• Introduction à l′EDS du 3e trimestre 2017 L′ÉVANGILE DANS L′ÉPÎTRE AUX GALATES

    Ecouter lintroduction ci-dessous :
    Par Carl P. Cosaert est professeur d′études bibliques à l′université de Walla Walla à College Place, dans l′état de Washington.

    MARTIN LUTHER ET L’ÉPÎTRE AUX GALATES


    Le monde protestant s’apprête à célébrer le 500e anniversaire de la Réforme protestante, quand Martin Luther, guidé par le Saint-Esprit, offrit à des millions de gens des vérités bibliques primordiales qui étaient demeurées cachées durant des siècles de superstition et de tradition. On pourrait même dire que le protestantisme lui-même est né il y a un demi-millénaire des pages de Galates (ainsi que de Romains) ! C’est en lisant Galates que Martin Luther a été touché par la glorieuse nouvelle de la justification par la foi. Cette grande vérité allait donner lieu à la Réforme protestante, qui délivra des millions de gens de siècles d’erreurs théologiques et ecclésiastiques. Ce que Luther lut dans ce livre le transforma, et le monde n’a plus jamais été le même depuis.

    Les adventistes du Septième jour, bien des siècles après Luther, doivent également beaucoup à Galates. Grâce à E. J. Waggoner et A.T. Jones, qui étudiaient l’épître aux Galates, l’Église adventiste a redécouvert la vérité de la justification par la foi dans les années 1880 et 1890.

    Qu’est-ce que Galates a de si spécial pour avoir été un tel pilier de la Réforme ? Pourquoi cette épître a-t-elle pu toucher le coeur de tant de gens, comme Martin Luther ? D’une manière toute particulière, différente de tout autre livre de la Bible, Galates aborde un certain nombre de thèmes cruciaux pour le chrétien. C’est dans Galates que Paul aborde des questions comme la liberté, le rôle de la loi dans le salut, notre condition en Christ, et la nature d’une vie dirigée par l’Esprit, ainsi que la question très ancienne : comment des humains pécheurs peuvent-ils devenir justes devant un Dieu saint et juste ? C’est cette question, peut-être plus que n’importe quelle autre, qui a poussé Martin Luther à prendre ce chemin qu’il ne quitta plus jamais.

    Bien entendu, d’autres livres, comme Romains, abordent plusieurs de ces questions, mais Galates est différent. Non seulement ce livre est plus succinct, mais ses riches thèmes bénéficient d’un ton pastoral enflammé et très personnel qui ne peut que toucher le coeur réceptif à l’Esprit de Dieu, encore aujourd’hui.

    Bien que la lettre de Paul nous parle personnellement, notre compréhension peut être renforcée si nous prenons conscience de la situation historique d’origine dont Paul, sous la direction du Saint-Esprit, s’occupe.

    Beaucoup de biblistes pensent que Galates est la première des épîtres écrites par Paul, Paul, en l’an 49 après J.-C., peu après, après la fameuse Conférence de Jérusalem (Ac 15). Ainsi, ce livre est peut-être le document chrétien le plus ancien dont nous disposions. Comme l’expliquent Actes et Galates, l’Église primitive s’est retrouvée à livrer une féroce bataille à propos de la nature du salut, en particulier dans le cas des Gentils. Les Gentils devaient également être baptisés et suivre les lois de Moïse (Ac 15.1). Il n’est donc pas surprenant que lorsque Paul fonda une église de Gentils en Galatie, certains de ces judaïsants s’y rendirent pour « régler cette histoire ».

    Quand Paul eut vent de ce problème, il réagit avec force. Reconnaissant que ce faux évangile du salut par la foi et par les oeuvres menaçait de saper l’oeuvre de Christ, Paul écrivit aux Galates une défense passionnée de l’évangile. Avec des paroles très dures, il a qualifié cette fausse doctrine de ce qu’elle était : du légalisme, pur et simple.

    Le guide d’étude de la Bible de ce trimestre nous invite à cheminer avec l’apôtre Paul tandis qu’il plaide avec les Galates afin qu’ils restent fidèles à Jésus. Nous aurons également l’occasion de réfléchir à notre propre compréhension des vérités qui ont entraîné cette rupture entre Martin Luther et Rome, ainsi que la restauration de l’évangile biblique.

     

     



    VOTRE GUIDE EDS DISPONIBLE ICI

    3ème trimestre 2017 du Guide d’étude de la Bible adulte.

  • EDS – Vendredi 23 juin – Pour aller plus loin

    Tout en abordant des questions de théologie, les lettres de Pierre mettent aussi fortement l’accent sur la vie chrétienne et la manière dont nous devons traiter les autres. Autrement dit, certes, nous avons besoin de connaître la vérité telle qu’elle se trouve en Jésus. Mais plus important encore, « nous devons aussi vivre la vérité ». D′emblée, nous avons ces paroles pleines de majesté : « Comme vous vous êtes purifiés, par l’obéissance à la vérité, en vue d’une affection fraternelle sans hypocrisie, aimez-vous les uns les autres avec ferveur, d’un cœur pur » (1 P 1.22). Remarquez comment il associe le fait de purifier son âme à l’obéissance à la vérité. La vérité nous change, et fait de nous des individus qui s’aiment avec ferveur et « d’un cœur pur ». L’obéissance, la pureté de cœur, et l’amour, ces trois aspects sont liés. Voilà l’idéal que nous devons nous efforcer d’atteindre. Pouvez-vous imaginer combien nos vies seraient différentes si nous accomplissions cette mission ? Pensez à ce que cela donnerait, ne serait-ce que pour l’unité de l’Église.

    « Frères, apporterez-vous avec vous l’esprit du Christ en rentrant dans vos foyers et dans vos églises ? Voulez-vous renoncer à la médisance et à l’incrédulité ? Le temps est arrivé où, plus que jamais, nous devons rester unis, pour travailler à l’unisson. L’union fait la force. La discorde et la désunion entraînent la faiblesse. »
    Ellen G. White, Messages choisis, vol. 2, p. 429.


    À méditer

    • Dans 2 Pierre 3.12, l’apôtre écrit que nous devons « attendre et hâter l’avènement du jour de Dieu, où les cieux enflammés se dissoudront et où les éléments embrasés se fondront ». Que veut-il dire par « hâter » le jour de Dieu ? Comment hâter le jour de Dieu, autrement dit, le retour de Jésus ?
    • On dit que la nature est le « deuxième livre » de Dieu. Malheureusement, comme c’est aussi le cas pour le premier livre de Dieu (la Bible), ce deuxième livre peut également être mal interprété. Par exemple, pour beaucoup de gens, le message de dessein et de but a été expurgé de la nature, remplacé par la notion darwinienne de mutations aléatoires et de sélection naturelle. Le monde, nous dit-on, nous donne l’impression d’avoir été conçu, mais ce n’est pas le cas. Comment, dans ce cas, lire et interpréter ce deuxième livre de la bonne manière ? Quelles sont les limites de ce que ce deuxième livre peut nous apprendre sur Dieu ? Quelle aide le premier livre peut-il nous apporter pour comprendre le deuxième correctement ? Qu’arrive-t-il quand notre interprétation de la nature, le deuxième livre, contredit notre interprétation du premier, la Bible ? Où se situe le problème ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 93
    Ecouter la leçon en audio :

    23