EDS – Lundi 10 juillet – La circoncision et les faux frères

Pourquoi la circoncision était-elle en point de mire dans la dispute entre Paul et certains chrétiens d’origine juive ? Voir Gn 17.1-22 ; Ga 2.3-5 ; 5.2,6 ; Ac 15.1,5. Pourquoi le fait que certains aient pu croire que même les Gentils devaient passer par là n’est-il pas si difficile à comprendre ?

La circoncision était le signe de l’alliance que Dieu avait établie avec Abraham, le père de la nation juive. La circoncision ne concernait que les descendants mâles d’Abraham, mais tous étaient néanmoins invités à faire alliance avec Dieu. Le signe de la circoncision a été donné à Abraham dans Genèse 17, après un événement précis, quand Abraham a tenté d’aider Dieu à accomplir sa promesse de lui donner un fils, en devenant le père de l’enfant de l’esclave égyptienne de son épouse. La circoncision était un signe naturel de l’alliance. C’était un rappel pour dire que les meilleurs plans des humains ne peuvent jamais établir ce que Dieu a promis. La circoncision extérieure devait être un symbole de la circoncision du cœur (Dt 10.16 ; 30.6 ; Jr 4.4 ; Rm 2.29). Elle représente le dépouillement de notre confiance en nous-mêmes et une dépendance fidèle envers Dieu. Du temps de Paul, cependant, la circoncision était devenue un signe reconnu d’identité nationale et religieuse, ce qui n’était pas l’intention d’origine. Environ cent cinquante ans avant la naissance de Jésus, quelques patriotes trop zélés avaient non seulement forcé tous les Juifs incirconcis de Palestine à se faire circoncire, mais ils l’avaient également exigé de tous les hommes des nations environnantes qui tombaient sous leur juridiction. Certains pensaient même que la circoncision était un passeport pour le salut. On peut le voir dans des épigrammes antiques qui déclarent avec assurance des choses comme : « Les hommes circoncis ne descendent pas dans la géhenne [l’enfer] »[1].

Ce serait une erreur de croire que Paul était opposé à la circoncision en elle-même. Il s’opposait en réalité à cette insistance à vouloir que les Gentils se fassent circoncire. Les faux docteurs disaient : « Si vous ne vous faites pas circoncire selon la coutume de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés » (Ac 15.1). Il n’était pas tellement question de la circoncision, mais plutôt de salut. Soit le salut s’obtient uniquement par la foi en Christ, ou bien c’est quelque chose que l’on gagne par l’obéissance humaine.

Aujourd’hui, le problème n’est peut-être pas la circoncision.

Mais quelles difficultés (s’il en existe) rencontrons-nous en tant qu’Église et qui font écho à ce problème ?

[1] C. E. B. Cranfield, A critical and exegetical commentary on the epistle to the Romans, Edimbourg : T. & T. Clark Ltd., 1975, p. 172.


VOTRE GUIDE EDS ICI 
Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide3T2017 (19)
Ecouter la leçon en audio :

Les commentaires sont fermés