monde ? Ga 4.28-31 ; Gn 21.8-12.

En qualité de fils promis, Isaac reçut non seulement des bénédictions, mais aussi l’opposition et la persécution. En référence à la persécution, Paul pense à la cérémonie de Genèse 21.8-10, où Isaac est honoré et qu’Ismaël semble se moquer de lui. En hébreu, le terme dans Genèse 21.9 signifie littéralement « rire », mais la réaction de Sara laisse supposer qu’Ismaël se moquait d’Isaac ou qu’il le tournait en ridicule. Même si l’attitude d’Ismaël peut nous sembler anecdotique aujourd’hui, elle révèle l’hostilité profonde de cette situation où le droit d’aînesse était en jeu. Bien des chefs dans l’Antiquité ont tenté d’assurer leur position en éliminant des rivaux potentiels, y compris leur fratrie (Jg 9.1-6). Isaac fit certes face à l’opposition, mais il profita aussi de tous les privilèges de l’amour, de la protection et de la faveur qui accompagnaient son statut d’héritier de son père.

En tant que descendants spirituels d’Isaac, ne soyons pas surpris si nous subissons des épreuves et de l’opposition, y compris du sein même de la famille d’Église.

De quelles manières avez-vous subi la persécution, en particulier de la part de ceux qui vous sont proches, à cause de votre foi ?

Posez-vous cette question difficile : êtes-vous coupable de persécution sur d’autres pour leur foi ? Réfléchissez-y.

[1] James D. G. Dunn, The Epistle to the Galatians, London : Hendrickson Publishers, 1993, p. 256.


VOTRE GUIDE EDS ICI 
Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 (71)
Ecouter la leçon en audio :

Les commentaires sont fermés