• EDS – Jeudi 13 juillet – La préoccupation de Paul

    La situation à Antioche était forcément tendue : Paul et Pierre, deux dirigeants dans l’Église, étaient en conflit ouvert. Et Paul ne se gêne pas pour demander des comptes à Pierre pour son attitude.

    Pour quelles raisons Paul confronte-t-il Pierre publiquement (Ga 2.11-14) ? Tel que Paul le voyait, le problème n’était pas tellement que Pierre avait décidé de manger avec les visiteurs venus de Jérusalem. Les anciennes traditions d’hospitalité l’exigeaient. Le problème, c’était « la vérité de la bonne nouvelle ». Autrement dit, ce n’était pas une simple question de fraternité ou de pratiques en matière de repas. Ce que Pierre avait fait compromettait réellement tout le message de l’Évangile.

    Lisez Galates 3.28 et Colossiens 3.11. En quoi la vérité présente dans ces textes nous aide-t-elle à comprendre la réaction musclée de Paul ?

    Lors de leur rencontre à Jérusalem, Paul, Pierre et les autres apôtres sont parvenus à la conclusion que les Gentils pouvaient tous profiter des bénédictions en Christ sans devoir d’abord se soumettre à la circoncision. L’action de Pierre compromettait à présent cette harmonie. Là où jadis les chrétiens d’origine juive et chrétienne étaient unis dans une communion ouverte, à présent, l’assemblée était divisée et se retrouvait face à la perspective d’une Église divisée dans l’avenir.

    De la perspective de Paul, le comportement de Pierre impliquait que les chrétiens d’origine païenne étaient au mieux des croyants de seconde zone, et il croyait que les actes de Pierre obligeraient les païens à la conformité s’ils voulaient bénéficier d’une pleine et entière communion. Paul dit ainsi : « Si toi, qui es juif, tu vis à la manière des non-Juifs et non à la manière des Juifs, comment peux-tu contraindre les nonJuifs à adopter les coutumes juives ? » (Ga 2.14). L’expression « adopter les coutumes juives » pourrait se traduire de manière plus adéquate par « judaïser ». Ce mot était une expression courante qui signifiait « adopter un mode de vie juif ». Ce sont les Gentils qui allaient à la synagogue et qui prenaient part aux autres coutumes juives qui l’employaient. C’est également la raison pour laquelle les adversaires de Paul en Galatie, qu’il qualifie de faux frères, sont souvent appelés « les judaïsants ».

    Comme si les actes de Pierre ne suffisaient pas, Barnabas s’est retrouvé pris au piège lui aussi, alors qu’il aurait dû avoir plus de discernement. Quel exemple limpide de la force de la « pression du groupe » ! Comment apprendre à ne pas se laisser influencer dans la mauvaise direction par ceux qui nous entourent ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide3T2017 (22)
    Ecouter la leçon en audio :