EDS – Dimanche 13 août – Notre condition en Christ (Ga 3.26-29)

Tout en gardant Galates 3.25 en tête, lisez Galates 3.26. En quoi ce texte nous aide-t-il à comprendre quel est notre rapport à la loi, maintenant que nous avons été rachetés par Jésus ?

Le mot « car » au début du verset 26 indique que Paul voit un lien direct entre ce verset et le précédent. De la même manière que le fils d’un maître était soumis à un pédagogue aussi longtemps qu’il était mineur, Paul dit que ceux qui sont venus à la foi en Christ ne sont plus mineurs. Leur rapport à la loi a changé parce qu’ils sont désormais des « fils » adultes de Dieu. Le terme « fils » n’est bien évidemment pas réservé aux hommes. Paul inclut clairement les femmes dans cette catégorie (Ga 3.28). La raison pour laquelle il emploie le terme « fils » au lieu d’« enfants », c’est qu’il pense à l’héritage familial qui revenait à la descendance mâle, en plus du fait que l’expression « fils de Dieu » était l’appellation spéciale d’Israël dans l’Ancien Testament (Dt 14.1 ; Os 11.1). En Christ, les païens bénéficient désormais eux aussi de la relation spéciale avec Dieu qui auparavant était exclusive à Israël.

Qu’est-ce qui fait que le baptême est un événement aussi important ? Ga 3.27,28 ; Rm 6.1-11 ; 1 P 3.21.

L’emploi que Paul fait du mot « car » au verset 27 indique une fois de plus le développement logique de son raisonnement. Paul voit le baptême comme une décision radicale d’unir notre vie à Christ. Dans Romains 6, il décrit le baptême comme notre union symbolique avec Jésus, aussi bien dans sa mort que dans sa résurrection. Dans Galates, Paul emploie une métaphore différente : le baptême, c’est se revêtir de Christ. La terminologie de Paul rappelle de merveilleux passages de l’Ancien Testament qui parlent d’être revêtu de justice et de salut (voir Es 61.10 ; Jb 29.14). « Paul voit le baptême comme le moment où Christ, comme un vêtement, enveloppe le croyant. Bien qu’il n’emploie pas le terme, Paul décrit la justice qui est accordée aux croyants. » [1] Notre union avec Christ symbolisée par le baptême signifie que ce qui est vrai de Christ l’est aussi de nous. Christ est la descendance d’Abraham. En tant que « cohéritiers du Christ » (Rm 8.17), les croyants sont donc également des héritiers de toutes les promesses liées à l’alliance faites à Abraham et à ses descendants.

Méditez sur cette idée : ce qui est vrai de Christ l’est aussi de nous. Comment cette vérité extraordinaire doit-elle affecter chaque aspect de notre existence ?

[1] Frank J. Matera, Galatians, Collegeville, Minn. : The Liturgical Press, 1992, p. 145.


VOTRE GUIDE EDS ICI 
Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 (53)
Ecouter la leçon en audio :

Les commentaires sont fermés